« Underwater » : une fresque aquatique qui explore les passions

12 août 2016   •  
Écrit par Marie Moglia
"Underwater" : une fresque aquatique qui explore les passions
Le photographe américain Ed Freeman, 74 ans, nous raconte les dessous de sa superbe série Underwater, sur laquelle il travaille depuis 10 ans.

C’est un grand fan des nus classiques de la Renaissance ou du courant Baroque. D’ailleurs, Ed Freeman tient peut-être plus du peintre que du photographe. Il le sous-entend assez bien lui-même, avec une franchise surprenante. : « Je ne prends pas de photos, je fais des photos. » Mais point de pinceaux et de toile pour cet artiste de 74 ans. Ces outils, ce sont un boîtier et un ordinateur. « Je ne suis même pas certain que le terme “photographie” s’applique à mon travail. » Et pour cause, sa série Underwater est assez déroutante si bien qu’on ne sait pas toujours en la regardant si c’est une photo ou une peinture qu’on a sous les yeux. « Le fait est que sous l’eau, la réalité perd en précision.»

Underwater est née il y a dix ans. Ed se souvient qu’à l’époque, il a « rencontré un type qui était danseur professionnel et capitaine de son équipe de natation à la fac et qu’il avait une piscine. Je n’ai pas eu besoin de chercher midi à quatorze heures ! » Il travaille donc en étroite collaboration avec des danseurs professionnels ou des modèles artistiques. Sur un shooting, ils sont parfois plus de vingt. « C’est un travail très fatiguant et difficile pour eux, il faut qu’il y ait des roulements. » Pendant une séance (il en organise une ou deux chaque été), Ed peut prendre plusieurs centaines d’images, ce qui exige une sélection finale très minutieuse.

Sous l’eau, la réalité perd en précision”

Lorsqu’on lui suggère qu’il y a quelque chose d’assez envoûtant et mythologique dans cette série, il s’en amuse : « C’est vrai que mes modèles ressemblent un peu à des dieux. Et je suis tentée de dire que là où je vis, à Los Angeles, tout le monde ressemble à ça ! Mes images sont en réalité délibérément érotiques. Je photographie des gens que je trouve sexy. C’est aussi simple que ça. » Ed Freeman ne se contente pas de faire de superbes images; sa série Underwater est aussi une exploration autour des passions, de la sexualité et du mouvement. Il crée ainsi une fresque que l’on ne se lasse pas de regarder.

From "Underwater" © Ed Freeman
From “Underwater” © Ed Freeman
From "Underwater" © Ed Freeman
From “Underwater” © Ed Freeman
From "Underwater" © Ed FreemanFrom "Underwater" © Ed Freeman
From “Underwater” © Ed Freeman

From "Underwater" © Ed FreemanFrom "Underwater" © Ed FreemanFrom "Underwater" © Ed Freeman

From "Underwater" © Ed FreemanFrom "Underwater" © Ed Freeman
From “Underwater” © Ed Freeman

Images par © Ed Freeman

Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin