Viols et vérités

14 février 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Viols et vérités

Laia Abril présente On rape, le deuxième chapitre de sa série A History of Misogyny. Un nouvel opus dédié au viol et à ses mécanismes d’institutionnalisation. Une exposition glaçante et indispensable, visible à la galerie Les Filles du Calvaire jusqu’au 22 février.

Pourquoi les victimes de viols sont-elles trop souvent jugées coupables ? La notion de masculinité est-elle nécessairement liée aux violences sexuelles ? Pourquoi faut-il attendre que plus d’1,7 million de personnes signent une pétition pour que des hommes soient jugés comme auteurs de viols collectifs et non comme auteurs de graves dommages ? La violence sexuelle est-elle devenue une norme ? En Inde, les femmes qui résistent à l’agression se font raser la tête. La liste des inepties exposées à la galerie Les Filles du Calvaire est longue, et les questions associées tout autant. Laia Abril, formée au journalisme, signe une fois de plus un travail impressionnant. « J’aime collecter et connecter des informations entre elles. Mon rôle ? Rendre visibles des sujets invisibles », confie l’artiste espagnole qui partage, à Paris, et en exclusivité, le second chapitre de son vaste projet amorcé en 2016 : A History of Misogyny.

« Je voulais comprendre pourquoi certaines structures institutionnelles telles que la justice, le droit, et la politique, non seulement échouaient face aux victimes de viols, mais encourageaient en réalité les agresseurs, en préservant les rapports de pouvoir et le viol comme norme sociale », explique l’artiste. Pour ce faire, elle développe le même protocole que pour son précédent chapitre. L’installation se compose de clichés noir et blanc clinique, d’étranges objets, et de témoignages bouleversants. En parcourant les deux espaces d’exposition, il est finalement plus difficile de lire les images que de les regarder.

« J’ai vu mon mari pour la première fois le jour de mon mariage. Ses amis m’ont conduit à lui. Je pensais que je n’allais pas pouvoir le supporter, car j’étais furieuse contre lui, j’aimais un autre homme et je rêvais de devenir sa femme. Au lieu de cela, j’ai été forcée d’épouser l’homme qui m’avait kidnappée » Alina, Kyrgystan

Poser les bonnes questions

Plus qu’une exposition, On rape s’impose comme un acte politique. Pour preuve, Laia Abril a démarré ce projet à la suite d’un fait divers local profondément marquant et entraînant la plus grande protestation féministe de l’histoire du pays. « En 2018, la justice espagnole a libéré cinq hommes qui avaient violé une jeune femme de 18 ans, jugés initialement pour abus sexuel plutôt que pour viol, remettant en question la jurisprudence espagnole face au viol. » Son protocole ne suit pas une chronologie, elle revisite pourtant l’histoire afin d’identifier « les stéréotypes et les mythes fondés sur le genre ». L’inexistence d’un terme médical désignant le vagin jusqu’au 18e siècle, les kits de preuve de viol distribués aux États-Unis dans les années 1970 ou encore les camps de viol pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine (1992-1995), la photographe espagnole ne ferme les yeux sur aucune horreur et s’attaque aux institutions et autres figures de l’autorité. Dans son viseur ? L’armée, la politique ou encore la religion… L’œuvre Intitrable rassemblant plus de 3000 portraits trouvés dans les bases de données en ligne de prêtres catholiques termine ce parcours plus que nauséeux. Oui, le corps d’une femme n’est pas une scène de crime ni un défouloir. Oui, les structures institutionnelles doivent enfin reconnaître leurs responsabilités. Et non, la misogynie ne doit pas s’imposer comme une notion intemporelle. Une fois encore, Laia Abril pose les bonnes questions, et rétablit la vérité.

 

Le samedi 15 février, à 15h, Laia Abril sera présente à la galerie Les Filles du Calvaire pour une rencontre/discussion avec Valérie Duponchelle (grand reporter art au Figaro). Entrée libre, dans la limite des places disponibles. 

© Laia Abril / Courtesy Les Filles du Calvaire© Laia Abril / Courtesy Les Filles du Calvaire

© Laia Abril / Courtesy Les Filles du Calvaire

© Laia Abril / Courtesy Les Filles du Calvaire

© Galerie Filles Du Calvaire© Galerie Filles Du Calvaire

© Galerie Filles Du Calvaire

Explorez
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet