Intraccià : La Corse aimée de Kamil Zihnioglu

27 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Intraccià : La Corse aimée de Kamil Zihnioglu
© Kamil Zinhioglu
© Kamil Zihnioglu
© Kamil Zihnioglu

Le lancement du livre est prévu lors de l’exposition Intraccià, au Centre Culturel Una Volta à Bastia, Corse, du 13 juin au 12 juillet 2024. Le livre sera disponible chez Saetta Books, au salon d’édition Mirage qui se tiendra du 1er au 6 juillet pendant les Rencontres d’Arles.

Après six années d’errance, Kamil Zihnioglu dépose ses bagages et nous murmure sa lettre d’amour à la Corse dans sa première monographie intitulée Intraccià. Publiée chez Saetta Books, cette série est une ode à l’illéité qui dessine une carte intime et poétique de son attachement à ce territoire.

« Ici ou ailleurs, comment embrassons-nous un lieu qu’on aime ? » C’est avec cette question en guise de talisman que Kamil Zihnioglu sonde ses liens à l’île de beauté, miroir de ses multiples identités. Photographe français, né d’une mère allemande et d’un père turc, il travaille depuis dix ans comme photojournaliste. À tout juste vingt ans, il couvre déjà l’actualité pour la presse nationale et internationale, notamment avec AP, l’agence de presse américaine. Amoureux de la Corse qu’il fréquente depuis son enfance avec sa famille, il décide, à partir de 2018, de se confronter à ce territoire sur le temps long. « Je voyais beaucoup d’ami·es revenir après leurs études, lassé·es ou ne trouvant pas leur place sur le continent. Je me suis alors demandé qu’est-ce qui les unit à ce territoire ? Que signifie être Corse ? Quels en sont les facteurs culturels ? » se questionne-t-il.

© Kamil Zihnioglu

Une envie d’enracinement

Il démarre cette série avec pour angle la jeunesse de l’île et les mouvements nationalistes. Après plusieurs séjours, il quitte Paris en 2020 pour « ancrer [s]es deux pieds, comprendre, ressentir et vivre ce territoire ». En 2021, il obtient deux distinctions prestigieuses afin de poursuivre ce travail, la bourse pour la photographie documentaire du Centre Nationale des Arts Plastiques et la grande commande publique Radioscopie de la France, pilotée par la BnF. Pendant plusieurs années, il mène une quête qui lui semble sans fin sur les traces de l’identité corse, le conduisant de processions religieuses, en fêtes de villages, suivant ses proches dans leur quotidien ou couvrant des événements politiques majeurs comme la mort d’Yvan Colonna. Tant et si bien qu’il finit par s’y perdre, ne sachant plus trop ce qu’il était venu y chercher.

C’est au cours d’une lecture de portfolio avec la curatrice Taous Dahmani que sa démarche s’éclaire « elle m’a dit qu’elle comprenait cette quête identitaire et mon envie d’enracinement à ce territoire, mais ce qu’elle ressentait vraiment et que je ne disais pas, c’était simplement mon amour pour cette île et ses habitant·es. Cela a remis ma boussole en place. » confit-il. Ses images aux tons chauds comme gorgées de Méditerranée sont autant de fragments qui recomposent son île intérieure. Symboles païens et modernes se côtoient, peuplées de regards francs laissant entrevoir la place du photographe dans ce décor où la nature se contemple comme à l’aube des temps. A travers cette expérience intime, Kamil Zihnioglu n’oublie pas de tendre à l’universel. A la fin de son ouvrage, il met en perspective l’expérience insulaire à travers les mots de la sociologue Anne Meistersheim, elle-même habitante adoptée de la Corse.

© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu
© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu
© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu

© Kamil Zihnioglu

À lire aussi
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les…
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #397
Les coups de cœur #397
Nos coups de cœur #397, Miléna Hidalgo et Élise Saint-Upéry, s’inspirent toutes deux de leur passion pour créer : l’une prend appui sur…
11 juillet 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas

Explorez
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
© Anass Ouaziz / Instagram
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
Le soleil brûle dans notre sélection Instagram de la semaine. Les flammes se déchaînent, les briquets s’allument, et les lueurs rouges...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas