Au micro de « Regardez voir » #80

06 février 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au micro de « Regardez voir » #80

Cette semaine, Brigitte Patient donne la parole à Samuel Bollendorff, photographe exposé à la Galerie Fait et Cause, ainsi qu’à Michel Poivert, directeur du nouveau Collège international de la photographie du Grand Paris.

La Galerie parisienne Fait et Cause, dédiée à la photographie sociale et environnementale, accueille l’exposition Contaminations, Après moi le déluge, de Samuel Bollendorff. L’auteur y présente une série de sept reportages, dans des lieux définitivement rendus impropres à la vie. Un périple des États-Unis au Japon, en passant par la Russie, le Canada le Brésil ou encore l’Italie.

« C’était un tour du monde très désespérant », confie le photographe. De territoire en territoire, notre consommation boulimique du plastique, et le pouvoir des lobbys industriels grandissent. « J’ai souhaité photographier des pays similaires au nôtre, en termes d’économie et de politique, précise Samuel Bollendorff. Je ne voulais pas que l’on puisse se réfugier derrière des notions de lointain, ou de dictature pour justifier les problèmes environnementaux. » En capturant ces paysages, un drame plus profond fait surface : cette contamination est invisible. La série donne à voir des territoires beaux, invitant le spectateur à s’émerveiller, avant de comprendre la réalité, en lisant les textes qui les accompagnent. Une exposition aussi sublime que glaçante, à découvrir jusqu’au 23 février.

© Samuel Bollendorff

© Samuel Bollendorff© Samuel Bollendorff

© Samuel Bollendorff

© Samuel Bollendorff

Une mission d’intérêt général

Le Collège international de la photographie du Grand Paris est une association de préfiguration, présidée par Michel Poivert. Ce professeur, qui occupe la chaire d’histoire de la photo à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, et codirige le Master Photographie à l’École du Louvre, a inventé ce projet « qui était un rêve fou ». Créé dans le cadre de Réinventer la Seine – un futur écoquartier, qui vise à accueillir des logements, des services, et de la culture – le CIPGP propose trois lieux inédits.

« La culture du numérique nous a finalement fait découvrir que la photographie classique existe, précise Michel Poivert. Les étudiants d’écoles d’art s’intéressent maintenant à l’ante numérique. » En partant de ce constat, le directeur du Collège a imaginé la création d’un conservatoire, qui instruirait ses étudiants sur les techniques liées au 8e art. Une université libre ferait intervenir des photographes, reporters, historiens ou encore critiques, afin d’aller à la rencontre des populations. Enfin, un laboratoire de recherches inviterait les artistes à réfléchir sur la photographie de demain, et les alternatives au numérique. Une « mission d’intérêt général », pour Michel Poivert, qui souhaite consacrer le reste de sa carrière à faire connaître les savoir-faire du média.

© Cyrille Weiner© Francis Jolly

© à g. Cyrille Weiner, à d. Francis Jolly

Michel Poivert © Laura Henno

Michel Poivert © Laura Henno

Image d’ouverture : © Samuel Bollendorff

Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill