Julien Magre remporte le Prix Niépce Gens d’Images !

02 juin 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Julien Magre remporte le Prix Niépce Gens d’Images !

Ce jeudi 2 juin, le Prix Niépce Gens d’Images a dévoilé le nom de son 67e lauréat qui n’est autre Julien Magre ! Dans ses séries, le photographe français aime à réinventer l’intime de telle sorte à ce que chacun puisse y projeter des réalités qui lui sont propres.

Initié en 1955 par Albert Plécy, le Prix Niépce Gens d’Images s’est imposé comme la toute première récompense en France à valoriser le travail de photographes professionnels. À l’époque, son instigateur avait la volonté d’offrir de la visibilité à des êtres talentueux, mais encore inconnus du grand public. Cette vocation tout à fait louable a su perdurer et entretenir son prestige historique. Au fil des ans, le Prix a convaincu un nombre important d’institutions qui n’a eu de cesse de croître. Parmi elles, le ministère de la Culture, la Bibliothèque nationale de France, l’ADAGP, la fondation Picto, mais également le Jeu de Paume. Chaque année, entouré de ses fidèles partenaires, il s’attache ainsi à reconnaître le grand œuvre d’artistes comme Stéphane Lavoué, Marina Gadonneix ou encore Grégoire Eloy pour ne citer qu’eux.

Ce mardi 31 mai, le jury – présidé par Héloïse Conésa, conservatrice pour la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie – s’est réuni et s’est accordé sur un nom : celui de Julien Magre. L’artiste aura l’occasion de parler de son travail le 22 juin 2022 lors d’un atelier Gens d’Images, organisé au sein de l’auditorium de l’ADAGP. Cette dernière, associée à la Picto Fundation, lui attribue une dotation de 15 000 €. Enfin, la BnF, le Jeu de Paume de Tours et la Galerie Dityvon-Université d’Angers accueilleront tour à tour une exposition de ses tirages.

Annihiler toute distance avec le sujet

« Je ne cherche pas l’image spectaculaire », annonce Julien Magre dans la note d’intention de son dossier candidature. Depuis 1999, l’artiste de 49 ans, diplômé des Arts décoratifs de Paris, immortalise les êtres et les paysages qui composent son quotidien, ces « choses minuscules qui [lui] ont sans doute sauvé la vie ». Cette célébration de l’existence s’est alors très vite imposée comme une nécessité. Le corpus qu’il a soumis s’intitule, d’ailleurs, à juste titre « En vie ». Avec poésie, il cristallise ces fragments d’intimité, de sa muse Caroline, photographiée au tournant du millénaire, à la famille qu’ils ont fondée, profitant de la Toussaint pour séjourner sur les côtes bretonnes.

Soutenu par Philippe Guionie, le directeur de la Résidence 1+2 « Photographie & Sciences » a tout de suite été touché par ses clichés. « Je n’avais jamais rencontré Julien Magre avant de le parrainer pour le prix Niépce, édition 2022 et pourtant, les photographies de sa famille m’étaient déjà presque toutes familières. […] Je ressentais et je ressens toujours un étrange et doux sentiment d’appartenance. Cette famille est aussi quelque part la mienne », affirme-t-il. Les images de Julien Magre réussissent alors avec force un pari d’envergure. Qu’elles mettent en scène sa véritable famille ou celle qu’il se découvre comme le monde hippique, il parvient à annihiler toute distance entre les sujets et ceux qui les observent au travers du médium photographique.

© Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère © Julien Magre Courtesy Galerie Le Reéverbère

© Julien Magre / Courtesy Galerie Le Réverbère

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin