Tina Modotti et Bertille Bak au Jeu de Paume en 2024

01 décembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Tina Modotti et Bertille Bak au Jeu de Paume en 2024
© Bertille Bak
© Tina Modotti

© Bertille Bak

© Bertille Bak

© Tina Modotti
À lire aussi
De la dictature à nos jours, Paz Errázuriz illumine les marges de la société chilienne
Tango VIII. Série Tango, 1987. Tirage argentique, 50 x 60 cm © Paz Errázuriz / mor charpentier
De la dictature à nos jours, Paz Errázuriz illumine les marges de la société chilienne
Jusqu’au 20 décembre 2023, la Maison de l’Amérique latine consacre une rétrospective à la carrière de Paz Errázuriz, une première à…
21 septembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Julia Margaret Cameron & Victor Burgin : le Jeu de Paume fait sa rentrée
© Victor Burgin
Julia Margaret Cameron & Victor Burgin : le Jeu de Paume fait sa rentrée
Le Jeu de Paume fait sa rentrée avec deux rétrospectives d’envergure, l’une consacrée à la…
13 juillet 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
« Renverser ses yeux » : La richesse créative de l’art pauvre
« Renverser ses yeux » : La richesse créative de l’art pauvre
Rendez-vous immanquable de la rentrée, l’exposition Renverser ses yeux – accueillie à la fois par le BAL et le Jeu de Paume – fait la…
19 octobre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas

Le Jeu de Paume inaugure son année 2024 avec deux expositions d’envergure, à découvrir du 13 février au 26 mai prochains : l’une consacrée à l’activiste politique et avant-gardiste de la photo documentaire, Tina Modotti, l’autre, à Bertille Bak, qui a recensé des rituels en voie de disparition autour du monde. Dans son travail, elle archive les savoirs et les expériences des « invisibles » de la société.

À l’occasion de la nouvelle année, le Jeu de Paume inaugure deux nouvelles expositions photographiques. Avec L’œil de la révolution, le musée rend tout d’abord hommage à Modotti, figure incontournable de la photographie italienne, activiste politique inspirée de la révolution mexicaine. Essentiellement produite entre 1923 et 1930, son œuvre est traversée par les événements majeurs de cette période, en particulier l’émigration italienne aux Etats-Unis et la révolution au Mexique. Avec un langage franc et honnête, Tina Modotti représente cette société intellectuelle foisonnante, en se rapprochant particulièrement du couple de Frida Kahlo et Diego Rivera. Ayant subi pendant longtemps l’étiquette d’« élève d’Edward Weston », aujourd’hui, enfin, son travail photographique se détache dans sa singularité.

L’exposition illustre ses débuts à Hollywood, pour ensuite présenter en 240 clichés, l’étendu de sa production de photographies sociales, encrées dans son époque, au plus près du peuple mexicain, dont elle tire des portraits devenus iconiques. Bien que l’artiste soit représentative de son époque, elle a aussi contribué à la naissance d’un regard féminin en photographie. En l’observant depuis un prisme contemporain, sa contribution aux luttes pour les droits des femmes paraît évidente. L’exposition résonne avec celle consacrée à Bertille Bak qui, elle aussi, par ses images, donne une voix aux personnes marginalisées : l’autrice collecte et archive les traces de groupes minorisés, « invisibles », pour créer des récits filmiques. Des œuvres empreintes d’une certaine poésie qui ne cachent pourtant pas la violence des conditions sociales. Entre le documentaire, la recherche ethnographique et la fiction poétique, la photographe met en avant des métiers et des rituels en voie de disparition. Les deux expositions seront ouvertes jusqu’au 26 mai 2024.

Préserver de l’oubli et de la disparition

L’œuvre de Bertille Bak s’impose comme une grande et précieuse archive. Elle est le résultat de ses voyages au cœur de communautés marginalisées par la société occidentale ou par la mondialisation. En rentrant en contact avec elleux, la photographe documente leurs mœurs, leurs rites et leurs codes afin de les préserver de l’oubli et de la disparition. La scénographie, conçue par l’artiste, crée des dialogues entre les œuvres afin de dénoncer les relations de dépendance Nord-Sud, sans renoncer à une forme d’humour aux traits parfois cyniques. D’un groupe tsigane à Ivry-sur-Seine, à une communauté d’immigré·es polonais·es de New-York, en passant par les habitant·es d’un immeuble bangkokien voué à la destruction ou encore de populations minières déplacées du Nord de la France, l’artiste interroge notre vision du « vivre-ensemble » et les dérives capitalistes et productivistes de la culture occidentale. L’idée est ici de créer un répertoire d’outils et d’idées concernant la lutte et proposant des nouvelles manières de résister. Les films présentés au Jeu de Paume, parfois théâtraux et allégoriques, attirent ainsi notre attention sur des mondes en voie de disparition, plongeant le·a spectateurice dans le quotidien de sociétés invisibles. 

© Tina Modotti
© Bertille Bak

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill