Corps à corps urbain

12 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Corps à corps urbain

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. La photographe néerlandaise Melissa Schriek met les corps en scène avec humour et originalité.

Depuis son diplôme de l’Académie royale des Beaux-Arts de La Haye en 2018, la photographe néerlandaise Melissa Schriek partage son temps entre commandes et projets personnels. Intuitive, l’artiste aime improviser durant les shootings, permettant à ses modèles de participer à la création de l’image. « Mes photographies sont toutes des collaborations. Si c’est moi qui dirige les mouvements, je laisse les autres les interpréter en liberté », explique-t-elle. Après s’être spécialisée dans la photographie documentaire, l’artiste a découvert qu’elle n’aimait pas se limiter à une seule approche du média, préférant mélanger les genres et revisiter l’esthétique mode.

Inspirée par les mouvements des danseurs, Melissa Schriek est émerveillée par la capacité des corps à raconter des histoires. « La danse est une forme de communication extrêmement forte et directe. J’essaie toujours d’atteindre cette intensité à travers mes créations », précise l’artiste. Un rapport à l’anatomie qui la pousse à réaliser des mises en scène singulières.

Œuvres d’art du quotidien

Car dans chaque création de Melissa Schriek, les corps fascinent. Contorsionnés, tordus dans des positions aussi poétiques qu’absurdes, les modèles de l’artiste défient le réel et la gravité. « Lorsque je travaille sur un projet, je ressens souvent le besoin de “personnaliser” une situation plutôt que de simplement la capturer », confie l’artiste, qui veille néanmoins à ancrer ses œuvres dans la réalité. Une réalité étrange, différente de celle qu’on a l’habitude de contempler. « J’essaie de tracer une frontière entre la fiction et le documentaire, et de lier ces deux approches. C’est un thème que je souhaite explorer davantage », précise la photographe.

Au cœur de la ville, les corps des modèles deviennent des sculptures accidentelles et éphémères. En occupant l’espace urbain, ils le subliment et le révèlent aux yeux des spectateurs. « Je voulais les interroger : vous rappelez-vous de la dernière fois que vous avez observé votre environnement ? » déclare Melissa Schriek. En évolution constante, la ville regorge d’œuvres d’art du quotidien – « des lampadaires penchés l’un vers l’autre, comme s’ils cherchaient à s’enlacer ou encore un sac plastique scintillant au soleil », énumère-t-elle. En détournant avec humour le corps humain, elle pointe du doigt cette magie du banal, souvent oubliée.

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

© Melissa Schriek© Melissa Schriek

© Melissa Schriek

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet