Adeline Care présente son travail à la Fisheye Gallery

08 octobre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Adeline Care présente son travail à la Fisheye Gallery

Du 8 au 24 octobre, la Fisheye Gallery accueille Aithō, je brûle, série mystique de la lauréate du Prix Picto 2019, Adeline Care. Réservez dès maintenant votre visite en présence de l’artiste !

Depuis 1998, le Prix Picto de la photographie de mode a pour vocation de soutenir les auteurs de moins de 35 ans, en les aidant à débuter leur carrière. Au fil des années, l’événement a récompensé des photographes qui ont depuis développé une carrière à l’international : Louis Decamps, Kourtney Roy, Laura Bonnefous, et Adeline Care, en 2019. Du 8 au 24 octobre, la Fisheye Gallery invite les amoureux du 8e art à venir découvrir la série Aithō, je brûle, de la dernière lauréate en lice – en présence de l’artiste ! L’occasion de s’immerger dans son monde sensible et brumeux.

Née en 1993 en Dordogne, Adeline Care développe une œuvre mystique, interrogeant les notions d’existence, d’intimité, d’apparition et de disparition. Dans Aithō, je brûle, l’artiste tisse un conte fantastique, qui met en scène un personnage, s’effaçant dans un territoire volcanique et post-apocalyptique. Au cœur des paysages basaltiques de l’Etna, la figure humaine disparaît, se fond dans une nature presque surnaturelle. Humain et terre se fondent l’un dans l’autre, tandis que leurs récits fusionnent. Une série énigmatique, à venir découvrir à la Fisheye Gallery.

 

Des visites en présence de l’artiste sont organisées les 9, 10, 17 et 24 octobre, de 16h à 19h. Vous pouvez réserver un créneau à l’adresse contact@fisheyegallery.fr (maximum 10 personnes, dans le respect des consignes sanitaires).

© Adeline Care

© Adeline Care© Adeline Care
© Adeline Care© Adeline Care

© Adeline Care

© Adeline Care

Explorez
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •