«Eyes as Big as Plates» : les curieux portraits de Karoline Hjorth et Riitta Ikonen

04 septembre 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
«Eyes as Big as Plates» : les curieux portraits de Karoline Hjorth et Riitta Ikonen

Depuis 2011, Karoline Hjorth et Riitta Ikonen réalisent des portraits de personnes âgées en pleine nature. Elles rendent, avec Eyes as Big as Plates, un bel hommage au quatrième âge. Entre sculptures et photographies, leurs images témoignent d’une possible harmonie entre l’homme et la nature.

Karoline Ikonen a réalisé près de 60 portraits de personnes du quatrième âge. Tous sont habillés par sa collaboratrice, Riitta Hjorth. Les costumes s’apparentent à des sculptures portables – fabriquées avec des matériaux naturels. Eyes as Big as Plates donne à voir des personnes âgées en totale harmonie avec la nature. Les clichés nous transportent en peine nature, dans un espace mystérieux où le temps semble s’arrêter. À l’origine de cette série, deux artistes : Riitta Ikonen et Karoline Hjorth. L’une est photographe et l’autre sculptrice. Toutes deux sont proches de la nature : Riitta a grandi en forêt et Karoline a passé plusieurs heures sur un voilier. Le duo fonctionne à merveille notamment car elles « suivent toutes les deux [leur] intuition et la lumière naturelle ».

Ensemble, elles s’interrogent sur l’utilité des personnes âgées dans nos sociétés contemporaines. En 2011, inspirées par la littérature folklorique scandinave, elles s’intéressent aux liens qui unissent les personnes âgées norvégiennes à leur environnement. Très vite, elles élargissent leur champ d’étude et se concentrent sur l’appartenance de l’homme à la nature. Au total, elles ont rencontré une soixantaine de personnes âgées provenant de dix pays. Parmi elles, on découvre des parachutistes, des pécheurs, des agriculteurs, des chanteurs d’opéra ou encore des zoologues et des plombiers.

Torleiv, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Torleiv, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Une réflexion contemporaine

Les deux artistes sont profondément convaincues par l’« utilité » des personnes âgées et invitent à découvrir une catégorie d’individus trop souvent marginalisés. Endurance, expérience, connaissance ou encore curiosité sont les principales qualités que les deux artistes ont remarqué chez leurs modèles. Autant de qualités qu’il est nécessaire de transmettre d’une génération à l’autre. Eyes as Big as Plates invite à la réflexionQue voit-on ? Qui sommes-nous ? À qui et à quoi appartenons-nous ? Quel est notre lien à l’environnement ? Des questions qui semblent essentielles à l’heure où il est de plus en plus difficile de décrocher notre regard des écrans. Eyes as Big as Plates est un projet pluridisciplinaire tant sur le fond que la forme. Les deux femmes allient sculpture, performance, photographie, et abordent de belles thématiques humaines : la transmission, l’identité ou encore la cohabitation avec la nature. Cette série poétique a été prolongée en un livre associant aux images des notes de terrain et anecdotes.

Eye as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Niels, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen
Niels, Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen
hjorth_ikonen_eyes_as_big_as_plates_jakob

Eye as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Images extraites de la série Eyes as Big as Plates © Karoline Hjorth and Riitta Ikonen

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin