2ème édition du VR Arles Festival : un art sous les objectifs

30 juin 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
2ème édition du VR Arles Festival : un art sous les objectifs

Le 3 juillet 2017, s’ouvrira la deuxième édition du VR Arles Festival. Ce chapitre se faisant encore plus ambitieux, Fisheye a interrogé Benoît Baume – président et directeur de Fisheye-, Bertrand Cizeau – directeur de la communication Groupe de BNP Paribas- et Sam Stourdzé – directeur artistique des Rencontres d’Arles.

Cet été, 50 000 festivaliers sont attendus au couvent Saint-Césaire, soit dix fois plus que l’édition précédente. La réalité virtuelle est une discipline de plus en plus reconnue dans le milieu artistique et on note dans un même temps, une appétence pour ce médium. Ainsi, la décision majeure – et commune à Benoît Baume, Bertrand Cizeau et Sam Stourdzé- a été d’augmenter la durée du festival. Pendant deux mois –contre une semaine l’année passée- les festivaliers pourront découvrir les 20 films en compétition. Car s’il est important de mettre en avant les auteurs, le VR Arles Festival est aussi un lieu de rencontre entre les œuvres et leurs publics. Pour Benoît Baume, cette nouvelle édition a pour vocation de devenir un espace d’échanges afin de « développer la connaissance autour de la VR. » Comment écrire un scénario de film en VR ? Comment financer et diffuser de tels projets ? Autant de questions qui seront abordées au cours de conférences. Premier festival en la matière, le VR festival se donne les moyens d’être légitimé sur la scène artistique internationale. Et pour preuve, Michel Hazanavicius (The Artist, OSS 117) présidera le jury de cette deuxième édition.

Avec le cinéma ou la télévision, on avait l’image dans un rectangle. Aujourd’hui, on casse le rectangle et on propose une expérience immersive et totale, Benoît Baume

Ashes to Ashes
Ashes to Ashes, réalisé par Ingejan Ligthart Schenk, Jamille Van Wijngaarden & Steye Hallema

Réalité virtuelle : l’image du futur ?

Si nul ne peut lire l’avenir, tous trois nous apparaissent comme des visionnaires passionnés. Le directeur artistique des rencontres d’Arles s’est montré très enthousiaste à l’égard de ce médium qu’il considère être la « nouvelle écriture de l’image ». Pour lui, il est indispensable de « pérenniser cette discipline ». Benoît Baume voit dans la VR un espace de tous les possibles technologiques : « La VR n’est pas une technologie nouvelle, elle a pourtant connu un essor ces dernières années grâce à l’évolution de la technologie ». C’est en 2013 qu’il découvre la VR, depuis, il lui a semblé « inenvisageable de ne pas faire parti de cette aventure ». Dans le futur qu’il imagine, « les casques seront plus petits et plus intégrés et l’expérience sera davantage interactive ». Sam Stourdzé compare l’émergence de la réalité virtuelle à celle du cinéma : « c’est un enjeu technologique comme le cinéma à ses débuts ». La VR a déjà conquis les salariés de BNP Paribas si bien qu’un premier film corporate en VR a été réalisé. Bertrand Cizeau nous confirme qu’ « en interne, [ils efforcent] d’insuffler cette culture ». Et en externe, de nombreuses perspectives sont encore inexplorées par les entreprises telles que la « visite d’un futur appartement en VR ou encore le suivi de ses comptes en réalité augmentée, autant d’opportunités pour enrichir l’expérience client. » Et autant de moyen de rendre son quotidien plus créatif, plus vivant car la VR ne permet plus seulement de voir les choses mais aussi de les vivre !

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •