Carnet d’errances 

09 février 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Carnet d'errances 

Jean-Luc Feixa, 31 ans, pratique la photographie depuis une quinzaine d’années. Il entend développer une approche locale du médium. Ainsi en 2016, il s’est rendu dans la région de son enfance, à la frontière franco-espagnole, et a capturé de sublimes paysages contrastés.

Si Jean-Luc Feixa a commencé la photographie par hasard, au cours d’un stage dans un journal de sa ville, aujourd’hui, il ne peut plus s’en passer : « C’est une compagne qui partage mon quotidien et occupe souvent mes pensées », confie-t-il. Ancien journaliste free-lance, il évolue en tant qu’attaché de presse, une réorientation professionnelle lui permettant d’« émanciper » sa pratique photographique. « Cela fait cinq ans que j’ai l’impression de raconter des histoires qui me plaisent et me correspondent vraiment. » Celle qu’il nous conte ici est le fruit d’un « pur hasard ».

Durant l’été 2016, il se rend à la frontière franco-espagnole, à la découverte de la région de son enfance. Il y photographie le pic du Cagire et le désert des Bardenas, « deux merveilles séparées par quelques heures de route  ». Face à lui, la montagne embrumée et, 48 heures plus tard, la poussière jaune du désert. Un contraste sublime. « J’ai choisi de faire dialoguer ces deux mondes, à la fois proches et éloignés. » La nature dans son état brut fascine en même temps qu’elle apaise. Ici, les traces de l’homme sont quasi inexistantes et les rencontres fortuites, telle celle avec une chèvre dans la brume. « Je me suis trompé plusieurs fois de direction ce jour-là, et en empruntant une nouvelle fausse route, je suis tombé nez à nez avec cet animal. Dans un paysage blanc immaculé, voir cette chèvre noire tenait de l’apparition surnaturelle. »

© Jean-Luc Feixa

© Jean-Luc Feixa

7

© Jean-Luc Feixa

Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill