Au micro de « Regardez voir » #82

20 février 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au micro de « Regardez voir » #82

Cette semaine, Brigitte Patient découvre l’exposition de Charles Fréger à Nantes. Direction ensuite la Galerie Vu, qui accueille Only Bleeding, un projet de Frédéric Stucin.

Charles Fréger

expose Cimarron à Nantes, jusqu’au 14 avril. 64 photographies au Château des Ducs de Bretagne, et six, au sein de la collection permanente du Musée d’Histoire de la ville, dialoguent. Un récit qui fait écho au passé : du 17 au 19e siècle, Nantes fut le premier port négrier de France. Plus de 500 000 hommes, femmes et enfants achetés sur les côtes africaines partaient pour les colonies américaines, à bord de navires nantais. Un lieu symbolique, important pour le photographe. « Il s’agit d’une mise en perspective, avec les collections du musée, explique-t-il. Les mascarades sont placées à côté d’objets de punition des esclaves. Les images sont ramenées à leur racine, c’est-à-dire la violence, le racisme. »

Le terme cimarron fait référence aux populations d’esclaves fugitifs, devenus des icônes dans les mascarades et carnavals afro-descendants. L’exposition retrace un périple dans quatorze pays, en Amérique latine et centrale, ou encore aux Caraïbes. Elle présente des traditions brutales, mises en place sous la domination d’une population. Un récit passionnant.

© Charles Fréger© Charles Fréger

© Charles Fréger

© Charles Fréger

© Charles Fréger

Une errance dans une ville perdue

Portraitiste, Frédéric Stucin a réalisé de nombreuses commandes pour des magazines, notamment libération. Un travail qui nourrit ses recherches plus personnelles. À la Galerie Vu, il expose Only Bleeding, un projet réalisé dans les rues de Las Vegas – à retrouver également dans un ouvrage, aux éditions Le Bec en l’air. Une création qu’il ne pourrait pas réaliser sans l’habitude des commandes. « On doit s’adapter, lorsqu’on prend une photographie d’une personnalité, on a seulement quelques minutes pour faire une image », confie le photographe, qui se sert de cette rapidité acquise pour saisir la rue.

Les clichés évoquent un film noir, mettant en scène des héros fatigués. Attiré par les visages des gens, l’auteur raconte une histoire à partir des traits de ses modèles. « Le propos n’a jamais été de parler de Las Vegas, précise-t-il. Je ne voulais pas réaliser un documentaire sur cette ville, ni parler des néons, des machines à sous ou de la prostitution. Je propose plutôt une errance dans une ville paumée, au milieu de nulle part ». Un voyage poétique et désabusé.

© Frédéric Stucin

Explorez
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet