Échappée bucolique au Québec

01 octobre 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Échappée bucolique au Québec
Dans Les affluents, le photographe canadien Louis Perreault s’interroge sur notre rapport à la nature. Une série délicate, shootée dans les terres forestières du Québec.

Photographe montréalais, Louis Perreault découvre la photographie en 2002, alors qu’il voyage en Nouvelle-Zélande et en Australie. De cette aventure dans des paysages somptueux, il ne développe qu’une pellicule de 24 poses. « Je me rappelle voir tous les touristes se photographier et penser que cela les coupait de l’expérience et du vécu », se souvient Louis. Pourtant les clichés de son périple le conduisent à s’inscrire à l’université pour étudier la photo. Si le médium le passionne, Louis s’attache à immortaliser des moments authentiques. Dans son travail, pas de prises de vue intempestives, mais un lyrisme maîtrisé. « J’ai une grande admiration pour les écrivains », confie le photographe. « Ils inventent des univers parfois si crédibles qu’on y plonge sans retenue. J’aspire à créer, à travers l’image, des propositions similaires ». Poétiques et silencieux, les clichés de Louis s’imposent comme des récits paisibles et délicats.

Un retour à la nature

« Les affluents prend ses racines dans les visites répétées d’une terre forestière que je possède dans la région des Bois-Francs, au Québec »,

précise le photographe. Passionné par notre rapport à la nature, Louis s’interroge sur les liens que sa famille a noués avec les lieux. Dans la série, nature et homme se complètent et se mélangent. Une osmose qui fait écho à son titre. « Il évoque l’innombrable quantité d’affluents se jetant l’un dans l’autre, et, finalement, la nature de leur destination unique : l’océan », explique Louis. « Tout comme la nature de nos connexions humaines : elles se créent dans un réseau complexe d’influences, de fusions, de contacts et de partages ». Liés par cette métaphore, les acteurs de ce récit – sa compagne et ses enfants, Charles-Édouard et Jean-Christophe – et la nature apparaissent par fragments. Une mosaïque de corps humains et de terres sauvages. En interagissant avec les lieux, l’être humain développe une relation tactile, bienveillante avec la nature. De prédateur, il devient ami, confident. Un retour au monde sauvage tout en sensibilité. © Louis Perreault

© Louis Perreault© Louis Perreault

© Louis Perreault

© Louis Perreault© Louis Perreault

© Louis Perreault

© Louis Perreault© Louis Perreault

© Louis Perreault

© Louis Perreault

Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine