Brassage au coeur de l’Europe

03 août 2017   •  
Écrit par Marie Moglia
Brassage au coeur de l'Europe

Non loin de Bruxelles, en Belgique, se déroule, jusqu’au 17 septembre 2017, une nouvelle manifestation photo. En plein cœur des ruines d’une abbaye du XIIe siècle, le festival Brassage photographique est un projet engagé et ambitieux. Focus sur une première édition dynamique.

Lorsqu’on arrive à Villers-la-Ville

par la route, la surprise et l’émotion s’enchaînent sans transition. Au loin se dressent, imposantes, les ruines magistrales d’une abbaye du XIIe siècle. Nichés dans la région wallonne, ces incroyables vestiges sont pour la première fois l’écrin d’une manifestation dédiée au huitième art, le festival Brassage photographique, lancé le 17 juin. Si son nom se réfère à la tradition belge du brassage de la bière, il renvoie aussi à la notion de diversité, primordiale dans ce cas. Il se déploie en quinze expositions sur les quelque 8 000 mètres carrés du domaine abbatial. Quinze expositions à travers quinze lieux : de la colline qui surplombe le jardin de la Pharmacie au jardin de l’Abbé, jusqu’aux anciens vignobles qui s’élèvent le long d’un escalier de cent marches… la photographie se déploie dans un cadre exceptionnel. L’association entre les tirages grand format exposés en plein air et ce lieu patrimonial crée une émotion d’une rare intensité.

Bastien Duval, 24 ans, est à l’origine de ce projet. Passionné de photographie, il raconte : « J’ai composé ce festival un peu comme un bouquin dont chaque exposition serait un chapitre. » Brassage est construit en trois volets dont les deux premiers sont consacrés au continent africain. L’un souligne les approches poétiques et artistiques de Colin Delfosse (Les Catcheurs de Kinshasa), Maroesjka Lavigne (Land of Nothingness), et Tahir Carl Karmali (Jua Kali, Kenya). Le second met en avant des démarches plus journalistiques de Ruben Salgado Escudero (Solar Portraits in Uganda), Pascal Maitre (Les Baobabs de Madagascar), et Nyani Quarmyne – avec notamment son travail sur le climat réalisé dans le cadre d’une mission pour Médecins sans frontières, partenaire de l’événement.

Présentées dans le chapitre, les images poignantes de Nyani Quarmyne sont issues d'une commande pour Médecins sans Frontières.

Présentées dans le chapitre, les images poignantes de Nyani Quarmyne sont issues d’une commande pour Médecins sans Frontières.

 

Les anciens vignobles de l’abbaye s’élèvent le long d’un escalier de cent marches… Le long duquel sont exposées, entre autres, les photographies tirées de la série Wild Iceland, de Nicola Odemann.

Des énergies nouvelles

Le véritable coup de maître, c’est d’avoir fait en sorte d’exposer des jeunes photographes dans un troisième volet consacré à l’Europe. « Je crois très fort au projet européen. Et j’avais envie de mettre en commun les histoires de plusieurs artistes européens, explique Bastien. En revanche, je n’ai pas réfléchi en termes d’émergents, l’idée c’était vraiment d’amener de la découverte. Car il y a un vrai terreau d’expérimentation du côté de la jeunesse : une souplesse dans le travail, une envie… c’est très intéressant de travailler dans cette nébuleuse-là. » C’est nécessaire aussi. Nicola Odemann, qui expose Wild Iceland, présente sa première exposition aux côtés de Quentin Bruno, Sébastien Van Malleghem, Julie Hascoët, Anna Filipova et Antoine Bruy. « Ce ne sont pas les travaux qu’on va voir le plus souvent, en galerie notamment. Mais c’est justement ce qui m’intéresse », poursuit Bastien.

Pour Pascal Fautré, directeur de l’abbaye, « ce projet s’intègre parfaitement dans le positionnement sociétal de l’abbaye de Villers-la-Ville. » Il souligne l’originalité de cet événement, et surtout, « ce qui est intéressant pour nous, c’est d’offrir l’opportunité à une nouvelle génération de photographes d’exposer sur un site comme celui-là. » Nicola Odemann nous confie sa « grande émotion. C’est très encourageant pour moi, car je n’avais jamais vu mes images de cette façon, ça me motive à progresser ». Il y a de la générosité dans ce festival que Bastien Duval a bâti entre les murs de cette abbaye transformée, le temps d’un été, en cathédrale de la diversité, de la découverte et du partage. À déguster sans modération, avec quelques gorgées de bière.

RESEARCH AT THE END OF THE WORLD
Credit: © Anna Filipova

À g. : © Anna Filipova ¦ À d. : © Sébastien Van Malleghem

Extrait de la série Congolese Wrestlers. Ce reportage sur les catcheurs de Kinshasa ouvre le parcours du festival © Colin Delfosse

SOLAR PORTRAITS /MM8418

Extrait de Solar Portraits in Uganda, © Rubén Salgado Escudero

© Quentin Bruno

© Quentin Bruno

© Julie Hascoët
© Julie Hascoët
© Julie Hascoët
© Julie Hascoët

Extraits de la série Murs de l’Atlantique, © Julie Hascoët

© Maroesjka Lavigne

Extrait de Land of Nothingness, © Maroesjka Lavigne

© Nicola Odemann

Extrait de Wild Iceland, © Nicola Odemann

© Tahir Cark Karmali
© Tahir Cark Karmali
© Tahir Cark Karmali
© Tahir Cark Karmali

Extrait de Jua Kali, Kenya, © Tahir Carl Karmali

Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill