VISA pour l’image dévoile sa programmation 2021 !

18 mai 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
VISA pour l’image dévoile sa programmation 2021 !

Du 28 août au 26 septembre 2021 se tiendra la 33e édition du festival Visa pour l’image. L’occasion de découvrir la programmation, profondément influencée par l’état actuel de notre monde.

« Nous avions la fierté, l’an dernier, d’avoir maintenu une édition du festival. Cette année, nous espérons que les conditions sanitaires vont permettre d’organiser l’événement dans sa grande tenue : avec ses expositions, ses projections, ses débats, ses portfolios… Tous les éléments qui contribuent à l’effervescence nécessaire, au cœur d’une période marquée par la fureur du monde comme par son humanité »,

annonçait Renaud Donnedieu de Vabres, président de l’association Visa pour l’Image, lors de la conférence de presse, qui s’est tenue le 18 mai 2021. Alors que la France entame le long processus du déconfinement, c’est un vent d’espoir qui souffle sur cette 33e édition du festival.

Du 28 août au 12 septembre, 25 expositions ouvriront leur porte à Perpignan, pour célébrer le métier de photojournaliste. En parallèle, six projections et de nombreuses récompenses – six Visas d’or, trois bourses et cinq prix photographiques – seront remises aux auteurs. Un prolongement de ces événements sera également organisé à La Villette en septembre et octobre 2021. Une manière de partager les différents reportages avec le public de la capitale. Un seul rendez-vous virtuel demeure : les rencontres organisées par Canon, destinées aux photographes qui ne peuvent pas se déplacer.

© Éric Bouvet

© Éric Bouvet

Une nécessité : celle d’informer

Entre souffrance et légèreté, évasion et familiarité, l’édition 2021 de Visa pour l’Image entend faire un état de notre monde actuel. Travaillant pour The Associated Press, Nariman El-Mofty s’intéresse à un génocide peu relayé par les médias : celui des Tigréens par le gouvernement éthiopien. Des affrontements qui conduisent l’ethnie à se réfugier au Soudan. Inspirés par la crise sanitaire, les photographes de l’agence MYOP se sont rendus au Bangladesh, au Liban, en Équateur, en Haïti ou encore en Ouganda pour documenter la situation des réfugiés et déplacés, qui doivent, en plus des dangers de la migration, faire face à la pandémie. Pour la première fois dans l’histoire de Visa, un photographe anonyme dévoile ses images de la « révolution du printemps » en Birmanie, pays en proie à une répression meurtrière. Une identité gardée secrète pour des raisons de sécurité. Enfin, Guillaume Herbaut annonce son retour au festival avec Ve, un projet centré autour de la République française au bord de l’asphyxie – entre effondrement économique, attaques terroristes, crise des gilets jaunes et pandémie.

Mais cette 33e édition est aussi prétexte à découvrir des projets plus légers, témoignant d’un besoin de s’évader, de découvrir, en cette sombre période. Avec Bonne vie à deux : Haïti pour le meilleur et pour le pire, Valérie Baeriswyl documente le mariage dans le pays caribéen. Une cérémonie qui, en raison de son coût, conduit les amoureux à rivaliser d’ingéniosité pour parvenir à l’organiser. Jérôme Gence propose quant à lui, avec Télétravail : Allô bureau bobo, une immersion dans le quotidien des digital nomads, ces jeunes occidentaux qui ont fui leur France d’origine pour travailler en coworking et à distance sous le soleil et les cocotiers. Une autre manière d’appréhender la Covid-19. Enfin, avec un humour grinçant, Gabriele Galimberti explore la fascination des Américains pour les armes dans The Ameriguns. Une série née d’un constat glaçant : aux États-Unis, on trouve 393 millions d’armes à feu pour 328 millions d’habitants. Guerres, crises humanitaires et sanitaires, réchauffement climatique… Si notre planète fait face à un flot incessant de catastrophes, les photographes présents, cette année, à Visa pour l’image rapportent de leurs voyages une nécessité : celle d’informer – avec  gravité, dérision, ou sensibilité.

© Photographe anonyme en Birmanie pour The New York Times

© Photographe anonyme en Birmanie pour The New York Times

© Guillaume Herbaut / Agence VU’

© Guillaume Herbaut / Agence VU’

© Abir Abdullah

© Abir Abdullah

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

Image d’ouverture : © Guillaume Herbaut / Agence VU’

Explorez
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
© Cristina De Middel. Revenir à nouveau [Volver Volver], série Voyage au centre, 2021. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Magnum Photos
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
En parallèle de ses articles sur la 55e édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra jusqu’au 29 septembre 2024, la rédaction...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin