Festival MAP Toulouse : lumière sur l’édition 2019

17 avril 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Festival MAP Toulouse : lumière sur l’édition 2019

Du 3 au 19 mai 2019 se tiendra le Festival Photo MAP, dans le centre de Toulouse. Un événement faisant dialoguer jeunes talents et grands noms de la photographie.

Organisé dans un lieu historique, au 24 rue Croix Baragnon, en plein cœur de Toulouse, le Festival Photo MAP lancera, du 3 au 19 mai 2019, sa 11e édition. Un événement construit sur les échanges entre les jeunes talents et les grands noms de la photographie, et la volonté d’offrir à tous un accès à la culture. « Multigénérationnelle, cette édition fait se rencontrer plusieurs époques et propose une diversité de regards posés sur le monde. Au cours du festival, vont se côtoyer les expositions d’artistes de différentes périodes et aux écritures photographiques diversifiées, reflétant ainsi tout l’état d’esprit de MAP », commentent Pierre Garrigues et Ulrich Lebeuf, respectivement président et directeur artistique du festival. Au programme, cette année, quinze expositions mettant en valeur différentes esthétiques : de la mode à la photographie de guerre, en passant par le collage.

Une programmation riche

Née en 1991, la photographe Marie Rouge, installée à Paris, se spécialise dans le reportage et le portrait, mettant en scène ses amis comme des inconnus croisés au détour des rues et des soirées. Elle présente au MAP ses créations singulières, chamboulant les codes du féminin et du masculin. Défenseuse du mouvement LGBTQ+, elle perçoit le 8e art comme « un acte politique de représentation et de réappropriation du corps dans une société qui pousse au dénigrement de soi », et dévoile à Toulouse une collection de portraits pop et pêchus.

Fasciné par la photographie analogique moderne, et la relation entre l’homme et la nature, le collectif In/Pulsion – un duo franco-péruvien – réalise des expérimentations poétiques. Dans le cadre du festival, le tandem présente ses Portraits d’Amazonie. Des réalisations originales, transformant l’image au profit d’une création organique. « Ces portraits représentent des habitants de la forêt amazonienne péruvienne, et semblent réveiller une présence intemporelle au-delà du simple regard, confie le collectif. À partir de formats différents de films, nous avons fusionné les négatifs, afin de créer une œuvre unique, qui utilise collage, couture, peinture et grattage. »

Le photojournaliste Stephen Dock a parcouru le monde pour réaliser ses reportages : Syrie, Irlande, Mali ou encore Liban. Dans La guerre n’est pas un fait divers, il interroge la place des médias dans la présentation des conflits. Ces tragédies sont-elles devenues des spectacles ? Doivent-elles nous divertir ? En se plongeant dans ses archives, le photographe met en parallèle sa propre vision des évènements, et celle – bien différente – choisie par les médias. Un projet passionnant séquencé en actes.

Une programmation riche, donnant à voir la complexité des sujets traités par le biais de la photographie. Des images les plus populaires – les clichés mode du légendaire Peter Knapp ou encore les sublimes expérimentations de Guillaume Zuili – aux plus novatrices.

© Marie Rouge / Festival MAP© Marie Rouge / Festival MAP

© Marie Rouge / Festival MAP

© Collectif In/Pulsion / Festival MAP© Collectif In/Pulsion / Festival MAP

© Collectif In/Pulsion / Festival MAP

© Stephen Dock / Festival MAP© Stephen Dock / Festival MAP

© Stephen Dock / Festival MAP

© Peter Knapp / Festival MAP© Peter Knapp

© Peter Knapp / Festival MAP

© Guillaume Zuili / Festival MAP

© Guillaume Zuili / Festival MAP

Image d’ouverture : © Stephen Dock / Festival MAP

Explorez
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill