Terminé
Concours

Découvrez les lauréats des Sony World Photography Awards 2021 !

Les Sony World Photography Awards viennent d’annoncer les lauréats de l’édition 2021 : Craig Easton et Tamary Kudita. Deux auteur·e·s engagé·e·s donnant à voir les maux d’une communauté.
15 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Découvrez les lauréats des Sony World Photography Awards 2021 !

Les Sony World Photography Awards viennent d’annoncer les lauréats de l’édition 2021 : Craig Easton et Tamary Kudita. Deux auteur·e·s engagé·e·s donnant à voir les maux d’une communauté.

Mercredi 14 avril, lors d’une conférence digitale, la World Photography Organisation a révélé les noms des lauréats des catégories Professional et Open du Sony World Photography Awards 2021. « Ce prix a toujours eu pour objectif de célébrer et d’encourager la photographie et les photographes », a déclaré Scott Gray, PDG de l’organisation, qui salue cette année une volonté des candidats de « raconter des histoires puissantes d’une très belle manière, en mettant la technologie au service de la créativité ». Malgré la pandémie mondiale, le concours a suscité un intérêt remarquable, auprès des auteurs venant de tous les horizons : « nous avons reçu davantage de travaux d’Amérique latine, d’Asie, et d’Afrique que lors des éditions précédentes », s’enthousiasme Scott Gray. C’est d’ailleurs Tamary Kudita, une jeune photographe venue du Zimbabwe, qui obtient le titre de Photographe de l’Année concours Open, grâce à son image African Victorian. Craig Easton, photographe britannique, remporte quant à lui le concours Professional, pour sa série Bank Top. Il reçoit, pour l’occasion, 25 000 dollars, ainsi qu’un équipement photo Sony.

© Tamary Kudita© Craig Easton
from the series ‘BANK TOP’

© à g. Tamary Kudita, à d. Craig Easton

Esthétisme et engagement

Imaginée en collaboration avec l’écrivain et universitaire Abdul Aziz Hafiz, la série Bank Top explore la représentation des communautés du nord de l’Angleterre – plus précisément du quartier de Bank Top à Blackburn. Un territoire marqué par la pauvreté, le chômage, ou encore le dénuement social. Durant un an, les deux hommes ont noué des liens avec les habitants de la ville, découvrant leurs histoires, leur héritage. « C’est un privilège de pouvoir partager ces récits, et remettre en question les perceptions et les stéréotypes. Ce combat m’est particulièrement cher », confie Craig Easton. Grâce à ses portraits sensibles en noir et blanc, révélant la fragilité de ces sujets, le photographe donne à voir une communauté vulnérable, lassée par un quotidien pesant, qui se bat, malgré tout, pour exister.

« African Victorian rend hommage à l’être contemporain également ancré dans l’histoire. Mon travail s’articule autour de l’importance de la représentation africaine, et je suis reconnaissante d’avoir la possibilité de faire monter l’art zimbabwéen sur la scène internationale », déclare quant à elle Tamary Kudita. Poignant, son cliché primé dépeint une modèle noire en robe victorienne. Un portrait contemporain tout en nuance, déconstruisant la vision stéréotypée des femmes africaines en proposant au regardeur un langage visuel alternatif, qui s’affranchit de tels raccourcis. À travers deux écritures différentes, les lauréats témoignent tous deux des enjeux sociétaux modernes, et mêlent, avec brio, esthétisme et engagement.

© Craig Easton
from the series ‘BANK TOP’
© Craig Easton
from the series ‘BANK TOP’

© Craig Easton

Image d’ouverture : © à g. Craig Easton, à d. Tamary Kudita

Eyes Wide Open vous propose de publier votre premier livre photo !
© Randa Mirza, « Beirutopia », Lauréate édition 1 / Courtesy of The Eyes
En cours
Appel à candidature
Eyes Wide Open vous propose de publier votre premier livre photo !
16.1129.02
Paris, France
Ouvert aux photographes n’ayant jamais publié de monographie avec un·e éditeur·ice, le concours pour remporter une des Bourses du 1er...
Fisheye x La Poste : photographes, sublimez vos bureaux de poste !
@regardsdes / Instagram
Fisheye
En cours
Concours
Fisheye x La Poste : photographes, sublimez vos bureaux de poste !
30.1129.02
Jusqu'au 29 février 2024, La Poste s’allie à Fisheye pour lancer un concours ayant pour thématique : mon bureau de poste. À la clé ? Un...
Et si vous deveniez étudiant·e du Fresnoy ? 
Panorama 25 - Nos Îles, 2023 © Aliha Thalien
En cours
Appel à candidature
Et si vous deveniez étudiant·e du Fresnoy
15.1220.03
Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains lance un grand appel à candidatures destiné aux artistes souhaitant approfondir leur...
MANE lance son premier concours photo, Capture what Moves, en soutien à la jeune création
Jasmine © Groupe Mane
En cours
Appel à candidature
MANE lance son premier concours photo, Capture what Moves, en soutien à la jeune création
12.0108.03
Le groupe du secteur des parfums et arômes, lance un appel à candidature pour son premier concours, destiné à la jeune création.
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill