Voyages multiples en terres gelées : les photographes capturent l’hiver

25 décembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyages multiples  en terres gelées : les photographes capturent l'hiver

Panoramas sauvages, inexplorés, territoires hostiles, ou encore retraites thérapeutiques… Les paysages enneigés ne cessent de fasciner les photographes. Alors, en cette période hivernale, rien de tel qu’une immersion dans ces espaces gelés, où les glaciers côtoient les vents froids et où l’inspiration est prégnante. Suivez le guide !

Vincent Bousserez

Ces dernières années, Vincent Bousserez, 44 ans, photographe explorateur, s’est rendu en Finlande, en Suède, en Norvège, en Islande, et en Russie afin de documenter le passage de l’homme sur terre. « Plus l’humanité grandit, plus elle s’étend et plus cela coûte cher au monde qui nous entoure », ajoute-t-il. Et c’est au Lac Baïkal, en mars 2018, qu’il concrétise sa série Empreintes, un travail poétique et engagé.

© Vincent Bousserez© Vincent Bousserez

© Vincent Bousserez

© Vincent Bousserez

Rosa Rodríguez

« Je m’intéresse tout particulièrement aux sociétés, et à la manière dont elles influencent chaque être humain. Dernièrement, j’ai étudié les communautés qui nouent des liens avec la nature, et qui se battent pour la préserver »

, raconte  Rosa Rodríguez . Durant trois ans, elle a voyagé dans la région arctique pour réaliser The White Line. Une série documentaire capturant la splendeur du territoire – ainsi que son lent déclin.

© Rosa Rodríguez

© Rosa Rodríguez© Rosa Rodríguez

© Rosa Rodríguez

Alexis Pazoumian

À Yakutsk, l’une des villes les plus froides du monde, et dans la taïga environnante, Alexis Pazoumian  a développé Sasha, un récit aussi documentaire que personnel. Cette région, aussi riche que glaciale, fascine. « Ses sous-sols regorgent d’or, de pétrole et de charbon. C’est aussi la première productrice de diamants du monde », précise l’auteur. Un territoire fabuleux, immaculé, mais hostile. « Les températures hivernales atteignent – 60 °C », rappelle le photographe.

© Alexis Pazoumian© Alexis Pazoumian

© Alexis Pazoumian

© Alexis Pazoumian

Marina Shukurova

La photographe russe Marina Shukurova est partie durant deux semaines dans le Grand Nord, près de Mourmansk, pour documenter un mal mystérieux : l’hystérie arctique. « L’affliction est caractérisée par un état de conscience et une perception de la réalité altérés. Si la personne est toujours capable de réaliser des actions automatiques, celles-ci sont accompagnées d’un « écho » – une imitation des mots et gestes d’autrui non contrôlée – et un « appel » – une envie irrésistible de se diriger vers un endroit spécifique, souvent vers le nord et l’étoile Polaire », raconte-t-elle.

© Marina Shukurova© Marina Shukurova
© Marina Shukurova© Marina Shukurova

© Marina Shukurova

Jonathan Levitt

Pour réaliser Echo Mask, le photographe Jonathan Levitt a voyagé sur le territoire nord-américain, à la recherche d’une nature intacte. Il en rapporte des œuvres étranges, qui semblent osciller entre deux mondes, ou deux imaginaires, suspendus entre la vie et la mort. Car au cœur du livre, les animaux photographiés, figés en plein mouvement, semblent sortir des pages sous nos yeux.

© Jonathan Levitt© Jonathan Levitt

© Jonathan Levitt

© Jonathan Levitt

Mark Mahaney

Utqiagvik, la ville la plus septentrionale des États-Unis. Située en Alaska, elle se trouve à environ 550 kilomètres au nord du cercle arctique. Dans cette région, la Nuit polaire dure 65 jours. 65 jours plongés dans les ténèbres, le soleil absent incapable de faire fondre la neige qui s’accumule et crisse sous les pas des rares courageux osant s’aventurer à l’extérieur. Le vent souffle, s’abat sur les corps, et la peau brûle de froid en quelques secondes. C’est dans ce lieu aussi cauchemardesque qu’extraordinaire que Mark Mahaney  a réalisé Polar Night.

© Mark Mahaney

© Mark Mahaney© Mark Mahaney

© Mark Mahaney

Sasha Mongin

« Au début du confinement, je me suis sentie comme un personnage de cartoon que la Covid-19 avait gelé sur place, doté d’un super pistolet cryogénisant », se souvient Sasha Mongin une photographe travaillant le portrait mis en scène. Alors, à défaut de pouvoir se retirer dans son congélateur, l’artiste a figé et réunit dans sa série Covid -19°C des objets personnels l’accompagnant dans le monde normal, ou plutôt dans le monde d’avant.

© Sasha Mogin© Sasha Mogin
© Sasha Mogin© Sasha Mogin

© Sasha Mongin

Martin Faltejsek

« Tous les ans, je passe au minimum un mois dans un pays étranger. Récemment, je suis tombé sous le charme des régions scandinaves »

, précise Martin Faltejsek. Dans ces paysages froids, il capture un monde sauvage et impressionnant, dominant l’Homme. À quelques endroits, des personnages solitaires arpentent ces territoires, figures nostalgiques en quête de paix. Des mises en scène soulignant l’inquiétude du photographe : « Notre planète est magnifique, et il nous faut la protéger à tout prix », déclare-t-il.

© Martin Faltejsek

© Martin Faltejsek

© Martin Faltejsek

Margot Wallard 

Peu après la mort de son frère, la photographe française Margot Wallard a déménagé en Suède, dans la région du Värmland. Là-bas, elle a construit Natten, une série thérapeutique, portée par la douleur du deuil et l’envie d’aller de l’avant.

© Margot Wallard© Margot Wallard

© Margot Wallard

© Margot Wallard

 Douglas Mandry / Riitta Päiväläinen

« Comme un écrivain qui crée un roman et a besoin d’un stylo et de papier, j’ai besoin de tissu et de paysage pour raconter une histoire qui touchera le spectateur en fonction de son histoire personnelle et de ses expériences »

, explique Riitta Päiväläinen. Ce rapport à la nature devient même fusionnel quand elle ajoute : « Travailler avec un paysage, c’est y entrer : vivre et sentir le lieu, en faire enfin partie à parts égales. »

« Mon travail se développe en constante réaction à la digitalisation de la photographie », annonce quant à lui Douglas Mandry. Sa série Unseen Sights rassemble des photographies noir et blanc prises au cours de voyages et recolorisées en studio – à la main ou à l’aérographe. En intervenant ainsi sur ses photos, il propose une vision fantasmée du territoire.

© Riitta Päiväläinen© Riitta Päiväläinen

© Riitta Päiväläinen

© Douglas Mandry

© Douglas Mandry

Julia de Cooker

Dans les images de Julia de Cooker, la technologie humaine paraît irréelle, au milieu du sauvage. La nature est immaculée. Car ni inuit, ni viking ne se sont installés à Svalbard, faisant de cette terre un lieu exempt de toute tradition. Sans passé, la petite ville résiste dans la glace qui l’entoure, première création humaine sur le territoire. « C’est cette sensation de décalage que je voulais documenter dans mon projet », conclut Julia. Une création aux accents futuristes.

© Julia de Cooker

© Julia de Cooker© Julia de Cooker

© Julia de Cooker

Serj Ius

Les photographies de Serj Ius, somptueuses et mystérieuses, nous enveloppent. La lumière, tamisée par le brouillard, teinte les paysages d’un halo rosé. La neige, épaisse et tenace, semble arrêter le temps. Son monde de devient presque irréel, baigné dans cette lumière surnaturelle. « Je me dissous dans mes photos », confie le photographe.

© Serge Ius

© Serge Ius

© Serj Ius

Frankie Carino

Glaciers imposants, grottes gelées, stalagmites tranchantes… À première vue, Ice Castles nous emporte dans un périple hivernal, aux confins de l’Antarctique. Un décor bleuté, auréolé d’un froid polaire, où la neige demeure éternelle et où les humains n’osent s’aventurer. Pourtant, au détour des photographies de Frankie Carino, on découvre d’étranges silhouettes vêtues de simples t-shirts, et un soleil bizarrement chaleureux…

© Frankie Carino© Frankie Carino

© Frankie Carino

© Frankie Carino

Petros Koublis

Dans Silentia, Petros Koublis présente un univers immaculé à l’atmosphère surnaturelle. S’il voyage d’un bout à l’autre du monde – des îles Égéennes aux États-Unis – son esthétique unique brouille les frontières et rapproche les paysages dans un même territoire. Qu’il photographie en couleur ou en noir et blanc, une pureté émane de ses créations. Paysages et êtres vivants apparaissent dans des décors sublimes, habités par un silence magistral.

© Petros Koublis

© Petros Koublis© Petros Koublis

© Petros Koublis

Image d’ouverture : © Jonathan Levitt

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas