Flora Nguyen déconstruit les représentations coloniales de la femme asiatique fantasmée

23 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Flora Nguyen déconstruit les représentations coloniales de la femme asiatique fantasmée
© Flora Nguyen
© Flora Nguyen

Photographe française d’origine vietnamienne, Flora Nguyen croise les arts pour construire une œuvre sensible et engagée, questionnant l’impact de la colonisation sur notre vision de la femme « exotique ». Des cartes postales du 19e aux images de propagandes durant la guerre du Vietnam, en passant par les commentaires racistes contemporains, elle développe un récit nuancé nourri par une violence sous-jacente. Entretien.

Fisheye : Comment t’es-tu tournée vers la photographie ?

Flora Nguyen : C’est une longue histoire. Mon père m’a offert mon premier boîtier lorsque j’avais 15 ans et j’ai commencé à prendre des photos et à me former au labo. Je réalisais alors des portraits de mes proches. Je suis rapidement devenue passionnée. Si j’ai finalement poursuivi des études de droit et Sciences Po’, plus tard, à l’occasion d’une expatriation à Moscou, je me suis tournée à nouveau vers ce médium qui était devenu digital. Je me suis formée à l’École Rodchenko, puis aux Gobelins.
De retour à Paris, en 2015, j’ai continué à approfondir mes connaissances par le biais de workshops au Centre Verdier ainsi qu’aux ateliers des Beaux-Arts de Paris et à l’École du Louvre pour l’histoire de l’art… Depuis 2020, je me consacre entièrement au 8e art et à son hybridation.

Quel est ton processus de création ?

Mon approche est à la fois construite, référentielle, sensible et protéiforme. J’aime laisser le hasard entrer par effraction et véhiculer de l’émotion.
Au préalable, je me lance toujours dans une recherche documentaire historique, sociologique, voire anthropologique, et iconographique. Je me nourris de l’histoire de l’art. Cependant, lorsque je crée, c’est de manière plus spontanée, je m’amuse beaucoup à expérimenter différents médiums et différentes techniques, comme d’infinies variations sur un même sujet.

© Flora Nguyen

Tu as mentionné l’importance de la recherche dans ton processus, peux-tu m’en dire plus sur les documents sur lesquels tu t’appuies ?

Pour mes autofictions, par exemple, j’ai réuni plus d’une centaine de cartes postales d’époque, glanées dans les ouvrages d’histoire, sur les sites d’archives historiques, de vente en ligne et d’enchères, dans les brocantes, etc. Il en va de même pour les photographies de guerre ou les photos de famille, où WhatsApp a d’ailleurs joué un grand rôle !
Par ailleurs, j’essaie de suivre des colloques sur mes sujets, d’interroger des chercheurs·ses, de me rendre dans les archives. Je lis aussi beaucoup (Sexe, Race et Colonie, sous la direction de Pascal Blanchard, La colonisation des corps, de l’Indochine au Vietnam, direction F. Guillemot et A. Larcher-Gosha, Indochine, la colonisation ambigüe, P. Brocheux et D. Hemery, Le livre noir du colonialisme, XVIe – XXI, direction Marx Ferro…) Enfin, je visite des expositions, visionne des documentaires, interroge ma famille, etc. Tout cela est peut-être dû à ma formation initiale – en tant qu’ancienne avocate puis juriste – et à mon père, ancien chercheur au CNRS !

© Flora Nguyen
© Flora Nguyen

Dans ton travail, tu t’appliques à déconstruire l’imagerie coloniale, peux-tu revenir sur tes motivations ?

C’est venu de manière spontanée. Lorsque je crée, je pars souvent de quelque chose qui me dérange, m’énerve, ou, en tous cas m’interroge. Dans ce cas précis, c’est un questionnement à la fois intime et lié à mon histoire familiale et d’une constatation contemporaine – une sorte de prise de conscience provoquée par le mouvement #MeToo, #BlackLivesMatter, mais aussi par les actes racistes anti-asiatiques et les manifestations qui ont suivies. Suite à mes voyages en Asie et en Afrique, j’ai exploré la construction d’un imaginaire fantasmagorique fabriqué par la machine à l’image du temps de la colonisation.

Un imaginaire dont tu as toi-même fait l’expérience…

Tout à fait, il peut conduire à une violence extrême. Quand j’étais jeune, à l’école ou dans les transports en commun, on me renvoyait à mon apparence asiatique alors que je me sentais française avant tout : les gamin·es me parlaient avec un accent ridicule, se tiraient les yeux, me demandaient si je mangeais du chien et si mes parents avaient un restaurant chinois… J’ai découvert que j’étais « différente » dans le regard des autres, à travers la moquerie souvent, vers l’âge de 6-7 ans. Mon visage asiatique interrompait le récit encore très ancré que l’identité des Français·es est liée à la blanchité !
Puis, lorsque je suis partie au Vietnam alors que j’avais la vingtaine, c’était la même chose. On ne me considérait pas comme une des leur·es : j’avais respiré l’air occidental et mon physique en avait été changé ! Quand je disais que mes deux parents étaient vietnamien·nes, iels étaient interloqué·es. Parallèlement, je voyais beaucoup de prostitution en Asie du Sud Est, et les Occidentaux en profiter parfois avec de très jeunes personnes. Ça me révoltait. Des amis usaient de leur « domination » pour changer de filles tous les jours quasiment (sans que les relations soient forcément tarifées). En France, je suis souvent tombée sur des mecs qui me disaient qu’ils ne sortaient qu’avec des Asiatiques ou alors qu’on était leurs préférées… Comme si en tant qu’individu je n’existais pas !

© Flora Nguyen
© Flora Nguyen

Tu as donc voulu enquêter sur l’origine de ces violences.

Oui, je me suis demandé d’où venaient ces phénomènes, et j’ai découvert qu’ils proviennent en majorité d’un passé colonial, d’une imagerie fantasmée. La « femme asiatique » est idéalisée sexuellement. Une image véhiculée depuis le début de la colonisation, d’abord par les gravures dans des ouvrages soi-disant « scientifiques » – mais en réalité graveleux – puis grâce aux cartes postales largement diffusées dès la fin du 19e siècle au début du 20 siècle. Des images pseudodocumentaires sur la population féminine indochinoise, intitulées de manière générique « Jolie Con Gai » « Femme Cochinchinoise » « Femme Annamite », etc.
Ces figures donnent à voir un certain type de représentation : celui de la « petite épouse », d’une liberté sexuelle « naturelle ». La littérature a aussi véhiculé cette notion. Pour motiver les troupes et les candidats à la colonisation, on utilisait les femmes indochinoises comme « produit d’appel », on leur promettait une consommation sexuelle sans contrainte. Et ces images y participaient, elles les réifiaient. Elles étaient objet sexuel, prisonnières de leur image séductrice, n’existant pas en tant qu’individus… Et aujourd’hui, sur internet et les réseaux sociaux – notamment Google ou Instagram – cette image de la femme asiatique hypersexualisée demeure omniprésente.

Tu définis ta photographie comme « augmentée ». En quoi l’utilisation d’autres médiums t’aide à t’exprimer ?

Étant moi-même métissée, j’ai pour habitude de rejeter les conceptions binaires dans l’art opposant photographie/peinture, abstraction/figuration, art conceptuel/décoratif pour prôner la liberté et l’expérimentation. L’utilisation de la peinture me permet, grâce à la matière, aux coulures, aux couleurs pures, d’exprimer une certaine violence et surtout un geste plus « brutal » ou direct que lorsque j’utilise le médium photographique. Comme la sculpture, la peinture me permet de retrouver une matière, une corporéité, une « chair », lorsque la photographie est davantage synonyme d’« abstraction ». Or, comme je travaille sur le corps, faire « corps » est important pour moi. J’aime amener de la sensualité, de la matière sur la surface lisse de la photographie. Par ailleurs, la peinture sur les images nous ramène au pur présent, la photographie étant inconsciemment perçue comme la captation d’un moment « passé ». Enfin, j’utilise cette hybridation comme une distanciation, une solution pour mettre à distance le réel traumatique – notamment dans mes peintures tirées d’archive documentaire sur la guerre.

© Flora Nguyen
FloraNguyen
« Pour motiver les troupes et les candidats à la colonisation, on utilisait les femmes indochinoises comme « produit d’appel », on leur promettait une consommation sexuelle sans contrainte. »
© Flora Nguyen
© Flora Nguyen

Tu te mets également parfois en scène, pour quelles raisons ? Ton travail est-il autobiographique selon toi ?

Parfois, je suis plutôt performeuse, oui. Je souhaite être à la fois sujet agissant et créatrice, introduire une faille dans la dichotomie sujet-objet de la photographie. Ces autofictions sont à la fois une réappropriation de mon corps et un acte de dénonciation du regard qui assigne l’autre. Je recrée le regard en déconstruisant le cliché et je reconstruis l’image en injectant encore plus de « facticité » : je force notamment le trait sur le décor « exotique » en mêlant toutes sortes d’objets asiatiques venant de pays différents et mêlant des détails anachroniques… En somme, j’utilise la photographie pour créer du fictionnel.
En parallèle, j’interroge la construction intériorisée incorporée de la femme « exotique », docile et sensuelle. Je questionne aussi la manière dont j’ai pu intérioriser un discours de domination et de rejet de mes propres origines – un discours qui a pu se transmettre au fil des générations de femmes.
Donc oui, d’une certaine manière mon travail est autobiographique, tout en allant vers l’universel, car cette relation de domination patriarcale et de réification de la femme, qu’elle soit blanche, noire ou jaune, l’est.

© Flora Nguyen

Parmi tes créations, l’une d’entre elles est particulièrement marquante : une peinture inspirée d’une photographie, nourrie par quelques vers puissants…

Pour réaliser cette peinture, je suis en effet parti d’une photographie documentaire de 1968 : « The Enemy (Vietnam) », de Steven Curtis qui m’a particulièrement traumatisée dans sa représentation crue de la guerre et de ce qu’elle avait fait aux femmes – je parle ici des viols. Cette captation du réel, j’ai dû la « digérer », me la réapproprier pour continuer à vivre normalement. J’en ai fait une dizaine de versions en peinture, en monotype, jusqu’à l’épuisement de l’image.
Par le biais de cette technique, j’ai repris l’image avec un geste de peintre, mais à l’aveugle. Je l’ai écrasée à l’aide d’une lourde presse d’acier sans savoir à l’avance ce qui allait sortir de ce processus. Je me suis concentrée sur la matérialité du médium pour exorciser le cliché. Partant d’une archive extrêmement lisible, choquante, dans sa réalité documentaire, immédiate et brute, la photographie devient pleine de traces, d’imperfections qui permettent l’émergence du temps.
En même temps, j’ai voulu réparer cette femme, en la peignant de manière très « vivante” » du noir et blanc, j’ai ajouté de la couleur, j’ai peint sa chair rosée, j’ai recouvert le sang noir de ton or et comblé le trou dans sa tête avec la même nuance. Les soldats qui rient du cadavre de cette femme sont quant à eux traités comme une masse rouge, sans contour. Par la peinture, je leur ai enlevé leur individualité. Ces gestes d’écrasement et de réappropriation questionnent à la fois l’oppression et l’effacement des femmes pendant la colonisation et la guerre, l’oubli et leur rémanence par le geste artistique, tout en laissant la trace du hasard et des erreurs.

© Flora Nguyen

Abordes-tu d’autres thèmes, à travers ta pratique ?

La mémoire, la transmission, et en ce moment l’écoféminisme, qui pose au centre de sa réflexion la question des relations de genre et de domination dans l’approche de la protection environnementale. Pour Catherine Larrère (philosophe français, ndlr), le mouvement « a mis au cœur de sa réflexion les connexions qui existent entre la domination des hommes sur la nature et celle qu’ils exercent sur les femmes ».

Des artistes qui t’inspirent ?

Des peintres : Le Caravage, Jean Auguste Dominique Ingres, Frida Kahlo, les peintres flamands du 17e… Il faut noter, aussi, une réaction contre Gauguin alors que j’adorais ses couleurs.
Plus contemporains, il y a Gerhard Richter, Christian Boltanski, Robert Rauschenberg, Francesca Woodman, Saul Leiter, Sophie Calle, Cindy Sherman, Jeff Wall, Annette Messager, l’arte povera, etc.
Également la peinture chinoise (notamment d’après le livre Le vide et le plein de François Cheng), la peinture vietnamienne (surtout Mai Trung Thu), et l’estampe japonaise (les cadrages d’Hokusai).

Un dernier mot ?

« Chaque fois que la liberté et la dignité de l’homme (et des femmes !) sont en question, nous sommes tous concernés, blancs, noirs ou jaunes », Frantz Fanon.

© Flora Nguyen
À lire aussi
Focus #48 : Juan Brenner et les différents assauts du colonialisme
05:50
Focus #48 : Juan Brenner et les différents assauts du colonialisme
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Juan Brenner s’intéresse à la manière dont les invasions passées – comme présentes –…
24 mai 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« First Generation » :  les identités post-immigration de Carolina Arantes
« First Generation » : les identités post-immigration de Carolina Arantes
Carolina Arantes s’apprête à sortir First Generation, son premier ouvrage publié aux éditions Fisheye. Fruit d’un projet au long cours…
24 octobre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La conquête du divin
La conquête du divin
Avec sa nouvelle série Golden Age, Delphine Diallo revient sur toutes ses thématiques engagées avec comme leitmotiv « la transmutation du…
24 juin 2022   •  
Écrit par Fisheye Gallery
Explorez
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d'actualité
© Chloé Azzopardi
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d’actualité
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine puisent dans notre époque contemporaine pour s'immerger dans des problématiques...
23 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d'actualité
© Chloé Azzopardi
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d’actualité
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine puisent dans notre époque contemporaine pour s'immerger dans des problématiques...
23 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill