Une série au bord de l’eau

18 juillet 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Une série au bord de l'eau
Jeune photographe suédoise basée à Berlin, Emma Hartvig nous présente “Poolside”, une série qui suscite un bel enthousiasme sur le Net. Et pour cause. Les images d’Emma sont de remarquables tableaux, graphiques et colorés, très inspirants en cette période estivale.

 « Séduire le spectateur », c’est l’ambition affirmée de la photographe suédoise Emma Hartvig qui décrit ainsi sa démarche : « Des scènes de montagne aux cadrages bizarres, en passant par des arrangements attrayants, presque artificiels… Dans mon travail, j’essaye de masquer les détails absurdes qui peuvent s’imposer sur une image. » En résumé, Emma est douée pour sublimer ce qu’elle voit. En regardant ses photos, on se dit que c’est pour une elle évidence presque instinctive. Poolside est donc une belle entrée en matière si vous découvrez son travail.

Extrait de "Poolside", © Emma Hartvig
Extrait de “Poolside”, © Emma Hartvig

Cette série est une « exploration narrative » d’instants qu’Emma a capturés au bord de l’eau. Des corps à la nudité suggérée ou explicite, qui pataugent dans la lumière reflétée par les remous de l’eau; des bribes de paysages capturées comme des natures mortes… Ces photographies vives et colorées évoquent une jolie oxymore : la sécheresse de l’été inondée par la fraîcheur des corps et de l’eau. Emma créer une nouvelle réalité poétique au cœur de laquelle il y a un élément primordial, la couleur.

« Tout est un voyage »

« La couleur est très importante dans mon travail, je ne saurais pas expliquer pourquoi. Je suis très attirée par elle. La couleur est riche et séduisante, elle provoque des émotions », affirme la photographe. Emma veut amener les gens à « ressentir » et partager en image ce qui l’émeut et l’enthousiasme. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est devenue photographe : « Tout est un voyage, et j’espère qu’il en sera toujours ainsi. C’est très excitant d’avoir des idées et ensuite de s’asseoir pour qu’elles aient lieu. »

Inspirée par des artistes comme Gregory Crewdson, Cindy Sherman, Guy Bourdin et Helmut Newton, Emma ne laisse rien au hasard. Pour donner corps aux images qui lui viennent en tête, elle « planifie tout. Je fais des calculs très précis pour que la lumière, la couleur, les formes et l’ambiance aillent bien ensemble et façonnent l’histoire que j’ai en tête. » Emma parvient ainsi à concrétiser sa vision du beau, qui tient en deux éléments, « les lignes et surtout la confiance. La confiance en soi, en son corps, en son travail. C’est incroyablement magnifique d’être fier de ce que l’on a et de ce que l’on accomplit » Un bel esprit qu’exhale ses beaux clichés très inspirants.

Extrait de "Poolside", © Emma Hartvig
Extrait de “Poolside”, © Emma Hartvig

emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-8emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-1emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-11emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-6emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-10emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-3emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-14emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-5emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-9emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-7emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-4emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-13emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-12emma-hartvig-poolside-fisheyelemag-15

Propos recueillis par Marie Moglia

En (sa)voir plus

→ Retrouvez l’ensemble du travail d’Emma sur son site : emmahartvig.com

→ Vous pouvez aussi la suivre sur Tumblr : emmahartvig.tumblr.com

→ Sur Instagram : @ehartvig

→ Sur Twitter : @emmahartvig

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot