Le voyageur immobile : les photographies sculpturales de Jean-Michel Fauquet

02 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Le voyageur immobile : les photographies sculpturales de Jean-Michel Fauquet
© Jean-Michel Fauquet
© Jean-Michel Fauquet
© Jean-Michel Fauquet
© Jean-Michel Fauquet
À lire aussi
KINGS ROAD : les architectures surréalistes de Mona Kuhn à la Galerie XII
© Mona Kuhn
KINGS ROAD : les architectures surréalistes de Mona Kuhn à la Galerie XII
La Galerie XII à Paris, consacre une exposition à la photographe germano-brésilienne Mona Kuhn. Dans sa série KINGS ROAD, l’artiste…
30 novembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Adam Jeppesen : le wabi-sabi au service des forces invisibles
© Adam Jeppesen
Adam Jeppesen : le wabi-sabi au service des forces invisibles
Né au Danemark, Adam Jeppesen explore une approche expérimentale et transdisciplinaire de l’art. Ses séries The Pond et Mæra, qui…
25 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les « objets de désir » de Sheila Metzner s’exposent à la Galerie Rouge
Les « objets de désir » de Sheila Metzner s’exposent à la Galerie Rouge
Jusqu’au 16 octobre 2022, la Galerie Rouge rend hommage à Sheila Metzner avec Objets de désir. Dans des œuvres résolument picturales, la…
13 septembre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet

Des figures fantomatiques se succèdent, dans des photographies mystérieuses, mélangeant réel et imaginaire. Un monde monochrome fait d’ombres et de formes étranges. C’est l’univers photographique de Jean-Michel Fauquet, « le voyageur immobile », exposé à la Galerie Rouge jusqu’au 24 février.

L’œuvre de Jean-Michel Fauquet ne cesse de captiver, de par sa recherche obstinée autour de l’humain et de ses errances. Hypnotique et parfois inquiétant, son univers oblige à se tourner vers l’intérieur, vers l’inconscient. Jusqu’au 24 février, la Galerie Rouge accueille une rétrospective de l’œuvre de l’artiste, intitulée Le Voyageur Immobile. En effet, tout dans l’approche du photographe semble inciter au voyage, alors même que toutes ces mises en scène se déroulent dans l’espace exigu de son atelier. Par l’image photographique, l’artiste traverse la condition humaine et décrit ses errances. L’exposition, néanmoins, ouvre une fenêtre sur le travail de dessin et de sculpture, mais aussi de prise de vue, qui précède la photographie : autant d’étapes de création qui viennent accompagner la construction d’une œuvre et d’un monde. Ces structures en carton, que Fauquet s’emploie par la suite à photographier, font office de scènes de théâtre de décors énigmatiques. « Artiste inclassable, Jean-Michel Fauquet est une figure solitaire qui, depuis plus de quarante ans, s’emploie à faire émerger de l’ombre un monde imaginaire, écrivent les autrices et critiques d’art Coline Olsina et Agathe Cancellieri. De cette œuvre obscure, située entre rêve et cauchemar, surgit un univers parallèle, une réalité alternative. Celle d’un monde intérieur peuplé de ces visions étranges qui habitent en chacun de nous et que l’artiste fait apparaitre à la surface du tirage. »

Effacer l’effet photographique

« S’il y a de l’invisible dans le monde, comment trouver une forme pour l’incarner ? » écrit Jean-Michel Fauquet dans l’un de ses carnets. Dans ses créations, il tente de répondre à cette question, en donnant vie à des compositions qui allient sculpture, dessin et photographie. L’image photographique est, selon le photographe, bien trop factuelle pour incarner ce que l’on ne peut pas voir et il faut ainsi la détourner, la composer et la flouter pour qu’elle parvienne à ce but. Chacune de ses images est le fruit d’un long processus. « Ce qui est primordial pour moi, c’est d’effacer l’effet photographique, effacer ce que la photographie nous donne de trop visible, de trop réel » explique-t-il. Et pour « effacer » le réalisme de la photographie, l’artiste élabore un grand travail préparatoire, sur croquis. C’est au cœur de « cet espace intime le plus profond » qu’il donne vie aux personnages et aux figures fantomatiques qui peuplent ses mises en scène. Pour lui, le processus compte autant que la photographie finale. Pour parvenir à l’ultime transfiguration de la photographie, il lui faut « tuer l’image » afin de l’entrouvrir aux « mystères de l’invisible ». Comme l’expliquent Coline Olsina et Agathe Cancellieri, « le tirage est ainsi longuement retravaillé, rehaussé au crayon, à l’encre ou à l’huile avant d’être patiné à la cire pour en faire ce qu’il appelle des “estampes” ». Le photographe ne fournit aucune interprétation littérale des images. Libre à nous, les spectateurices, de laisser nos souvenirs se promener jusqu’aux recoins les plus insolites et insoupçonnés de notre inconscient, à la recherche d’un « temps primitif, lointain, comme si ces images provenaient d’une longue tradition orale transmise de génération en génération ».

© Jean-Michel Fauquet
© Jean-Michel Fauquet
Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill