Vivian Maier raconte l’Amérique

02 novembre 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Vivian Maier raconte l'Amérique

Aujourd’hui tout le monde ou presque a entendu parler de Vivian Maier et de son incroyable destin posthume. Mais bien peu finalement connaissent l’œuvre de cette étonnante photographe d’origine française, née à New York en 1926 et disparu à Chicago le 21 avril 2009, dans la misère, la solitude et l’anonymat le plus complet.

Au même moment, un agent immobilier de Chicago cherche sa trace, en vain. Il vient d’acheter aux enchères plusieurs malles qui contiennent des milliers de ses photos, petits tirages, négatifs, rouleaux de films, planches-contact, coupures de journaux… et devant l’intérêt que suscitent les premiers images qu’il publie sur le net, il se rend vite compte qu’il vient de découvrir à la fois une œuvre considérable (autant en quantité qu’en qualité) et une potentielle mine d’or…

Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
Milwaukee, Wisconsin. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
Floride, 9 janvier 1957. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York

Vivian Maier n’est plus, mais sa légende démarre : livres, articles de presse, films, expositions… se succèdent alors dans le monde entier et c’est aujourd’hui au cœur de l’Isle-Sur-La-Sorgue (à une demi-heure d’Avignon), dans les superbes murs du centre d’art Campredon qu’une des expositions majeures sur Vivian Maier fait escale jusqu’en février prochain.

On y retrouve une large sélection de tirages modernes, une majorité d’images noir & blanc en format carré (prises au Rolleiflex dans les années 1950/60) et quelques instantanés 24×36 couleurs saisis plus tardivement au Leica. Fascinée par le spectacle de la rue et la vie quotidienne des personnes anonymes, à New York comme à Chicago, Vivian Maier s’affirme vite comme une vraie « street photographer », incisive, rapide, malicieuse et dotée d’une vraie vision personnelle.

Super 8

Le découpage thématique de l’exposition permet de bien saisir l’approche photographique humaniste de cette autodidacte qui travaillait comme nurse et gouvernante d’enfants pour gagner sa vie. En parallèle, il ne faut pas rater les petits films Super 8 projetées au 1er étage, car ils permettent de discerner, en arrière plan, l’engagement féministe et socialiste, de cette incroyable personnalité qui est avant tout une grande photographe.

Beaucoup de choses restent encore à découvrir derrière la légende Vivian Maier, et d’autres expositions restent à monter avec davantage de documents et les photos développées ultérieurement. Mais la programmation du Centre d’Art Campredon permet au grand public d’entrer avec finesse et empathie au coeur d’une œuvre plus complexe qu’on pourrait le croire au premier abord.

Fish Eye Magazine | Vivian Maier raconte l’Amérique
Août 1975. © Vivian Maier / Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
Sans titre, 1960. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
Septembre 1959. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
29 septembre 1959, New York. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
18 septembre 1962. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
1959, Grenoble, France. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York
Fisheye Magazine | Vivian Maier raconte l'Amérique
Sans titre, s.d. Non datée. © Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York

Fish Eye Magazine | Vivian Maier raconte l’AmériqueVivian Maier : Chroniques Américaines

À l’Isle-sur-la-Sorgue, Campredon Centre d’Art,
Jusqu’au 19 février 2017

Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill