« Heatwave », une nature en danger

16 octobre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Heatwave », une nature en danger

Pour sa seconde édition, le Prix de la Maison Ruinart soutenu par la Fondation Picto, présente Heatwave, une série d’Elsa Leydier, à Paris Photo. Un projet minimaliste et écologique inspiré par la lumière.

Récompensée par le Prix de la Maison Ruinart et exposée dans le secteur Curiosa de Paris Photo, Elsa Leydier réalise des œuvres « mettant à mal les images iconiques et les discours qu’elles portent souvent sur les territoires et identités ». C’est durant une année à l’étranger, alors qu’elle est étudiante en langues que l’artiste se tourne vers le 8e art. « Là-bas, j’ai été marquée par le décalage entre ce que je pouvais vivre au quotidien dans ce pays qui m’était peu familier, et ce que j’imaginais du lieu avant de le connaître. J’ai alors pris conscience du pouvoir de la photographie », raconte-t-elle. Aujourd’hui installée à Rio de Janeiro, Elsa Leydier construit un univers singulier, mariant créations personnelles et images iconiques « représentatives » d’un territoire. « Mon travail est un moyen d’alerter sur des sujets qui se trouvent dans l’ombre des discours dominants, et qui méritent cependant tout autant de visibilité », déclare-t-elle.  À travers ses séries, elle dénonce le tropicalisme et propose une version rééditée de notre imaginaire visuel.

Dans le cadre de la Résidence Ruinart, la photographe s’est rendue plusieurs jours à Reims, afin de découvrir le processus de fabrication du champagne. Un voyage organisé durant la période de vendange, un moment décisif pour la marque. « Cela m’a fait réaliser à quel point l’élaboration d’une telle boisson de ne devait rien laisser au hasard », commente-t-elle. Adepte des travaux engagés, elle décide de réaliser Heatwave, une série inspirée par le réchauffement climatique. « Nous étions en plein mois de septembre, habituellement frais à Reims, pourtant les vendangeurs travaillaient par trente degrés, sous un soleil de plomb », précise l’artiste. Une étrange luminosité qui guide son projet.

© Elsa Leydier© Elsa Leydier

Le goût de lumière

Dès ses premières recherches, Elsa Leydier a été intriguée par la notion de « goût de lumière » – une altération des arômes du champagne si celui-ci est exposé trop longtemps aux rayons lumineux. « J’aimais penser que la lumière pouvait être un dénominateur commun entre l’alcool et la photographie, et j’avais décidé de partir sur cet axe », se souvient-elle. Sur place, en revanche, l’auteure découvre la température anormale, poussant les artisans à avancer les vendanges de plusieurs semaines. Une récolte déjà amputée par les périodes de canicules estivales. « Il me semblait nécessaire d’alerter sur ce qui est en train de se passer, poursuit la photographe. Tout en rendant hommage au savoir-faire des travailleurs, s’adaptant face à ce dérèglement pour réussir à créer un champagne avec le même goût chaque année. »

En plus des images shootées sur place, Elsa Leydier a réalisé des scans et des rayogrammes, en filtrant la lumière à travers les verres colorés des bouteilles, teintés pour protéger le liquide de ce « goût » étrange. Des images abstraites aux tons magenta soutenus. Une palette incandescente évoquant la chaleur des récoltes et du climat.  Entre minimalisme poétique et expérimentations, l’artiste célèbre la beauté du produit et la précision de ses créateurs, tout en illustrant subtilement les limites écologiques de notre planète. « Une fragilité qui menace nombre de traditions centenaires et notre monde en général », soutient-elle. Un projet tout en nuances, mettant en scène une nature en danger.

© Elsa Leydier© Elsa Leydier
© Elsa Leydier© Elsa Leydier
© Elsa Leydier© Elsa Leydier
© Elsa Leydier© Elsa Leydier

© Elsa Leydier

Explorez
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Être là : à Zone i, une exposition à la marge
©Alexa Brunet / Grande commande photojournalisme
Être là : à Zone i, une exposition à la marge
Du 9 mai au 3 novembre 2024, l'espace culturel dédié à l’Image et l’Environnement Zone i accueille Être là, une exposition collective de...
08 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas