De nature hallucinatoire

14 janvier 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
De nature hallucinatoire

Documentant la relation entre l’homme et la nature, le duo de photographe Synchrodogs réalise des images hallucinées, inspirées par leurs rêves et notre planète.

Roman Noven et Tania Shcheglova forment, depuis 2008, le duo de photographes ukrainien Synchrodogs. Une alliance qui leur a toujours semblé nécessaire. « Lorsqu’on possède une fibre artistique, il est impossible de résister au désir de s’exprimer librement. Nous avons tout simplement choisi la voie qui s’imposait à nous », expliquent-ils. Depuis leur début, les deux artistes réalisent des projets personnels en parallèle de commandes pour la mode, et ne cessent de développer leur propre identité. « Notre travail est une exploration intime de la planète Terre, de la nature », précisent-ils.

Un thème qui a accompagné leur progression, durant douze ans, résistant aux transformations créatives, à leur évolution et à leur envie de renouveau. « Avec le temps, nous sommes devenus plus engagés. Nos productions sont également davantage planifiées, prenant la forme d’un véritable shooting, et non d’un documentaire en pleine nature, comme à nos débuts », commentent les artistes. Une connaissance du médium leur permettant de souligner leurs convictions écologiques, d’expérimenter ou même de s’immerger dans un surréalisme maîtrisé.

© Synchrodogs© Synchrodogs

La trace laissée par un songe

« Depuis dix ans, nous avons développé une certaine technique de méditation nocturne. Nous essayons de documenter le passage du sommeil à l’éveil. Nous nous réveillons souvent au milieu de la nuit, pour prendre des notes de nos rêves afin de les reproduire en image plus tard ».

Inspirés par la phase d’endormissement, durant laquelle certaines personnes peuvent être sujets à des hallucinations, les photographes tentent de figer, grâce à leur boîtier, la trace laissée par un songe. Un travail qui les porte jusqu’aux limites du réel, et révèle un goût pour l’abstraction.

Nature et corps fusionnent au cœur de l’œuvre de Synchrodogs. « Nous traitons de l’interdépendance entre ces deux entités, et du besoin d’un retour à la nature, d’une exploration du monde sauvage, plus grand et plus important que nos métropoles », affirment-ils. Pourtant, leur présence, fantomatique ou incongrue, contraste avec leur environnement. « Celui-ci est au cœur de notre création, notre intention est toujours de rendre l’Homme étrange, de le faire apparaître comme un être vivant qui n’existe que grâce à la Terre », ajoutent-ils. Dans ce monde illusoire, d’étranges fabriques ornent les arbres, les paysages. La peau nue des modèles n’apparaît pas sensuelle, mais plutôt vulnérable. Elle définit les formes des corps et se laisse ensevelir sous différentes matières – naturelles comme artificielles. Devenus simples sujets, les hommes cessent d’être prédateurs et se fondent dans les éléments, ne faisant qu’un avec la planète. Un univers hallucinatoire porteur d’espoir et de créativité.

© Synchrodogs© Synchrodogs

© Synchrodogs

© Synchrodogs© Synchrodogs
© Synchrodogs© Synchrodogs

© Synchrodogs

© Synchrodogs© Synchrodogs
© Synchrodogs© Synchrodogs

© Synchrodogs

© Synchrodogs

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti