Introspection poétique

01 juin 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Introspection poétique

Amaury da Cunha, photographe français, présente, dans son livre Demeure, son univers à la fois sombre et poétique. Complétées par des vers de Sylvie Gracia, ses images racontent une histoire intime et désordonnée.

Pour Amaury da Cunha, la photographie est une affaire de famille. Son père, photographe, l’initie, dès son jeune âge à étudier la lumière, et à sensibiliser son œil à la composition. Poète, Amaury voit dans la photographie une beauté semblable à celle de la littérature. Ses clichés sont des approches, des expériences qu’il définit comme des « amorces de réponses à la question du réel ». « Faire une image, c’est tenter quelque chose, un geste, souvent simple en apparence », ajoute-t-il. Son livre Demeure s’inscrit dans ce parcours étrange, et donne à voir une mosaïque d’images à la narration éparpillée.

« J’avais le désir de faire un livre différent de ceux que j’ai déjà publiés », annonce Amaury. Les images y sont hétérogènes, sans lien les unes par rapport aux autres, prises à des époques différentes de la carrière du photographe. Et pourtant, une unité se dégage des pages. Une certaine noblesse, sublimée par les teintes sombres des clichés. Au creux des photos, cachés dans des plis japonais, se trouvent des textes de Sylvie Gracia, femme de lettres française, des vers qui viennent bercer l’ouvrage. « J’aime l’idée que derrière une image, il y a toujours une histoire », confit le photographe. « Les phrases de Sylvie en restituent des lambeaux, et éclairent ces photos en tentant d’en dissiper les zones d’ombres ».

Une autobiographie désordonnée

Qui sont ces modèles d’une beauté ténébreuse ? Quels personnages jouent-ils ? Demeure brouille les pistes, et Amaury laisser planer le doute. Pourtant, au fil du livre, un récit intime apparaît en contrepoint. Si les courts poèmes qui légendent les images ne sont pas de lui, ce rappel à l’écriture révèle l’importance des mots dans la vie d’Amaury. « La poésie est si souvent caricaturale, aujourd’hui », ajoute-t-il. « On accède parfois à elle lorsqu’on l’oublie ». En posant des mots sur les photographies, celles-ci s’organisent et lèvent le voile de l’intime. Ensemble, lettres et clichés présentent une sorte d’autobiographie désordonnée, un puzzle en morceau. S’il est difficile de dater les images et d’identifier les êtres, pour Amaury, une image est claire : « le livre commence par le portrait de Charles, mon frère disparu. La photographie a toujours à voir avec la perte. Cet ouvrage est peut-être un prolongement poétique, tourné vers la vie après la mort d’un être aimé. Comment pouvoir se reconnecter au monde après une telle épreuve ? » En s’interrogeant ainsi, le photographe propose une création complexe aux intonations mystérieuses. Un récit désordonné d’une profonde beauté.

@ Amaury da Cunha

 

 

@ Amaury da Cunha

@ Amaury da Cunha@ Amaury da Cunha

@ Amaury da Cunha@ Amaury da Cunha

 

 

@ Amaury da Cunha

Demeure, Éditions H’artpon, 35 €, 136 p.

© Amaury da Cunha

Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas