Corps en migration

16 janvier 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Corps en migration

Dans Mayu, la photographe japonaise Sayuri Ichida a représenté la notion de migration à travers l’art de la danse. Un projet sublime mêlant solitude, puissance et liberté.

Née en 1985 à Fukuoka, au Japon, la photographe Sayuri Ichida a déménagé à New York en 2012. Deux années plus tard, elle a mis de côté la photographie commerciale, afin de réaliser des projets plus personnels. « Je suis particulièrement attirée par les moments simples du quotidien. La douceur et la beauté du naturel », explique l’artiste. Shootés à l’argentique, ses clichés subliment d’un grain particulier les personnages qu’elle met en scène.

Mayu – la modèle qui a donné son nom à la série – et la photographe se sont rencontrées grâce à leurs maris, anciens colocataires. Danseuse classique et immigrante, la jeune femme a inspiré à Sayuri Ichida une série construite autour de son talent dans le 6e art. « Cette série est une métaphore de notre expérience partagée : l’immigration », confie l’artiste. Le visage caché, le corps en contorsion, Mayu déconstruit le classicisme du ballet.

Force et précision

« Dans ces images, je la représente comme un objet. Je la défie de sortir de sa zone de confort, et d’oublier ses leçons de danse »,

précise Sayuri Ichida. Immortalisé dans une position inconfortable, le corps de Mayu évoque la solitude que ressentent les personnes immigrées. Les décors, neutres et dépouillés, accentuent cette sensation d’aliénation et d’enfermement. « Elle est isolée, et ses postures dépeignent à la fois un combat intérieur et un désir de s’en sortir », ajoute la photographe.

Si les poses de Mayu sont à proscrire en danse classique, la force et la précision de la jeune femme demeurent indéniables. Une puissance synonyme de la volonté des migrants de s’intégrer dans une nouvelle culture, malgré les obstacles. L’originalité de ses positions, populaire en danse contemporaine, évoque une certaine liberté, un lâcher-prise qui reflète un espoir. En capturant Mayu dans cet environnement minimaliste et chaleureux, Sayuri Ichida développe un personnage fascinant, à la fois fragile, délicat et redoutable.

© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida© Sayuri Ichida© Sayuri Ichida© Sayuri Ichida

© Sayuri Ichida

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •