Coups de cœur #477 : Georgie Gibbs et Floriane Del Frate

22 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Coups de cœur #477 : Georgie Gibbs et Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate
© Georgie Gibbs, « Untitled #4 », Ciao, Italia, 2023

Georgie Gibbs et Floriane Del Frate, nos coups de cœur de la semaine, capturent ce que l’on ne voit pas, ou ce qui mériterait d’être contemplé avec un œil neuf. Tandis que l’une nous convie à un voyage poétique à travers une Italie contrastée, l’autre illustre son quotidien par des compositions sophistiquées.

Georgie Gibbs

Photographe documentaire britannique originaire de Brighton, au Royaume-Uni, Georgie Gibbs aspire au soleil et à l’éblouissement éternel devant les choses de la vie. Toujours en quête du détail négligé, de la touche de couleur qui peut attraper le regard, son œuvre est faite de scènes ordinaires, prises dans la banalité des lieux du quotidien. « Capturer la vie de tous les jours en toute conscience me permet de rester présente et dans l’instant. Avec le bon jeu de couleurs, il y a toujours quelque chose à découvrir et à essayer de capturer », déclare-t-elle. Dans sa dernière série intitulée Ciao, Italia, elle explore par exemple l’Italie dans sa dimension religieuse, son symbolisme et ses traditions, en même temps que son paysage urbain. En résulte un mélange visuel puissant, fait d’explorations culturelles, de narrations visuelles et de réflexions personnelles. Photographiant principalement sur pellicule 35 mm, son travail, essentiellement documentaire, se distingue par la douceur du grain et des compositions.

© Georgie Gibbs, « Santiago », Portugal Series, 2022
© Georgie Gibbs, « Untitled #1 », Ciao, Italia, 2023
© Georgie Gibbs,« Resting Place », Portugal (2021)

© Georgie Gibbs, « Long Stay », England On Sea
© Georgie Gibbs, « Tinsmith Circle », England On Sea
© Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate

Floriane Del Frate

« Je suis Floriane, 34 ans, autant à rêver le monde qu’à l’observer », se présente l’intéressée. Depuis toute petite, Floriane Del Frate capture ce que l’on entrevoit, entre les lignes. Cette fleuriste de formation cultive, depuis l’enfance, le goût des petits riens. « Un rayon de soleil, un lit défait, le murmure de la ville au travers d’une fenêtre, un bout de palmier, un regard, une étreinte… », énumère-t-elle, sont autant d’éléments qui composent ses photographies aux teintes le plus souvent rosées, couleur chair. Car la photographie toute nue, c’est cela que Floriane Del Frate continuera à capturer, à l’argentique ou au numérique, tant que son désir artistique la portera. Amoureuse du cinéma, du design et des voyages, l’art des autres et l’observation lui donnent l’élan nécessaire pour perfectionner sa vision et s’évader par l’image. « Je crois que mon regard s’est aiguisé dans l’atelier de couture de ma grand-mère paternelle : les matières, les couleurs, les coupes », se remémore-t-elle. Ce n’est donc pas pour rien si les images de Floriane Del Frate ont la texture d’un tissu doux ainsi qu’une composition géométrique, proche d’un objet de design. 

© Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate
À lire aussi
Les coups de cœur #475 : Paula Fernandez et Ariane Longevial
© Paula Fernandez
Les coups de cœur #475 : Paula Fernandez et Ariane Longevial
Un vent de douceur et d’intimité plane dans les univers de nos coups de cœur de la semaine, Paula Fernandez et Ariane Longevial. Tandis…
08 janvier 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #474 : Chloé Kerleroux et Guillaume Masselin
© Guillaume Masselin
Les coups de cœur #474 : Chloé Kerleroux et Guillaume Masselin
Chloé Kerleroux et Guillaume Masselin, nos coups de cœur #474, explorent une vie de disparitions et d’apparitions, et donnent à voir…
01 janvier 2024   •  

Explorez
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine