The Ghetto Tarot

14 mai 2015   •  
Écrit par Marie Moglia
The Ghetto Tarot
La justice, le soleil, le magicien, la mort… Ce sont des symboles que l’on retrouve sur les cartes du tarot anglo-saxon. Ils ont inspiré à la photographe belge Alice Smeets le projet “The Ghetto Tarot”. Entretien.

Coloré, provoquant, avant-gardiste.. C’est ainsi que la photographe belge présente son projet. Réalisé avec un collectif d’artistes haïtiens appelés “Atis Rezistants“, Alice Smeets transpose les figures occultes et mystiques du tarot en scènes de la vie réelle.

theghettotarot-alicesmeets-03-fisheyelemagTheghettotarot-alicesmeets-fisheyelemag-04Theghettotarot-alicesmeets-fisheyelemag-05Theghettotarot-alicesmeets-fisheyelemag-06Theghettotarot-alicesmeets-fisheyelemag-07Theghettotarot-alicesmeets-fisheyelemag-10

Capturées dans un ghetto d’Haïti, les scènes et les symboles représentés sur les 78 cartes ont été revisitées à l’aide d’objets trouvés à proximité.  “Les artistes d’Atis Rezistans réutilisent les déchets pour en faire de l’art, avec leur propre vision de la beauté qu’ils peuvent y déceler. Ils revendiquent le terme “Ghetto”, tout en le libérant de son côté péjoratif et en le transformant en quelque chose de beau”, nous explique la photographe.

Photo extraite du projet "The Ghetto Tarot" / © Alice Smeets
Photo extraite du projet “The Ghetto Tarot” / © Alice Smeets

L’objectif d’Alice Smeets n’est pas de glorifier le ghetto et la pauvreté, mais d’essayer de changer les clichés que l’on peut avoir sur l’un des pays les plus pauvres au monde. “Ils sont pleins de force, pleins de vie, de joie et de créativité. Je pense qu’il faudrait qu’on les regarde plus de cette façon et non systématiquement comme des victimes”, estime-t-elle.

Retour aux sources

Alice Smeets a tissé un lien très fort avec Haïti. En 2008 déjà, elle remportait l’image UNICEF de l’année avec une photo d’une petite fille haïtienne, marchant dans une flaque d’eau, au beau milieu d’un bidonville du pays. Elle nous raconte: “Depuis 2007, je me rends régulièrement là-bas et j’y ai vécu pendant deux ans. Cette complexité et cette spiritualité ont joué un rôle très important dans ma vie. En observant la société haïtienne, j’ai pu répondre aux questions que je me posais”.

Enfin elle a découvert le tarot en 2008:  “Depuis longtemps, je voulais photographier ce jeu. Lors d’un documentaire en Europe, j’ai photographié un atelier de tarot en Angleterre. Depuis je suis fascinée”.

Elle a décidé de réaliser cette série en Haïti car l’auteure des illustrations du tarot anglo-saxon (le Rider-Waite), Pamela Colman Smith, a vécu dans les Caraïbes: “J’ai trouvé cela passionnant de ramener le Rider-Waite à ses origines”. Une campagne de financement participatif est toujours en cours sur le site Indiegogo. L’ensemble des dons permettra à la photographe d’achever son projet et de le promouvoir.

En (sa)voir plus

L’intégralité du projet est à découvrir ICI.

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina