Chaumont-Photo-sur-Loire : le charme silencieux et méditatif de la nature

07 septembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Chaumont-Photo-sur-Loire : le charme silencieux et méditatif de la nature
© Thierry Ardouin
© Loredana Nemes

Chaumont-Photo-sur-Loire revient à l’automne pour une sixième édition. Comme à l’accoutumée, le festival donne à voir les liens qui unissent nature, photographie et architecture dans cet écrin merveilleux qu’est le domaine qui inspire son nom.

Chaque visite au domaine de Chaumont-sur-Loire est marquée par une sensation de sérénité. La beauté de l’endroit nous submerge tandis qu’un calme enveloppant et apaisant envahit l’esprit. Il est donc tout naturel que la sixième édition du festival s’articule autour du silence et de toute la méditation poétique qui en découle. Du 18 novembre 2023 au 25 février 2024, Éric Poitevin, Bae Bien-U, Ljubodrag Andric, Loredana Nemes, Nicolas Floc’h et Thierry Ardouin présenteront des séries, accrochées dans différents lieux du château, faisant écho à cette thématique. En outre, elles révèleront « quelques secrets, tant sur le sujet photographié, que sur celui ou celle qui tient l’appareil ou sur le médium en lui-même », indique Chantal Colleu-Dumond, la commissaire. Dans un style qui leur est propre, les six artistes mettront également en exergue l’aspect précieux et fragile de la nature aujourd’hui célébrée. 

© Ljubodrag Andric
© Éric Poitevin

Élaborée en France ou aux confins du monde, chacune des séries donne à voir des environnements différents. Éric Poitevin immortalise aussi bien des sous-bois luxuriants que des plantes séchées, semblables à des lignes d’encre minimalistes. Bae Bien-U délaisse les mystérieuses forêts qui ont fait sa renommée dans l’Hexagone au profit de collines volcaniques, de monochromes à l’aspect graphite. À l’inverse, Ljubodrag Andric ne cherche pas à saisir des cadres sauvages et inaltérés, mais des territoires apprivoisés par l’être humain avant d’être reconquis par la faune et la flore. Dans un autre genre, Loredana Nemes et Nicolas Floc’h quittent la terre ferme pour gagner les univers marins. La première photographie la plus grande des îles allemandes de la mer Baltique quand le second nous plonge dans l’océan pour en montrer ses merveilles. Enfin, Thierry Ardouin s’intéresse aux graines et aux multiples secrets qu’elles renferment. Dénué de présence humaine, l’ensemble de ces espaces de silence interroge ainsi la place que nous occupons dans ces écosystèmes.

À lire aussi
Eve Campestrini : la nature dans la peau
© Eve Campestrini
Eve Campestrini : la nature dans la peau
Initiée aux Antilles, Rumbo Quanticum d’Eve Campestrini illustre un monde onirique où nature et corps s’enlacent dans une union…
01 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Douglas Mandry et Thirza Schaap : uni·es par l'environnement
© Douglas Mandry / Courtesy of galerie Bildhalle
Douglas Mandry et Thirza Schaap : uni·es par l’environnement
Thirza Schaap et Douglas Mandry sont réunis à la galerie Bildhalle pour une double exposition en solo sur le thème environnemental.
30 août 2023   •  
Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill