Icônes : les images fantasmées : le musée l’Image interroge les représentations

21 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Icônes : les images fantasmées : le musée l’Image interroge les représentations
Cassius Clay (Mohamed Ali) et les Beatles, Miami, février 1964 © TopFoto / Roger-Viollet
Brigitte Bardot, 1967, tirage photographique moderne d’après un ektachrome original, collection ministère de la Culture. Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie © ministère de la Culture. Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie. Dist. RMN – Grand Palais / Sam Lévin

Jusqu’au 22 septembre 2024, le musée de l’Image d’Épinal accueille Icônes : les images fantasmées. Par le biais d’un parcours historique, l’exposition propose une réflexion sur la place et la portée de telles représentations dans nos sociétés contemporaines. 

Nos imaginaires sont peuplés d’images que la popularité a érigées au rang d’icônes. Si le terme désigne d’abord exclusivement des peintures religieuses, il eut tôt fait de tomber dans le monde profane. Malgré ce changement de paradigme, la notion de guide qui découle de ces figures demeure pérenne tant le singulier récit qu’elles portent en elles, et qui les dépasse, parvient à rassembler des communautés. Jusqu’à l’automne, le musée de l’Image d’Épinal, situé dans les Vosges, présente une exposition autour de cette thématique. Intitulé Icônes : les images fantasmées, l’évènement revient sur les origines chrétiennes du concept avant de retracer son évolution jusqu’à notre époque contemporaine. En contrepoint, elle interroge leur portée et leur devenir dans une société qui ne cesse de se fragmenter davantage. 

Ayrton Senna, Sao Paulo, 2004, tirage jet d’encre © Patrick Gripe / Courtesy Galerie Jean-Denis Walter, Paris
Mustafa Kemal Atatürk, Anonyme, tirage offset moderne d’après une photographie de 1921, collection privée © D.R.

Des références communes

« Devenir une icône demande à s’inscrire dans un temps long, celui des mythes et des légendes. La personnalité, homme ou femme, qui acquiert ce statut est [censée] avoir une destinée hors du commun, à la fois épique et tragique. Son aura magnétique conquiert l’adhésion des foules et s’invite dans leur imaginaire. Peu importe la réalité ! L’icône est une création fictionnelle, une image fabriquée, un fantasme », indique d’emblée le préambule de l’exposition. À compter de l’invention de la photographie, au 19e siècle, l’élaboration et la diffusion des icônes sont rendues plus aisées. Pour nourrir leur propagande, de même que le culte de leur personnalité, des dictateurs comme Staline, Hitler ou Mao se servent notamment du médium en ce sens. Celui-ci participe à la maîtrise recherchée de l’histoire qu’ils désirent mettre en place. 

Plus tard, la mondialisation, au tournant des années 1960, donnera une autre dimension aux images. Devenues marchandises, elles s’intègrent à la culture populaire et s’imposent comme des références communes qui cristallisent les transformations de nos sociétés. Dès les années 1950, Marilyn Monroe incarne un idéal féminin, engendré par l’industrie du cinéma américain, quand Brigitte Bardot représente la Française libre, indépendante et moderne. Les Beatles, quant à eux, mettent à mal les codes établis par les générations précédentes et signent une œuvre universelle. Preuve de leur influence, en dépit du temps qui passe, les contours de chacune et chacun – encore floqués sur des T-shirts, imprimés sur des affiches ou tout autre support – restent connus de toutes et tous. 

Aujourd’hui, le concept d’icône semble s’être pris dans son propre piège. De fait, quoiqu’elle résulte du prolongement de la mondialisation, l’arrivée d’Internet et des réseaux sociaux a autant favorisé la circulation des images que le morcellement des communautés. Ces figures, de plus en plus nombreuses, se distinguent dès lors par leur aspect éphémère et traduisent une fracture culturelle. Ce constat, au cœur de l’exposition du musée de l’Image, invite ainsi à reconsidérer « nos comportements de zappeuses et de zappeurs »

À lire aussi
Si les icônes m'étaient contées
Si les icônes m’étaient contées
Pour l’été, Regardez Voir inaugure un nouveau format, co-produit avec Fisheye. L’émission de France Inter propose une série de podcasts…
12 juillet 2019   •  
Écrit par Julien Hory
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison…
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •  
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •