Early Colors : la révolution de la photographie couleur par Magnum

12 septembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Early Colors : la révolution de la photographie couleur par Magnum
© Constantine Manos
© Werner Bischof / Magnum Photos
© Miguel Rio Branco / Magnum Photos

Jusqu’au 7 octobre, la Magnum Paris Gallery présente Early Colors, une exposition qui nous emmène dans un voyage à la découverte des pionnier·ères de la photographie couleur du 20e siècle.

Avec Early Colors, Magnum Photos retrace l’histoire de la photographie en couleur à travers huit noms incontournables : Werner Bischof, Ernst Haas, Alex Webb, Harry Gruyaert, Constantine Manos, Miguel Rio Branco, Bruno Barbey et Gueorgui Pinkhassov. Il s’agit de la première exposition de groupe de la galerie parisienne et elle apporte un éclairage passionnant sur un tournant de l’histoire du 8e art. C’est une grande mutation qui s’opère, mais aussi le début d’une lutte pour la reconnaissance, puisqu’à ses débuts, la photographie couleur était discréditée et considérée comme trop « commerciale » ou techniquement inférieure. Cartier-Bresson lui-même, fondateur de Magnum, a détruit une grande partie de ses négatifs en couleur, pris de snobisme envers ce médium et enfermé dans des carcans esthétiques anciens. Pour lui, la photographie en couleur était tout simplement « indigeste ». D’autres, plus courageux et audacieux, ont tout de suite capté la puissance de la couleur en photographie. C’est le cas d’Ernst Haas qui, dans les années 1950, prenait note sur son journal : « La mode, la nourriture, les voyages, les voitures, l’aviation, tout a pris un nouvel éclat. L’âge des ténèbres était révolu. Faut-il s’étonner qu’un jeune photographe ait souhaité passer de la photographie en noir et blanc à la photographie en couleur ? »

La photographie couleur : histoire d’une transition contreversée

La transition du noir et blanc à la photographie couleur fût bien plus complexe que ce que l’on imagine. Elle donna lieu à des débats esthétiques et techniques majeurs entre les photographes de l’époque en divisant même à l’intérieur de l’agence Magnum. Bien que l’exploration de la couleur comme nouveau médium photographique ait été encouragée par plusieurs photographes, comme Robert Capa, d’autres acteurices de l’industrie n’étaient pas entièrement convaincu·es, comme le prouvent les mots de Cartier-Bresson. Pourtant, la photographie couleur apportait aux images un nouveau pouvoir narratif fait de lumières, ombres, nuances, reflets, en élevant le quotidien au rang d’extraordinaire. Un pouvoir perceptible, par exemple, dans la série Sightwalk de Pinkhassov, prise dans les rues de Tokyo. Dans Made in Belgium de Gruyaert, la lumière tamisée, le gris, le bleu et l’orange sont des éléments essentiels de l’image. Ils montrent un pays en voie de développement, influencé par la culture étasunienne. Les couleurs fixent ici un cadre social bien précis en apportant à la série une force documentaire décuplée. Le passage à la couleur fût parfois un véritable tournant de style. Constantine Manos, lorsqu’il commence à voyager aux États-Unis, se tourne vers la couleur, en particulier grâce au Kodachrome : un changement radical par rapport à son très sérieux Portfolio Grec. Mais l’une des archives les plus intéressantes présentées à Early Colors est celle de Werner Bischof, qui marque le début du parcours. Le photographe avait déjà entamé une expérience en couleur en 1939 avec un appareil photo Devin Tricolor. Ses aventures dans ce domaine sont restées cachées dans ses vastes archives en noir et blanc, avant d’être découvertes et partagées avec le monde près de 70 ans après sa mort par la succession Werner Bischof (Tania Kuhn & Marco Bischof). Samantha McCoy, directrice de la galerie Paris et curatrice d’Early Colors, explique : « Nous ne pensons pas souvent à la couleur lorsque nous évoquons les premières années de Magnum, et pourtant plusieurs photographes de la coopérative ont joué un rôle déterminant dans l’avènement de la couleur. À l’heure où ce médium est de plus en plus intégré dans le monde de l’art, nous pensons qu’il est temps de revenir sur ces années charnières et de célébrer l’art qui en a découlé. »

© Bruno Barbey / Magnum Photos
© Harry Gruyaert / Magnum Photos
© Alex Webb / Magnum Photos
Explorez
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
© Cait Oppermann
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
Cette année encore, la RATP a convié Fisheye à investir des stations de son réseau métropolitain. Cette invitation prend place dans le...
17 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet