Focus #20 : Mathieu Farcy et la poésie des visages déconstruits

14 septembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas

Comme tous les mercredis, voici le rendez-vous Focus de la semaine ! Lumière aujourd’hui sur Mathieu Farcy et sa série Je n’habitais pas mon visage, un travail poignant, pensé comme un véritable dialogue sur la défiguration.

Vous le savez, au sein de la rédaction Fisheye, on aime autant les photos que leurs récits ! Alors nous avons lancé, en mars dernier, un objet multimédia dont le 20e épisode sort aujourd’hui. Au cœur des Focus, les artistes se dévoilent et partagent avec nous quelques anecdotes. FLORE, Alex TurnerMartina CireseWard LongVincent FerranéChristine SpenglerMarta BogdanskaPatrick WackTania Franco KleinLucie Hodiesne DarrasCyril AbadKourtney RoyAlain KelerEmily GrahamBrandon TauszikCamille GharbiCorentin Fohlen et Pixy Liao se sont déjà prêtés au jeu. C’est désormais au tour de Mathieu Farcy de nous parler de Je n’habitais pas mon visage, un projet au long cours traitant de destruction et de reconstruction du visage avec une grande sensibilité.

« Quand j’ai commencé mon métier de photographe, je me suis demandé comment on pouvait arrêter de faire des sujets sur quelque chose et de privilégier des sujets avec. C’était donc une bonne occasion de travailler avec quelqu’un, plutôt que de travailler sur la défiguration », déclare le photographe de 36 ans en guise d’introduction. Co-auteur de Je n’habitais pas mon visage, Mathieu Farcy a donc débuté une série de duos avec cinq personnes ayant entrepris une chirurgie de la face. Commandes, confessions, poésie, abstraction, explorations graphiques… Au fil des échanges et des collaborations, le projet s’étoffe et présente un éventail délicat permettant d’écrire une ébauche de réponse à l’interrogation : comment représenter quelqu’un qui ne veut pas être photographié ? Une œuvre d’une force rare dont on ne peut qu’admirer la versatilité. « Faire de l’art c’est ça, c’est augmenter la puissance d’agir ; et faire de l’art en commun, c’est permettre aux gens de choisir pour eux-mêmes, et non de subir la manière dont on pourrait les représenter », conclut son créateur.

Retrouvez ce projet unique dans Focus #20.

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill