« Proximité(s)-Gertutasuna(k) » : une rencontre poétique avec la nature

13 avril 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
« Proximité(s)-Gertutasuna(k) » : une rencontre poétique avec la nature

L’auteure Aliona Gloukhova et le photographe Jef Bonifacino entremêlent leurs arts dans l’exposition Proximité(s), en basque Gertutasuna(k). Fruits d’une résidence au cœur du domaine d’Abbadia, un site naturel protégé, leurs travaux sont à découvrir jusqu’au 16 juin 2023 à Asporotsttipi, la maison de la Corniche basque, dans la ville d’Hendaye.

Lorsque la photographie rencontre l’écriture, la magie opère. Après dix mois de résidence dans la réserve naturelle d’Abbadia, Aliona Gloukhova et Jef Bonifacino exposent avec poésie et sensibilité leurs rapports à la nature. Situé à Hendaye, ce domaine est un site naturel protégé de la Corniche basque et propriété du Conservatoire du littoral. En compagnie de gardes du littoral et de chargés de mission du CPIE Littoral basque, les deux artistes se sont immiscé·es dans cet espace tout en se laissant bercer par le rythme de la nature. Mêlant tant l’environnement à l’être humain que la photographie à l’écriture, ce projet artistique tire sa genèse du dispositif Mondes Nouveaux créé par le ministère de la Culture en partenariat avec le Conservatoire du littoral. Pour l’occasion, l’exposition s’enracine au cœur de ce territoire sacré, à Asporotsttipi, une ancienne ferme basque où s’est installée la maison de la Corniche. 

© Jef Bonifacino© Jef Bonifacino

© Jef Bonifacino

« Mets tes paumes sur les yeux, cela réchauffera ton
regard, ferme et ouvre tes yeux lentement, suis
avec tes pupilles un mouvement d’horloge. Laisse
ta tête découverte dans le vent, l’air y prendra de
la place. »

© Aliona Gloukhova

Connexion avec le vivant

Dans Proximité(s)-Gertutasuna(k), Aliona Gloukhova présente une fiction poétique de la nature composée de textes nous invitant à « être au monde autrement ». Ses mots dialoguent avec les images du photographe Jef Bonifacino. À l’instar de l’autrice, il expose de nouvelles proximités entre l’Homme et l’environnement. Grâce aux contraintes de l’argentique, il s’intéresse aux limites de la perception de la nature et à notre aptitude à être « vivant avec le vivant ». Jef Bonifacino brouille et dévie notre regard. Dans un premier temps, ses images en noir et blanc nous transportent dans un univers rêveur où le corps entre en osmose avec la faune. Cette colorimétrie permet la révélation de proximités momentanées entre les êtres vivants. 

Puis, construits en triptyque ou quadriptyque, les panoramas couleurs du photographe présentent plusieurs points de vue pour un même paysage. L’œil met alors plus de temps à comprendre les multiples temporalités et les différences entre chaque image qui, assemblées entre elles, donnent à voir un environnement en constante mutation. En questionnant notre relation avec la faune et la flore, Proximité(s)-Gertutasuna(k) offre un tendre portrait d’une terre précieuse qui explore les liens entre les différents éléments composant le vivant et où l’Homme obtient le même statut qu’un arbre, un oiseau ou encore un rocher. 

© Jef Bonifacino

© Jef Bonifacino

© Jef Bonifacino

© Jef Bonifacino© Jef Bonifacino

© Jef Bonifacino

Explorez
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
© Craig-Whitehead
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
Dans la rue, au cœur du fourmillement de la foule ou au fil des bâtiments qui façonnent la réalité urbaine, les photographes n’ont de...
16 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine