The Trail Project : Jet Siemons sur la trace d’un couple inconnu

01 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
The Trail Project : Jet Siemons sur la trace d'un couple inconnu
© Jet Siemons
© Jet Siemons

Dans The Trail Project, Jet Siemons recompose un album de vacances à la montagne qui s’inscrit dans sa propre temporalité. Pour ce faire, l’artiste néerlandaise entremêle les photographies et les cartes postales d’un couple inconnu, datant de 1939, à ses images personnelles.

Nous sommes au cœur du massif des Alpes. Les montagnes, rocheuses, verdoyantes ou enneigées, nous entourent de toute part. Nos poumons se gonflent de l’air glacial et de l’essence des conifères odorants. Quelques criques, qui se découvrent çà et là, au gré de nos pérégrinations, miroitent au soleil quand, la nuit tombée, au loin, ce sont les lumières de la ville qui scintillent telles les flammes vacillantes de bougies. Seul le bruit de l’eau qui court et de nos pas dans l’herbe foisonnante ou la neige fraîche vient rompre le calme enveloppant. À cette altitude, l’atmosphère est chaleureuse et insuffle une sérénité certaine. Ces images, qui éveillent les sens, sont le fruit d’un étonnant mélange que nous devons à Jet Siemons. Dans une série au long cours intitulée The Trail Project, la photographe néerlandaise a conjugué ses clichés à ceux d’un couple qu’elle n’a jamais connu, mais avec qui elle partage de nombreux points communs.

© Jet Siemons
© Jet Siemons

Dans l’intimité du couple

« J’étais dans un magasin de seconde main et, alors que je m’apprêtais à partir, j’ai remarqué une étagère remplie de piles de livres. L’un d’eux a attiré mon regard : c’était un album photo datant de 1939. En le feuilletant, la beauté des images m’a stupéfaite, et j’ai vu une histoire se dessiner. Il s’agissait d’un couple néerlandais en voyage, et j’ai immédiatement reconnu des choses que je faisais moi-même avec ma famille. Je l’ai donc acheté pour 7,50 €, mais je ne l’ai pas consulté tout de suite avec attention », se souvient Jet Siemons. Quelque temps plus tard, un projet qu’elle doit réaliser dans le cadre de ses études à la Royal Academy of Art de La Haye la pousse à se plonger dans ces archives. S’ensuit un examen approfondi de cette acquisition qui occasionne une étonnante découverte : certaines images sont en réalité des cartes postales annotées, objet qu’elle collectionne justement.

Ravie et émerveillée à la fois, elle passe dès lors des nuits entières à examiner cet album. « En lisant ces petits mots, j’ai trouvé des choses assez étranges », confie-t-elle dans un éclat de rire. Au fil des pages émerge ainsi un sentiment singulier. À mesure qu’elle s’immisce dans l’intimité de ce couple inconnu, une certitude grandit : elle dispose d’assez d’éléments pour retracer son parcours. À l’aide de Google Map, elle décide de se rendre sur les lieux de son passage qu’elle inscrit sur un plan de cette région qui lui est familière. « À chaque période de vacances, mes proches et moi allions à la montagne pour faire de la randonnée sur l’autre versant de cette montagne », révèle Jet Siemons qui, par le passé, a pris des images similaires de ces mêmes endroits. 

© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons

Un voyage réinventé

« Ce que vous voyez n’est qu’une histoire parmi les milliers d’autres que j’aurais pu mettre en lumière et résulte des recherches que j’ai effectuées. Certaines cartes sont signées du nom d’Hannie ou Billo, et je crois qu’elles sont destinées à la mère de celle-ci, qui vivait à Rotterdam. J’ai donc retrouvé son adresse, qui se situe à proximité de l’endroit où j’ai grandi. J’ai ensuite voulu reconstituer leur arbre généalogique. Je pense y être parvenue, mais je n’en suis pas tout à fait sûre. J’ai longtemps hésité à contacter les membres de cette famille, leur descendance. Cela aurait été très intéressant, mais j’avais peur de tuer la magie de cette découverte », explique notre interlocutrice. Amusée par ces heureuses coïncidences, elle décide néanmoins de donner un nouveau souffle à ces souvenirs en les combinant avec ses photographies personnelles. « Cela permet de créer un espace dans sa propre temporalité. J’aime déployer des histoires à la frontière du passé et du présent, de l’oubli et de la mémoire », souligne-t-elle. 

De la superposition de ces deux corpus découle finalement un voyage réinventé et atemporel, où la confusion s’installe peu à peu. « C’est comme si nous avions fait ce voyage ensemble », déclare la photographe d’un air enjoué. À l’image, sa gestuelle ressemble à celle adoptée par Hannie et Billo. Si les épaules s’arrondissent sous le poids de la fatigue, les mains tiennent les bâtons de marche avec fermeté et le regard demeure tourné vers le sommet. Les mêmes paysages semblent retenir leur attention et les cartes postales sont désormais signées de leurs trois noms. « Par le biais de cet album, je voulais raconter l’histoire d’un lieu qui, sur le point d’être oublié, est soudainement ramené à la vie. Je ne crois pas au destin, mais à la sérendipité. Je ne suis pas très douée pour tout ce qui tourne autour de la planification et, parfois, lorsque je n’essaie pas d’arranger cela, de belles choses se produisent. Si vous entrez dans un magasin avec un certain état d’esprit, vous passerez sans doute à côté de trouvailles étonnantes », assure Jet Siemons. 

© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons
© Jet Siemons
À lire aussi
Yao Yuan, 1 2 3 2 1 : fructueuse serendipité
© Yao Yuan
Yao Yuan, 1 2 3 2 1 : fructueuse serendipité
Yao Yuan, photographe chinois·e, s’intéresse aux corps, aux espaces et aux rituels. Son premier ouvrage, « 1 2 3 2 1 », est paru en…
23 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Souvenirs brodés au fil du temps
Souvenirs brodés au fil du temps
Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Dans sa série Time Spent That Might Otherwise Be…
21 janvier 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill