2ème édition du VR Arles Festival : un art sous les objectifs

30 juin 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
2ème édition du VR Arles Festival : un art sous les objectifs

Le 3 juillet 2017, s’ouvrira la deuxième édition du VR Arles Festival. Ce chapitre se faisant encore plus ambitieux, Fisheye a interrogé Benoît Baume – président et directeur de Fisheye-, Bertrand Cizeau – directeur de la communication Groupe de BNP Paribas- et Sam Stourdzé – directeur artistique des Rencontres d’Arles.

Cet été, 50 000 festivaliers sont attendus au couvent Saint-Césaire, soit dix fois plus que l’édition précédente. La réalité virtuelle est une discipline de plus en plus reconnue dans le milieu artistique et on note dans un même temps, une appétence pour ce médium. Ainsi, la décision majeure – et commune à Benoît Baume, Bertrand Cizeau et Sam Stourdzé- a été d’augmenter la durée du festival. Pendant deux mois –contre une semaine l’année passée- les festivaliers pourront découvrir les 20 films en compétition. Car s’il est important de mettre en avant les auteurs, le VR Arles Festival est aussi un lieu de rencontre entre les œuvres et leurs publics. Pour Benoît Baume, cette nouvelle édition a pour vocation de devenir un espace d’échanges afin de « développer la connaissance autour de la VR. » Comment écrire un scénario de film en VR ? Comment financer et diffuser de tels projets ? Autant de questions qui seront abordées au cours de conférences. Premier festival en la matière, le VR festival se donne les moyens d’être légitimé sur la scène artistique internationale. Et pour preuve, Michel Hazanavicius (The Artist, OSS 117) présidera le jury de cette deuxième édition.

Avec le cinéma ou la télévision, on avait l’image dans un rectangle. Aujourd’hui, on casse le rectangle et on propose une expérience immersive et totale, Benoît Baume

Ashes to Ashes
Ashes to Ashes, réalisé par Ingejan Ligthart Schenk, Jamille Van Wijngaarden & Steye Hallema

Réalité virtuelle : l’image du futur ?

Si nul ne peut lire l’avenir, tous trois nous apparaissent comme des visionnaires passionnés. Le directeur artistique des rencontres d’Arles s’est montré très enthousiaste à l’égard de ce médium qu’il considère être la « nouvelle écriture de l’image ». Pour lui, il est indispensable de « pérenniser cette discipline ». Benoît Baume voit dans la VR un espace de tous les possibles technologiques : « La VR n’est pas une technologie nouvelle, elle a pourtant connu un essor ces dernières années grâce à l’évolution de la technologie ». C’est en 2013 qu’il découvre la VR, depuis, il lui a semblé « inenvisageable de ne pas faire parti de cette aventure ». Dans le futur qu’il imagine, « les casques seront plus petits et plus intégrés et l’expérience sera davantage interactive ». Sam Stourdzé compare l’émergence de la réalité virtuelle à celle du cinéma : « c’est un enjeu technologique comme le cinéma à ses débuts ». La VR a déjà conquis les salariés de BNP Paribas si bien qu’un premier film corporate en VR a été réalisé. Bertrand Cizeau nous confirme qu’ « en interne, [ils efforcent] d’insuffler cette culture ». Et en externe, de nombreuses perspectives sont encore inexplorées par les entreprises telles que la « visite d’un futur appartement en VR ou encore le suivi de ses comptes en réalité augmentée, autant d’opportunités pour enrichir l’expérience client. » Et autant de moyen de rendre son quotidien plus créatif, plus vivant car la VR ne permet plus seulement de voir les choses mais aussi de les vivre !

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
still de Sinjar, naissance des fantômes
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
En salle à partir du 19 juin 2024, le film Sinjar, naissance des fantômes, réalisé par Alexe Liebert, avec les photographies de Michel...
19 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger