Fion Hung Ching Yan place la photographie au service du chaos

25 février 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Fion Hung Ching Yan place la photographie au service du chaos

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. Avec sa série surréaliste Skeletons In The Closet, la Hongkongaise Fion Hung Ching Yan met en scène le climat oppressant de sa famille, l’autorité subie et l’intégrité retrouvée.

« Mon travail est subversif : j’essaie de renverser l’autorité de ma famille, la pression filiale qu’elle a exercée sur moi au fil des années. » Affirmée dans ses propos, Fion Hung Ching Yan est habitée depuis l’enfance par les questions de déterminisme et de liberté. Pour exprimer ce sentiment complexe d’être aux prises avec un héritage familial pesant, elle n’a trouvé de meilleur moyen que la métaphore visuelle permise par le biais photographique. Jeune artiste émergente de Hong Kong, Fion ne se limite pas à la photographie numérique, mais multiplie au contraire les supports – collages, photographie analogique, design, expérimentations plastiques… Exposée à Hong Kong, Taïwan, en Thaïlande, en Corée du Sud, en Allemagne et en Italie, son œuvre consiste toujours en un travail sur le lien entre texte et image, sous formes d’installations et de livres.

Puisant du côté des grands surréalistes – avec des références quasi explicites à Magritte et à Dalí – et des marques de mode telles que COS, Camper et Switch, pour leur mise en scène du mannequinat et leurs combinaisons d’objets, l’artiste aime immerger les regardeur·ses dans une sorte de maison de poupée qu’elle aurait créée de toute pièce. En témoigne sa série Skeletons In The Closet, qui apparaît ici comme une critique du rituel qui dépersonnalise, et surtout d’un asservissement des enfants au service des aîné·es.

© Fion Hung Ching YanStealing Oranges To Take Home For His Mother, © Fion Hung Ching Yan

Trouble et distortions

Pour Fion Hung Ching Yan, toute création débute avec un travail de mise en scène à la fois étrange, ridicule et ironique. L’occasion pour elle de réaliser de manière précise les saynètes qu’elle s’imagine – respectant à la lettre les jeux de composition et de couleurs. Mais son œuvre peut également être particulièrement inquiétante, comme le suggère le nom de sa série la plus récente, Skeletons In The Closet (une expression anglaise évoquant le fait d’avoir des choses à cacher, NDLR). Sans jamais entrer dans les détails de son intimité familiale, elle fait référence ici à un ensemble de vieux contes chinois, intitulés 24 Paragons of Filial Piety (Les 24 paragons de la piété filiale), en utilisant directement le titre de chaque histoire dans l’image correspondante. Un ensemble visuellement frappant qui suggère l’obsession, et évoque en contrepoint le thème de la folie – à travers la présence de médicaments dans plusieurs photographies, ainsi que des effets visuels qui troublent l’image, notamment.« La folie, c’est le résultat du niveau de stress que ma famille élargie a fait peser sur moi au fil des ans et qui n’a pas pu être libéré », déclare l’artiste.

Sur fond de subversion des traditions culturelles et familiales dont elle est issue, Fion Hung Ching Yan crée un chaos visuel de toute part – notamment par la prolifération des objets ou la récurrence de l’idée du corps distordu et démembré. Parmi les images marquantes de cette série, on trouve ainsi une photographie d’un bras noyé au milieu de solutions médicamenteuses intitulée He Personally Tested His Mother’s Prescriptions (Il goûta lui-même les médicaments prescrits pour sa mère), ou, plus trash, With Deep Concern, Tasting His Father’s Stool (Avec une grande inquiétude, il goûta les selles de son père)qui reprend un conte dans lequel un fils loyal goûte les selles de son père pour vérifier s’il est malade. « Avec la photographie, je veux montrer la version de la réalité qu’on ne voit pas. Je veux retrouver mon autorité pour pouvoir parler et ne pas me faire demander de me taire », conclut-elle.

© Fion Hung Ching Yan

© Serving Wooden Statues Of His Parents

© Fion Hung Ching Yan© Fion Hung Ching Yan

© à g. Attracting Mosquitoes To Drink His Blood, à d. He Personally Tested His Mother’s Prescriptions

© Fion Hung Ching Yan

© Costumes And Pranks To Amuse His Parents

© Fion Hung Ching Yan© Fion Hung Ching Yan

© à g. Tears That Brought Bamboo-shoots From The Frozen Earth, à d. He Fanned The Pillows And Warmed The Sheets

© Fion Hung Ching Yan

Explorez
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill