Flashs et paysages : les mondes mystiques d'lnka&Niclas

24 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Flashs et paysages : les mondes mystiques d'lnka&Niclas
Family Portrait © Inka&Niclas
4K Ultra HD © Inka&Niclas

Des vagues et des palmiers rose-orangé, des silhouettes incandescentes, des flashs de lumières surnaturels dans des paysages grandioses. Ainsi va la vie dans le monde mystique d’lnka&Niclas, un duo d’artistes qui déjoue la matière photographique.

Couple à la vie comme au studio, Inka (1985, Finlande) et Niclas (1984, Suède) se sont rencontrés en 2005 durant leurs études photographiques dans une zone isolée du sud de la Suède, et ne se sont plus jamais quitté·es. Depuis plus de quinze ans, iels développent des séries protéiformes où la nature, l’humain et l’appareil photo sont aux fondements de leur démarche. Questionnant le flux constant de photographies que nous consommons et produisons, leur travail joue sur l’interprétation de nos perceptions des paysages et des phénomènes naturels.

À ce titre, Family Portraits est une série centrale de leur approche, alimentée régulièrement de nouveaux clichés. Le couple, accompagné de leurs enfants, réalise au cours de leurs voyages une collection d’autoportraits : « Nous posons en famille dans de beaux décors en portant des combinaisons réfléchissantes qui renvoient la lumière du flash dans l’objectif et nous rendent anonymes, un peu comme tout le monde sur ses photos de vacances. » Ce que l’appareil aurait dû capturer disparaît au profit du paysage qui reprend toute sa place, source infinie de contemplation. « C’est un projet familial, qui nous permet de voir le temps passé, car les silhouettes de nos enfants grandissent sur les images », indiquent-iels.

4K Ultra HD © Inka&Niclas
Sunset Photography © Inka&Niclas
Family Portrait © Inka&Niclas
Extensions © Inka&Niclas

Sculpter des couchers de soleil

Inka&Niclas réinterrogent l’acte photographique lui-même, qu’iels considèrent comme une performance et un acte qui les rattache au moment présent, en osmose avec la nature. C’est un lent travail à deux, où la part de hasard inhérent au processus photographique, allié à une mise en scène méticuleuse leur permet d’obtenir le résultat attendu, et où rien n’est ajouté a posteriori en post-production. « Nous avons mis plusieurs années à réussir l’image de la vague rose, elle nous obsédait », se souviennent-iels. Cette image fait partie d’une série intitulée 4K Ultra HD, terme faisant référence à la qualité d’affichage de nos écrans, rendant les images plus vraies que nature. Lorsque nous photographions un énième coucher de soleil sur la mer, quels stéréotypes esthétiques sont à l’œuvre et comment affectent-ils nos représentations et nos interactions avec la nature ?

Repoussant toujours plus loin les limites du médium, Inka&Niclas expérimentent de nouveaux supports pour matérialiser leurs images. Dans Sunset Photography, iels réalisent des sculptures photographiques à partir de couchers de soleil qu’iels ont photographiés de manière impulsive, sortes de déchets digitaux : « Nous avons trouvé cette technique venant de l’industrie automobile qui permet de transférer une photographie sur un objet. Cela nous permet de sortir d’un espace en deux dimensions. » Dans Extensions, ce sont des paysages tropicaux qui sont imprimés sur des extensions de cheveux. Entre idéalisation d’une nature partie en vrille et rituels contemporains, la photographie de paysage se réinvente sans cesse sous le prisme de ce duo hors du commun.

Family Portrait © Inka&Niclas
Extensions © Inka&Niclas
Extensions © Inka&Niclas
Family Portrait © Inka&Niclas
Adaptive Colorations © Inka&Niclas
À lire aussi
« Keepers of the ocean » : flash d’intimité au cœur du Groenland
« Keepers of the ocean » : flash d’intimité au cœur du Groenland
Récit intime ancré dans les paysages froids de Sisimiut au Groenland, Keepers of the Ocean, livre d’Inuuteq Storch publié aux Éditions…
09 août 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Ces photographes qui composent avec la lumière du soleil
Thank you for playing with me © Yolanda Y. Liou
Ces photographes qui composent avec la lumière du soleil
Alors que les premiers rayons de soleil printaniers annoncent le début des beaux jours, les auteurices publié·es sur Fisheye les…
23 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas