Corps à corps urbain

12 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Corps à corps urbain

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. La photographe néerlandaise Melissa Schriek met les corps en scène avec humour et originalité.

Depuis son diplôme de l’Académie royale des Beaux-Arts de La Haye en 2018, la photographe néerlandaise Melissa Schriek partage son temps entre commandes et projets personnels. Intuitive, l’artiste aime improviser durant les shootings, permettant à ses modèles de participer à la création de l’image. « Mes photographies sont toutes des collaborations. Si c’est moi qui dirige les mouvements, je laisse les autres les interpréter en liberté », explique-t-elle. Après s’être spécialisée dans la photographie documentaire, l’artiste a découvert qu’elle n’aimait pas se limiter à une seule approche du média, préférant mélanger les genres et revisiter l’esthétique mode.

Inspirée par les mouvements des danseurs, Melissa Schriek est émerveillée par la capacité des corps à raconter des histoires. « La danse est une forme de communication extrêmement forte et directe. J’essaie toujours d’atteindre cette intensité à travers mes créations », précise l’artiste. Un rapport à l’anatomie qui la pousse à réaliser des mises en scène singulières.

Œuvres d’art du quotidien

Car dans chaque création de Melissa Schriek, les corps fascinent. Contorsionnés, tordus dans des positions aussi poétiques qu’absurdes, les modèles de l’artiste défient le réel et la gravité. « Lorsque je travaille sur un projet, je ressens souvent le besoin de “personnaliser” une situation plutôt que de simplement la capturer », confie l’artiste, qui veille néanmoins à ancrer ses œuvres dans la réalité. Une réalité étrange, différente de celle qu’on a l’habitude de contempler. « J’essaie de tracer une frontière entre la fiction et le documentaire, et de lier ces deux approches. C’est un thème que je souhaite explorer davantage », précise la photographe.

Au cœur de la ville, les corps des modèles deviennent des sculptures accidentelles et éphémères. En occupant l’espace urbain, ils le subliment et le révèlent aux yeux des spectateurs. « Je voulais les interroger : vous rappelez-vous de la dernière fois que vous avez observé votre environnement ? » déclare Melissa Schriek. En évolution constante, la ville regorge d’œuvres d’art du quotidien – « des lampadaires penchés l’un vers l’autre, comme s’ils cherchaient à s’enlacer ou encore un sac plastique scintillant au soleil », énumère-t-elle. En détournant avec humour le corps humain, elle pointe du doigt cette magie du banal, souvent oubliée.

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti