The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta

12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta

L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées dans l’Europe centrale des années 1960. Avec ce projet entamé en 2022, cette passionnée d’archives, d’archéologie et de sociologie tente de réintégrer le passé dans le présent.

Alessandra Leta plante d’emblée le décor de The Unmovable Mover (en français, « Le moteur inamovible »). « Une petite entreprise industrielle, gérée par une famille, florissante pendant des décennies jusqu’à ce qu’un terrible incendie criminel réduise les installations en cendres et oblige l’entreprise à fermer ses portes. De l’incendie criminel, on a récupéré une boîte de photographies qui, des années plus tard, s’est retrouvée dans un magasin d’antiquités suisse, où je l’ai achetée. » En réalité, rien de tout cela n’est vrai, mais pourrait l’être tant le récit et les images qui le composent semblent former un ensemble cohérent. Il y a quelques temps de cela, Alessandra Leta fait la découverte d’une photographie chez un antiquaire suisse, celle d’un homme en costume assis derrière une chaise – un cliché qu’elle rendra flou, et qui deviendra le point de départ de sa série. Puis, chez ce même antiquaire, la jeune artiste en trouve une autre, puis une autre, et encore une. « Certaines d’entre elles semblaient provenir du même endroit ou du même photographe. Même si j’étais consciente que ce n’était pas le cas, j’ai commencé à men convaincre. J’avais inventé tout un scénario autour de ces images, dont j’ignorais la provenance », explique-t-elle. 

Émergent alors de ce travail un ensemble de personnages – un directeur d’entreprise, des ouvrier·es… L’usine lui apparaît comme le lieu privilégié qui permettrait de réinterpréter les liens et les connexions entre les différents personnages présents dans ce type d’environnement industriel. Travaillant à l’époque, à côté de ses études, dans un magasin de meubles qui disposait également d’un laboratoire de menuiserie, Alessandra Leta construit des mises en scène à partir de pièces détachées et de morceaux de métal qu’elle y trouve. Le propos de The Unmovable Mover se fixe alors de façon logique autour d’un questionnement central, celui de la dynamique de pouvoir au sein de l’usine. 

© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta

Le capitalisme nous déconnecte

Le « moteur inamovible », qui fait l’objet du titre de son travail, fait référence à la source première et immuable qui anime toute chose, sans pour autant évoluer elle-même. Ici, cette source du mouvement est la structure hiérarchique de l’usine. « Mon titre établit ainsi un parallèle avec le capital en tant que force motrice qui alimente et propulse divers éléments au sein de la société, tout en n’étant pas intrinsèquement affecté par les fluctuations qu’il génère », explique-t-elle.

Autrement dit, les usines du 20e siècle ont joué un rôle considérable dans le changement du monde, puisqu’elles ont participé à l’urbanisation, à la migration, ou encore au fait que la classe ouvrière se soit progressivement séparée en plusieurs identités distinctes. « Ce qui m’intéressait, c’était le paysage culturel autour des usines, de l’architecture à la dynamique sociale au sein des communautés de production, et la manière dont il reflète l’impact sociétal plus large du système capitaliste », résume-t-elle. Le capital déconnecte la direction des ouvrier·es, de même que les êtres humains des produits finis au sein de l’usine.

Le vrai et le faux de l’histoire

Intervenant directement sur les images, Alessandra Leta les agrandit, les coupe ou les modifie numériquement. D’autres photos, mises en scène par la photographe, viennent compléter cette série de manière à créer de toutes pièces un récit cohérent, vraisemblable. D’une manière profondément originale, elle rend compte de la capacité de l’image à raconter une histoire et se faire passer pour Histoire ; du pouvoir que possède un·e créateurice visuelle pour créer de toutes pièces un récit cohérent, pour combler les lacunes des clichés, pour mettre en avant certains détails ou en dissimuler, comme le fait la photographe elle-même à travers ce travail. En cela, cette œuvre vient l’inscrire dans une lignée d’artistes qui explorent l’art de la contrefaçon, du « vrai faux », à l’image de Joan Fontcuberta ou Christian Patterson. Mettre en cause l’idée d’une vérité absolue, unique : ainsi se donne à interpréter le propos derrière The Unmovable Mover

Si tout est fictif, pour autant, l’histoire que développe Alessandra Leta n’est pas narrative. Car son propos est justement de remettre en question notre capacité à reconstruire un récit fiable du passé. « Les photographies trouvées sont proposées ici comme point de convergence pour que la réalité et la fiction soient activées et réinterprétées dans de multiples directions, éclaircit-elle. De cette manière, d’autres réflexions qui mettent la série en mouvement sont la malléabilité de notre mémoire, la façon dont les notions d’authenticité peuvent changer, et la sincérité de la représentation photographique en fin de compte. » La première image de la série, une photo d’un modèle en carton d’une usine idéalisée que l’artiste italienne a construite spécialement pour ce travail, résume à merveille ce propos. Comme outils privilégiés pour imposer des points d’interrogation à nos esprits, Alessandra Leta fait jouer la spéculation avec l’incertitude dans ses images. « Ce qui m’intéresse toujours, c’est ce flou qui relie le réel, le faux et l’imaginaire au sein d’une image et la manière dont celle-ci est collectée, diffusée et perçue », révèle-t-elle. Creuser le mystère des énigmes constitue de toute évidence, chez Alessandra Leta, une entreprise réussie.

© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
© Alessandra Leta
Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin