Ultramoderne solitude

28 septembre 2017   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ultramoderne solitude

L’application Tinder compte plusieurs millions d’utilisateurs dans le monde, et Maxime Matthys, photojournaliste de 22 ans, est allé à la rencontre d’une vingtaine d’entre eux. Jeunes et moins jeunes, ces garçons et ces filles nous racontent les relations instantanées qu’ils gèrent depuis leur smartphone. Cet article fait partie de notre dernier numéro.

 « Slt, tu cherches quoi ? »

  À l’heure des réseaux sociaux et de l’hyperconnectivité, la drague version 3.0 n’a jamais semblé aussi simple, directe, efficace. L’époque n’est plus aux préliminaires timides, aux lettres enflammées ou aux discussions romantiques. C’est plutôt tout de suite, ici et maintenant… ou jamais ! Chloé, Daisy, David, Dung, Elena, Élodie et Grégoire sont quelques-uns des millions d’adeptes de l’application de rencontre Tinder. Dans l’intimité de leur chambre à coucher, le soir, quand la ville s’endort, ils entrent en contact avec d’autres âmes esseulées, en quête d’une relation amoureuse sérieuse ou d’un soir. Pour la vingtaine de Parisiens qui se sont confiés à Maxime Matthys, Tinder relève, selon les cas, de l’accélérateur de rencontres, du bal musette géant, voire du supermarché.

La vraie vie, mais en mieux

Si Maxime s’est intéressé à cette génération Tinder, c’est qu’il est précisément dans le cœur de cible des utilisateurs : les jeunes urbains de moins de 30 ans. Âgé de 22 ans, ce grand blond a passé son enfance en Belgique, avant de suivre sa famille dans la campagne gersoise à l’âge de 16 ans. Après deux ans d’école de photographie à l’ETPA de Toulouse, le jeune homme monte à Paris pour suivre une formation en photojournalisme, à l’EMI-CFD. C’était il y a tout juste un an, en octobre 2016. Quand Maxime débarque dans la capitale, il est célibataire et ne connaît personne. Toutes les conditions sont réunies pour tester Tinder, « le moyen de rencontrer des gens comme dans la vraie vie, mais en mieux », comme l’affirme le slogan.

Si l’application a autant de succès, c’est qu’elle est gratuite et simple d’accès. Il suffit de quelques minutes pour remplir son profil et télécharger une série de photos avantageuses. Peut alors commencer ce que le photographe appelle le « shopping amoureux ». Si un profil lui plaît, l’utilisateur le like par un balayage de l’écran vers la droite. Sinon, il le balaye par la gauche : pas intéressé ! Quand deux personnes s’apprécient mutuellement, il se produit un « match » : c’est la possibilité d’entrer en contact direct par le biais d’une messagerie privée.

Chloé lance plusieurs conversations simultanées au risque de s’y perdre. « C’est malsain, mais d’un autre côté on reste quand même dessus, ce qui est très étrange » © Maxime Matthys
Chloé lance plusieurs conversations simultanées au risque de s’y perdre. « C’est malsain, mais d’un autre côté on reste quand même dessus, ce qui est très étrange » © Maxime Matthys
Chloé lance plusieurs conversations simultanées au risque de s’y perdre. « C’est malsain, mais d’un autre côté on reste quand même dessus, ce qui est très étrange » © Maxime Matthys

Chloé lance plusieurs conversations simultanées au risque de s’y perdre. « C’est malsain, mais d’un autre côté on reste quand même dessus, ce qui est très étrange » © Maxime Matthys

Rendez-vous instantanés

« Au bout de quelques semaines d’utilisation, j’ai eu un match avec une fille et, le soir même, on s’est rencontré chez moi,

raconte Maxime. Finalement, cela n’a pas collé, mais cette première rencontre a constitué un élément déclencheur. J’ai été surpris par le côté instantané du rendez-vous, comme si tu commandais une pizza ou des sushis  à domicile ! » À la recherche d’idées de reportage, le jeune homme voit combien l’application alimente les conversations en soirée. Il sait qu’il a trouvé son sujet. Pour contacter des utilisateurs, il ouvre un compte spécifique, et comme il l’explique sur son profil, il n’est pas inscrit pour des conquêtes, mais bien pour réaliser un projet documentaire « sans jugement ». En six mois de pratique intensive, le jeune reporter comptabilise quelque 900 matchs, dont il estime que seulement 5 % ont effectivement débouché sur une rencontre. Maxime a pris le temps d’interviewer longuement chaque témoin avant de faire leur portrait. « Pour la séance photo, je leur demandais de se mettre à l’aise, comme si on ouvrait la porte de leur chambre. » Chaque portrait est complété par une image de l’écran du portable affichant le profil d’un de ses contacts Tinder. La mélancolie qui se dégage de ces diptyques est compensée par les témoignages, souvent drôles et touchants. Odile, une hôtesse de l’air de 45 ans qui accumule les expériences avec de jeunes étalons, raconte comment elle s’est progressivement constituée, sans le demander, une « belle collection de photos de bites ». Ses contacts ne peuvent s’empêcher de les lui envoyer. Mais d’autres histoires dérapent vers le sexe trash ou l’agression sexuelle. Traumatisée par un viol qui a bien entamé sa confiance dans la gent masculine, Elena a, malgré tout, accepté de témoigner pour tenter de sensibiliser d’autres victimes potentielles.

Dung. Accélérateur de rencontres, shopping amoureux ou plans cul, l’application gratuite est utilisée quotidiennement par des millions d’utilisateurs dans le monde © Maxime Matthys
Dung. Accélérateur de rencontres, shopping amoureux ou plans cul, l’application gratuite est utilisée quotidiennement par des millions d’utilisateurs dans le monde © Maxime Matthys
Dung. Accélérateur de rencontres, shopping amoureux ou plans cul, l’application gratuite est utilisée quotidiennement par des millions d’utilisateurs dans le monde © Maxime Matthys
Dung. Accélérateur de rencontres, shopping amoureux ou plans cul, l’application gratuite est utilisée quotidiennement par des millions d’utilisateurs dans le monde © Maxime Matthys

                 « C’est un bon moyen pour se changer les idées et regonfler son ego, explique Elodie, tout en reconnaissant que ce genre de système altère les rapports humains. » © Maxime Matthys

« C’est un bon moyen pour se changer les idées et regonfler son ego, explique Elodie, tout en reconnaissant que ce genre de système altère les rapports humains. » © Maxime Matthys

 

Dung. Accélérateur de rencontres, shopping amoureux ou plans cul, l’application gratuite est utilisée quotidiennement par des millions d’utilisateurs dans le monde © Maxime Matthys

Dung. Accélérateur de rencontres, shopping amoureux ou plans cul, l’application gratuite est utilisée quotidiennement par des millions d’utilisateurs dans le monde © Maxime Matthys

L’intégralité de cet article est à retrouver dans Fisheye #26, en kiosque depuis le 16 septembre et disponible sur Relay.com

 

Explorez
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet