Venezia Photo : au cœur du workshop créatif de Charlotte Abramow !

Venezia Photo : au cœur du workshop créatif de Charlotte Abramow !

En avril dernier, le Venezia Photo Festival a organisé de nombreux workshops photographiques dans le cadre idyllique de l’île vénitienne San Servolo. Charlotte Abramow, l’une des photographes professeur·es de cette quatrième édition, revient sur cette expérience créative et enrichissante.

Fort du succès des précédentes éditions, le VIP – Venezia International Photo festival – a renouvelé l’organisation de workshops à vocation créative et professionnelle, du 20 au 23 avril 2023. Destiné à ceux et celles qui souhaitent enrichir leur pratique du médium, qu’iels soient débutant·es, amateur·es ou professionnel·les, le VIP s’est déroulé comme à son habitude sur la merveilleuse île de San Servolo, à Venise. Ce lieu paradisiaque s’est transformé, le temps d’un long weekend, en un espace de vie et de formation unique en son genre. Au total, 17 artistes reconnu·es ont endossé le rôle de professeur·e. Parmi elleux, Charlotte Abramow a proposé « Venise en décalage ». Un workshop à la thématique insolite qui invitait les élèves à réaliser des visuels, parfois teintés d’humour, en symbiose avec leur environnement.

« L’idée était de chercher et créer l’inattendu, quelque chose qui nous étonne dans ce décor si emblématique de Venise », explique la photographe belge. Dès le premier jour, les cinq participant·es ont pu faire découvrir leurs portfolios et poser toutes leurs questions. « Les jours suivants, nous avons shooté dans Venise. Puis nous avons édité et mis en page nos images », poursuit-elle. Son objectif ? Stimuler la créativité de ses élèves en les invitant à s’amuser, à essayer, mais surtout de « créer une étincelle qui leur donne envie d’explorer ».

© Lisa Bertoldi© Lisa Bertoldi

© Lisa Bertoldi

Des fantômes à Venise

Pour transmettre ses conseils les plus avisés, Charlotte Abramow n’hésite pas à donner de sa personne en passant devant l’objectif de certain·es participant·es. « Cela s’est fait par hasard, au fil de discussions avec les élèves et dans l’énergie du moment. C’était aussi une manière de les accompagner et de les guider sur des angles et des prises de vue », précise-t-elle. Au petit matin, la photographe les emmène au lever du soleil place Saint-Marc et pont du Rialto dans une ville qui était alors « déserte et rosée ». Iels emportent avec elleux des draps blancs afin d’ajouter une dimension imaginaire et intrigante à leurs clichés. De cette idée nait l’apparition de fantômes vénitiens dans des paysages oniriques. « Chercher à s’amuser était un axe important. L’amusement est une forme de liberté », explique Charlotte Abramow.

En s’aidant de temps à autre d’accessoires, les élèves de cet atelier saisissent la beauté de Venise tout en sortant de leurs zones de confort. « François par exemple, photographie essentiellement à l’iPhone. Il capture des moments insolites, subtils ou qui amènent à sourire, toujours avec un oeil graphique. Au workshop, il a exploré la pratique du diptyque et l’association d’images pour la première fois et c’était super », se remémore la professeure. Habituée à animer des workshops aux Rencontres d’Arles, Charlotte Abramow a beaucoup apprécié cette expérience où elle a pu apprendre de ses élèves. Elle conclut : « J’ai découvert des personnes formidables, des signatures différentes et personnelles. Cela m’a rappelé ce que j’avais aimé dans mon école photo : l’émulation de groupe, le fait de créer ensemble, d’échanger et d’observer. »

© François Kermoal

© François Kermoal

© Lisa Melchiorri

© Lisa Melchiorri

© Julie Astoul

© Julie Astoul

© Emilie Carpuat

© Emilie Carpuat

© Arthur Catton

© Arthur Catton

Image d’ouverture : © Lisa Bertoldi

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina