Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique

09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
© Kin Coedel

Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a immortalisé une communauté de nomades qui vit en harmonie avec la nature. En résulte une imagerie poétique, tissée autour du lien qui ancre les êtres dans le monde alentour. 

Des terres verdoyantes, habillées de quelques fleurs, s’étendent à perte de vue. Dans le lointain, des collines se devinent dans la brume. L’hiver venu, elles se confondront avec le ciel laiteux. Pour l’heure, le vent chasse les nuages, balayant sur son passage la douce toison de yacks nonchalants, broutant les hautes herbes du pâturage. Dans cette région, qualifiée à juste titre de « toit du monde », le soleil brille dans l’azur comme dans les cœurs. Un sentiment de plénitude ou de sérénité enveloppante se dégage de ces images signées Kin Coedel. Originaire de Hong Kong, le photographe a découvert le Tibet dans le cadre d’un travail de commande, réalisé pour une marque de prêt-à-porter féminin. Ce premier séjour, d’une décade, a suffi à lui laisser une forte impression. Sous le charme de cet endroit et de la culture qui s’y est développée, l’artiste se mit dès lors à chercher des motifs pour y retourner. 

© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel

Encourager le public à faire un pas de côté

Dyal Thak cristallise neuf mois passés sur place, de manière discontinue, à photographier les jours d’une communauté de nomades menée par des tisserandes installées dans le village de Ritoma. Le nom de la série renvoie à la fois à un fil conducteur et à quelque chose d’intangible qui rapproche. « Là-bas, tout se transmet de mère en fille, y compris la conscience de la nature, dont on doit prendre soin. Au Tibet, l’alimentation, les objets ou les vêtements fabriqués sont liés au yack – et, en conséquence, à ces femmes qui travaillent la laine –, et suivent une certaine logique », relève Kin Coedel. Ce lien, qui régit les populations locales, se trouve également au cœur de sa démarche. « Je voulais qu’elles comprennent ce que je faisais, alors j’étais toujours accompagné d’une personne qui parle leur dialecte, poursuit-il. Je ne pouvais pas me contenter d’apposer un regard étranger, je souhaitais échanger avec elles, prendre le temps de saisir leur mode de vie, leurs traditions. »

Si, aujourd’hui, de nombreuses marques s’inscrivent dans un retour à des modes de production et de consommation plus responsables, semblables à ceux de la communauté dépeinte, Kin Coedel ne souhaite pas s’en faire l’étendard. Avec un regard poétique plutôt que dans une approche documentaire, il donne à voir d’autres perspectives. « La plupart des gens parlent du Tibet d’un point de vue politique, sans comprendre la réalité de cette région, déplore notre interlocuteur. Mon travail n’est pas politique. C’était un point de départ très clair, car ces lieux, ces gens, leur façon de vivre sont très éloignés de ce type de récits. Pour moi, cette série est une sorte d’échappatoire. Je ne raconte pas une vérité, je crée une narration onirique pour encourager le public à faire un pas de côté et à s’inspirer. »

© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
© Kin Coedel
À lire aussi
Joel Redman : le combat d'un peuple pour sauver sa terre
Joel Redman : le combat d’un peuple pour sauver sa terre
Dans “The North Chose Us”, Joel Redman témoigne du combat que mène le peuple sami pour sauvegarder sa terre.
13 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l'œil de Sabatina Leccia : le charme onirique de la nature
© Sabatina Leccia, Traverser la nuit, 2023 / Courtesy of Galerie XII
Dans l’œil de Sabatina Leccia : le charme onirique de la nature
Cette semaine, plongée dans l’œil de Sabatina Leccia, artiste française qui se plaît à expérimenter avec la matière. Pour Fisheye, elle…
18 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas