«Eyes as Big as Plates» : les curieux portraits de Karoline Hjorth et Riitta Ikonen

04 septembre 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
«Eyes as Big as Plates» : les curieux portraits de Karoline Hjorth et Riitta Ikonen

Depuis 2011, Karoline Hjorth et Riitta Ikonen réalisent des portraits de personnes âgées en pleine nature. Elles rendent, avec Eyes as Big as Plates, un bel hommage au quatrième âge. Entre sculptures et photographies, leurs images témoignent d’une possible harmonie entre l’homme et la nature.

Karoline Ikonen a réalisé près de 60 portraits de personnes du quatrième âge. Tous sont habillés par sa collaboratrice, Riitta Hjorth. Les costumes s’apparentent à des sculptures portables – fabriquées avec des matériaux naturels. Eyes as Big as Plates donne à voir des personnes âgées en totale harmonie avec la nature. Les clichés nous transportent en peine nature, dans un espace mystérieux où le temps semble s’arrêter. À l’origine de cette série, deux artistes : Riitta Ikonen et Karoline Hjorth. L’une est photographe et l’autre sculptrice. Toutes deux sont proches de la nature : Riitta a grandi en forêt et Karoline a passé plusieurs heures sur un voilier. Le duo fonctionne à merveille notamment car elles « suivent toutes les deux [leur] intuition et la lumière naturelle ».

Ensemble, elles s’interrogent sur l’utilité des personnes âgées dans nos sociétés contemporaines. En 2011, inspirées par la littérature folklorique scandinave, elles s’intéressent aux liens qui unissent les personnes âgées norvégiennes à leur environnement. Très vite, elles élargissent leur champ d’étude et se concentrent sur l’appartenance de l’homme à la nature. Au total, elles ont rencontré une soixantaine de personnes âgées provenant de dix pays. Parmi elles, on découvre des parachutistes, des pécheurs, des agriculteurs, des chanteurs d’opéra ou encore des zoologues et des plombiers.

Torleiv, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Torleiv, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Une réflexion contemporaine

Les deux artistes sont profondément convaincues par l’« utilité » des personnes âgées et invitent à découvrir une catégorie d’individus trop souvent marginalisés. Endurance, expérience, connaissance ou encore curiosité sont les principales qualités que les deux artistes ont remarqué chez leurs modèles. Autant de qualités qu’il est nécessaire de transmettre d’une génération à l’autre. Eyes as Big as Plates invite à la réflexionQue voit-on ? Qui sommes-nous ? À qui et à quoi appartenons-nous ? Quel est notre lien à l’environnement ? Des questions qui semblent essentielles à l’heure où il est de plus en plus difficile de décrocher notre regard des écrans. Eyes as Big as Plates est un projet pluridisciplinaire tant sur le fond que la forme. Les deux femmes allient sculpture, performance, photographie, et abordent de belles thématiques humaines : la transmission, l’identité ou encore la cohabitation avec la nature. Cette série poétique a été prolongée en un livre associant aux images des notes de terrain et anecdotes.

Eye as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Niels, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen
Niels, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen
hjorth_ikonen_eyes_as_big_as_plates_jakob

Eye as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Images extraites de la série Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Explorez
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
© Craig-Whitehead
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
Dans la rue, au cœur du fourmillement de la foule ou au fil des bâtiments qui façonnent la réalité urbaine, les photographes n’ont de...
16 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas