Julien Magre remporte le Prix Niépce Gens d’Images !

02 juin 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Julien Magre remporte le Prix Niépce Gens d’Images !

Ce jeudi 2 juin, le Prix Niépce Gens d’Images a dévoilé le nom de son 67e lauréat qui n’est autre Julien Magre ! Dans ses séries, le photographe français aime à réinventer l’intime de telle sorte à ce que chacun puisse y projeter des réalités qui lui sont propres.

Initié en 1955 par Albert Plécy, le Prix Niépce Gens d’Images s’est imposé comme la toute première récompense en France à valoriser le travail de photographes professionnels. À l’époque, son instigateur avait la volonté d’offrir de la visibilité à des êtres talentueux, mais encore inconnus du grand public. Cette vocation tout à fait louable a su perdurer et entretenir son prestige historique. Au fil des ans, le Prix a convaincu un nombre important d’institutions qui n’a eu de cesse de croître. Parmi elles, le ministère de la Culture, la Bibliothèque nationale de France, l’ADAGP, la fondation Picto, mais également le Jeu de Paume. Chaque année, entouré de ses fidèles partenaires, il s’attache ainsi à reconnaître le grand œuvre d’artistes comme Stéphane Lavoué, Marina Gadonneix ou encore Grégoire Eloy pour ne citer qu’eux.

Ce mardi 31 mai, le jury – présidé par Héloïse Conésa, conservatrice pour la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie – s’est réuni et s’est accordé sur un nom : celui de Julien Magre. L’artiste aura l’occasion de parler de son travail le 22 juin 2022 lors d’un atelier Gens d’Images, organisé au sein de l’auditorium de l’ADAGP. Cette dernière, associée à la Picto Fundation, lui attribue une dotation de 15 000 €. Enfin, la BnF, le Jeu de Paume de Tours et la Galerie Dityvon-Université d’Angers accueilleront tour à tour une exposition de ses tirages.

Annihiler toute distance avec le sujet

« Je ne cherche pas l’image spectaculaire », annonce Julien Magre dans la note d’intention de son dossier candidature. Depuis 1999, l’artiste de 49 ans, diplômé des Arts décoratifs de Paris, immortalise les êtres et les paysages qui composent son quotidien, ces « choses minuscules qui [lui] ont sans doute sauvé la vie ». Cette célébration de l’existence s’est alors très vite imposée comme une nécessité. Le corpus qu’il a soumis s’intitule, d’ailleurs, à juste titre « En vie ». Avec poésie, il cristallise ces fragments d’intimité, de sa muse Caroline, photographiée au tournant du millénaire, à la famille qu’ils ont fondée, profitant de la Toussaint pour séjourner sur les côtes bretonnes.

Soutenu par Philippe Guionie, le directeur de la Résidence 1+2 « Photographie & Sciences » a tout de suite été touché par ses clichés. « Je n’avais jamais rencontré Julien Magre avant de le parrainer pour le prix Niépce, édition 2022 et pourtant, les photographies de sa famille m’étaient déjà presque toutes familières. […] Je ressentais et je ressens toujours un étrange et doux sentiment d’appartenance. Cette famille est aussi quelque part la mienne », affirme-t-il. Les images de Julien Magre réussissent alors avec force un pari d’envergure. Qu’elles mettent en scène sa véritable famille ou celle qu’il se découvre comme le monde hippique, il parvient à annihiler toute distance entre les sujets et ceux qui les observent au travers du médium photographique.

© Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère

© Julien Magre / Courtesy Galerie Le Réverbère

Explorez
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet