Transcender la tragédie

17 septembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Transcender la tragédie

Il y a deux ans, nous découvrions la série Thank you mum de Charlotte Mano. Aujourd’hui, la photographe, lauréate du Prix HSBC, publie ce récit poignant aux Éditions Xavier Barral. Un conte poétique traitant de vie, de mort, et d’amour.

« 

Thank you mum, qui retranscrit une relation mère-fille mise à mal par une maladie incurable, est une série en constante évolution. Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir encore ma mère à mes côtés, alors, au fil des jours, des semaines, des mois, nous construisons ensemble ce même récit », confie Charlotte Mano. Depuis décembre 2017, l’artiste fait le portrait de sa mère, et de leur lien précieux, malmené par la maladie. « Entre deux traitements, entre deux séjours chez elle, je continue donc à la photographier. Le projet se nourrit de notre quotidien, et de ce sursis qui nous est offert. Il me semble que le tout devient plus fort, plus abouti, et à la fois plus fragile », poursuit-elle.

En métamorphose perpétuelle, Thank you mum joue avec les corps, la définition de « l’amour » et le rapport entre auteur et modèle. Au fil de l’ouvrage, les rôles des deux femmes changent. D’abord uniquement photographe, Charlotte Mano s’immisce dans les images et devient elle-même actrice – aux côtés de sa mère. « Puis peu à peu, je lui ai demandé de me photographier. Je détermine le cadre et la laisse déclencher. J’ai été bouleversée par certaines images. Je ne me reconnaissais pas, il y avait un lâcher-prise que je n’avais jamais osé montrer auparavant », confie-t-elle.

© Charlotte Mano

Le témoignage d’une histoire unique

C’est cette complicité, cette confiance sans limite qui transcende les images de l’artiste et fait de Thank you mum une histoire universelle. Sans jamais montrer la mort comme une fatalité qui écrase le présent, Charlotte Mano fait de chaque image des œuvres symboliques. « On peut voir des cygnes étincelant dans la nuit – symboles de grâce, de beauté et de lumière. On croise un scarabée, posé sur le pied de ma mère, qui évoque la renaissance, et la protection », raconte-t-elle. D’autres animaux – un oisillon, une mouche… – viennent compléter cette mosaïque. Un tableau grandiose évoquant la vie et l’au-delà, « mais toujours en douceur, en silence », précise l’artiste.

Conçue en collaboration avec la directrice artistique Fannie Escoulen, l’ouvrage Thank you mum s’impose comme une œuvre pérenne, témoignage d’une histoire unique. « Fannie a été très à l’écoute de mon histoire. Nous avons beaucoup discuté. De la mère à la fille, de la femme, de mon rôle, de celui de ma mère, et de la photographie. Elle a su poser les bonnes questions. Je crois qu’elle a trouvé une justesse dans la forme que je n’aurais pas su concevoir seule à ce moment-là », explique la photographe. Objet tangible, le livre fige ces instants éphémères dans le temps, et offre aux deux femmes l’opportunité de partager leur affection. « L’avoir entre les mains et le feuilleter avec elle m’a fait ressentir une forme de soulagement, un souffle nouveau », confie Charlotte Mano. Thank you mum parvient à « transcender une tragédie avec un peu de poésie ».

 

Thank you Mum, Éditions Xavier Barral, 30 €, 108 p. 

 

Thank you mum est à découvrir à la galerie Esther Woerdehoff, aux côtés de l’œuvre de Louise Honée, dans le cadre de l’exposition dédiée au Prix HSBC, jusqu’au 10 octobre 2020.

© Charlotte Mano© Charlotte Mano

© Charlotte Mano

© Charlotte Mano

© Charlotte Mano

© Charlotte Mano© Charlotte Mano

© Charlotte Mano

© Charlotte Mano

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill