Au coeur de la conscience de Romain Urhausen

Au coeur de la conscience de Romain Urhausen

Exposée aux Douches La Galerie jusqu’au 27 mai 2023 aux côtés des clichés de Jean-Claude Gautrand, l’œuvre de Romain Urhausen, Une conscience subjective, oscillant entre recherche formelle et interprétation poétique à travers des images en noir et blanc. Une représentation de sa vision du monde tout en dualité qui questionne la subjectivité de chacun.

Une sensation troublante parfois dérangeante se dégage des tirages de Romain Urhausen. Un style singulier à mi-chemin entre humanisme français et subjectivité allemande, nous entraine dans un univers étrange, entre réel et imaginaire. Des corps nus, des paysages, des objets du quotidien, la représentation de ce qui constitue la vie dans son ensemble guide les créations du luxembourgeois. Un appel au voyage grâce à des images éclectiques devenues difformes par l’utilisation de la solarisation (technique qui inverse les polarités et accentue les contrastes de nuance, ndlr). On retrouve aussi la patte de l’architecte qu’il a été dans ses compositions.

Élève d’Otto Steiner, grand maître de la photographie subjective allemande, Romain Urhausen se rapproche plus de l’école germanique que de l’éducation française humaniste, bien qu’il en mélange les codes. Il se joue de la lumière, expérimente à même la photographie en grattant ses tirages pour brouiller la perception de ce qu’il capture. Sa créativité laisse libre, à chacun·e, d’en interpréter la signification. D’un quotidien lambda, il voit plus loin. Sublimé à travers son regard, le corps nu se dévoile poétiquement, qu’il soit flou, inspiré d’œuvre de Gerhard Richter ou brouillé par des jeux de lumière, des expérimentations à la recherche du détail.

© Estate Jean-Claude Gautrand / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris© Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

Liés par leur art

Une conscience subjective de Romain Urhausen est présentée aux Douches La Galerie jusqu’au 27 mai 2023 dans une double exposition aux côtés de L’assassinat des Baltard de Jean-Claude Gautrand. Une quinzaine de photographies de l’artiste français nous transporte dans un monde des années 1970 qui n’est plus, grâce à l’immortalisation de la destruction des Halles de l’architecte Baltard. Les clichés en noir et blanc nous confrontent au temps destructeur et à ses mutations. Outre leur attrait pour la photographie subjective sous l’influence d’Otto Steiner, cette combinaison des deux artistes n’est pas anodine. Romain Urhausen a, lui aussi, immortalisé les Halles avant leur destruction avec une mise en lumière unique sur la vie qui s’y écoulait, un travailleur en plein exercice de son métier, des étales regorgeant de produits diverses… Une approche différente pour une même finalité : celle de ne pas oublier.

© Estate Jean-Claude Gautrand / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris.© Estate Jean-Claude Gautrand / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris.

© Estate Jean-Claude Gautrand / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

© à g. Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris, © à d. Estate Jean-Claude Gautrand / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris.

Photo d’ouverture : © Estate Romain Urhausen / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 10 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill