Derrière nos écrans, l’art débridé

23 février 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Derrière nos écrans, l’art débridé

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Accueillie par le Lavoir Numérique, l’exposition de l’artiste digitale Anne Horel est un florilège de créations numériques. Tantôt trash, tantôt loufoques, elles interrogent notre rapport à l’image et les potentialités artistiques qu’offrent les réseaux sociaux.

Installé à Gentilly, le Lavoir Numérique ­– lieu de création audiovisuelle, d’apprentissage et de diffusion – présente l’exposition de « l’artiste digitale polymorphe », « collageuse »  et certifiée artiste Giphy, Anne Horel. De MySpace à YouTube en passant pas Facebook, Vine, Twitter, Instagram ou Snapchat et aujourd’hui TikTok, elle officie depuis une dizaine d’année sur les médias sociaux et développe son art au fil de leur influence grandissante. Des plateformes que l’ancienne diplômée des Beaux-Arts perçoit comme des « énergies » fluctuantes où les communautés sont multiples et interagissent différemment. Bref, une véritable aire de jeux expansible à l’infini, synonyme de partages et de créations.

À travers une scénographie interactive, le spectateur est immergé dans l’univers saturé d’images d’Anne Horel. Pensée comme une navigation symbolique à travers son historique artistique (et internet), l’exposition retrace ses pérégrinations numériques de 2009 à nos jours. « @annehorel, c’est un parcours archéologique, c’est ma contribution au social media art [dit l’art sur les médias sociaux] », confie l’artiste. Papiers peints remplis d’émojis respectant une colorimétrie variée, vidéos sarcastiques et clips musicaux parodiques lancés en boucle sur des tablettes, QR codes comme passerelles vers ses comptes respectifs… La créatrice s’amuse des convenances en détournant des éléments de la pop culture. Une à une, ses compositions laissent transparaître son goût pour l’excessivement kitsch .

© Anne Horel© Anne Horel

© Anne Horel

Une harmonie dans l’hubris

« Certains sujets m’intéressent plus particulièrement : l’artiste et le réseau, exposer l’art des réseaux sociaux dans l’espace physique et légitimer sa place dans l’art contemporain, penser la culture mème et le Pop Art 3.0, la réalité augmentée, l’absurde, le « too much », l’autodérision, les influenceurs mais aussi la spiritualité et l’émergence d’une nouvelle culture ésotérique liée à l’ecoféminisme et aux sorcières du nouveau millénaire… mais aussi les pizzas ».

Dans le monde d’Anne Horel, le regard est porté vers l’outrance. Mais dans cette apparente démesure, une équilibre se crée : des motifs, thématiques et schémas se répètent, se complètent et sont détournés de plusieurs manières. Ici, Kim Kardashian, Madonna ou Beyoncé deviennent des figures emblématiques du tarot : la mort, l’étoile, le pendu… Au détour de multiples supports, l’autrice réalise le portrait burlesque de notre époque divergente où le filtre est devenu un apparat, où les likes sont des récompenses et déterminent notre place dans la société, mais où chacun·e peut – à son échelle – explorer, faire muter sa créativité sans limites.

Car aujourd’hui, la toile de « l’artiste digitale polymorphe » n’est autre que le web. Plus que tout, elle s’interroge sur la place de l’image derrière nos écrans et dévoile une partie de l’iconographie de notre génération ultra-connectée, où « tout est réseau, tout est média, tout est social », ajoute-t-elle. Dans cette opulence de contenus, où notre esprit divague et s’égare parfois, un message subsiste : amusez-vous de ce qui est présent devant vous, de ce qui vous effraie, composez avec, et continuez de créer selon vos envies, sans contraintes. Et ce message, Anne Horel en a fait son mantra.

Jusqu’au 5 juin 2022, découvrez l’exposition @annehorel au Lavoir Numérique et participez à des ateliers et tirages de cartes, au 4 rue de Freiberg, 94250 Gentilly.

© Anne Horel / Giphy

 

© Anne Horel© Anne Horel

 

© Anne Horel / Giphy

 

© Anne Horel© Anne Horel / Capture d'écran Giphy

© Anne Horel

Explorez
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Les détournements colorés de Clairéjo
© Clairéjo, « Cœur fendu »
Les détournements colorés de Clairéjo
Depuis près de deux ans, Claire Brault et Jeohan Bonillo conjuguent photographie et broderie en redonnant une âme à des clichés oubliés....
11 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ? © Elena Helfrecht
Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
10 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill