« DREMMWEL », voyage interactif en pleine mer

20 août 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« DREMMWEL », voyage interactif en pleine mer

Dans DREMMWEL, livre interactif au contenu augmenté, Pierre Vanneste fait le portrait des pêcheurs – ouvriers de la mer, dépendants d’une industrie gourmande. Une immersion réalisée en partenariat avec Blinkl.

Photographe et vidéaste documentaire installé à Bruxelles, Pierre Vanneste se spécialise dans la réalisation de projets au long cours « qui permettent d’offrir au regardeur des sujets complets et documentés », précise-t-il. Immergé dans ses récits, l’auteur vogue d’un travail à un autre, découvrant de nouvelles idées au fil de ses questionnements personnels. En 2014 naît l’envie de capturer la relation qu’entretient l’Homme à son environnement, ainsi que son rapport aux machines et à leur rythme. « Le secteur de la pêche et son univers me semblaient assez bien résumer mes souhaits, tout en offrant un certain huis clos. Elle permettait de mettre en lumière un rapport au monde extractiviste, où tout n’est perçu que comme ressource », raconte le photographe.

© Pierre Vanneste

Donner la parole aux travailleurs de la mer

Débute alors un voyage de quatre ans à bord de différents bateaux, en Atlantique-Est, au Nord de l’Europe et jusqu’au Sénégal. D’une virée à l’autre, les rencontres se multiplient et permettent à Pierre Vanneste de donner la parole aux travailleurs de la mer. En image fixe comme animée, l’auteur signe un portrait sincère des pêcheurs, et de leur quotidien. Une véritable immersion dans un univers quelque peu méconnu. Car l’ouvrage DREMMWEL se veut interactif. En partenariat avec Blinkl, le photographe allie réel et virtuel pour conter son histoire. Connectées à la technologie, les images du livre nous guident vers des reportages sombres, aux mélodies sourdes, capturant la vie sur l’océan. Des informations supplémentaires accompagnent ces escales vidéo et proposent de nombreuses pistes de réflexion. Qui sont ces ouvriers de l’ombre ? À quoi sont-ils confrontés, sur le terrain ? Et quelles sont les conséquences d’une telle activité ?

« Il faut souligner que le poisson est l’une des dernières espèces sauvages, voire la dernière à être chassée, exploitée, à l’échelle industrielle », rappelle Pierre Venneste. Alors que la population mondiale a doublé depuis 1960, l’être humain consomme aujourd’hui plus de 171 millions de tonnes d’aliments par an. Un constat alarmant. Pourtant, c’est avec une objectivité modèle que l’auteur filme ses protagonistes. Sans vouloir imposer sa propre opinion, il expose les réalités propres aux différents secteurs. Au cœur de ce double voyage tactile et numérique, le monde marin apparaît dans toute sa résilience et sa fragilité. Plongé dans un univers monochrome, le regardeur ne peut qu’en admirer la poésie et la brutalité.

 

Pour accéder au contenu augmenté, il vous suffit d’ouvrir la page Blinkl dédiée à DREMMWEL depuis votre smartphone et de scanner les images ci-dessous. 

 

DREMMWEL, Éditions Yellow Now, 20 €, 136 p. 

© Pierre Vanneste

© Pierre Vanneste

© Pierre Vanneste

© Pierre Vanneste

© Pierre Vanneste

© Pierre Vanneste

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina