WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre

14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall

Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l’œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de gamme épousant le style léché et graphique du photographe.

Incontournable tant pour les photographes amateurices que pour les professionnel·les, WhiteWall place l’amour de la photographie monochrome au cœur de la nouvelle section noir et blanc de son site créée pour l’occasion. Dédiée à la communauté, intitulée « WhiteWall Black & White », cette rubrique naît d’une association de l’entreprise avec une sélection internationale de professionnel·les du noir et blanc. Parmi elleux, Alexandre Souêtre, directeur de création, consultant et artiste visuel à la pratique étonnante, qui vit entre Los Angeles, Portland et Paris. 

Laboratoire photo fondé en 2007, WhiteWall est réputé comme étant l’un des meilleurs au monde, et un des premiers fournisseurs de services en photographie. En plus de réaliser des tirages et des agrandissements, il produit un format livre haut de gamme pour les professionnel·les en quête d’innovation et de qualité. Alexandre Souêtre a bénéficié de l’impression de son travail en format Beau-Livre, pour un rendu sobre et élégant, suivant le principe des livres édités par WhiteWall. Proches d’un objet de design, ils sont conçus de manière à laisser à la photographie l’espace nécessaire pour qu’elle respire, et soit sublimée.

Des histoires en noir et blanc

Alexandre Souêtre, né à Paris, saisit les contrastes, les lignes et les jeux d’ombre et de lumière infinis qui font la richesse du monochrome. Ses prises de vue architecturales, ses shootings à l’esthétique épurée ou encore ses portraits transmettent une émotion subtile, où tout se joue dans une tension entre la douceur et l’amertume, la caresse d’une ombre et la menace de l’obscurité. Car ce sont de véritables histoires qui naissent de ses clichés, tant il fait ressortir le caractère dramatique des choses : si le photographe ne se déclare pas volontiers comme un artiste « technique », il est cependant certain de posséder une maîtrise raffinée, lui permettant de devenir le conteur de ce qu’il capture. 

Ce monde sans couleurs qui constitue son objet quotidien, naît d’abord d’un regard particulier sur le réel : plutôt que de penser ou de rêver son œuvre en noir et blanc, il confie avoir « tendance à (s)e concentrer sur le sujet d’une manière telle que les teintes de couleurs deviennent des nuances. » En effet, le caractère principal du noir et blanc est d’unifier les choses et de perdre le sens de l’individuel. Par là, il acquière une puissance particulière, harmonieuse et intemporelle. Il concentre le regard sur l’essentiel.

L’image, pourtant, n’est d’après lui pas finalisée tant que le tirage ou l’impression n’a pas couronné le travail en question : « L‘impression de votre œuvre en tant que photographe est probablement votre plus grand accomplissement. À bien des égards, cela ressemble à un achèvement, et je pense que c‘est le cas. Je crois que la photographie a toujours été destinée à être imprimée. » Sans support physique, il manque un élément fondamental à la photographie, nous dit Alexandre Souêtre. Une approche en résonance avec la philosophie de WhiteWall, qui s’attache à revaloriser l’esthétique visuelle du noir et blanc grâce à sa nouvelle plateforme.

© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
À lire aussi
Circulation(s) et WhiteWall font la part belle à la photographie arménienne !
Circulation(s) et WhiteWall font la part belle à la photographie arménienne !
À l’occasion de la 12e édition de Circulation(s), qui se déroulera du 2 avril au 29 mai, le laboratoire photo WhiteWall s’associe…
30 mars 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Corpus anima » : un éloge des courbes en noir et blanc
« Corpus anima » : un éloge des courbes en noir et blanc
Jusqu’au 31 mai 2023, la Galerie de l’instant présente dans son antenne parisienne Corpus anima, véritable ode à la sensualité en noir et…
19 avril 2023   •  
Écrit par Léa Boisset

Explorez
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
© Julien Athonady
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
Nos coups de cœur de la semaine, Julien Athonady et Nika Sandler, emploient le médium photographique comme une manière d'entrer au plus...
15 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine