La Fisheye Gallery présente deux solo shows à Paris Photo

23 septembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La Fisheye Gallery présente deux solo shows à Paris Photo

Dans le cadre de la 23e édition de Paris Photo, la Fisheye Gallery présente deux solo shows de Stéphane Lavoué et Morvarid K, deux photographes aux esthétiques singulières.

Véritable plateforme de découvertes, Paris Photo organise, du 7 au 10 novembre 2019 sa 23e édition. Cette année encore, le meilleur de la photographie historique et contemporaine sera représenté par 180 galeries internationales. En 2019, 33 éditeurs seront également présents, et organiseront plus de 200 signatures d’artistes. Pour la deuxième année consécutive, la Fisheye Gallery participe à l’événement. Forte d’une première expérience réussie, elle présente cette année à Paris deux solo shows exclusifs, donnant un espace privilégié aux artistes Stéphane Lavoué et Morvarid K, au cœur des secteurs Prismes et Curiosa.

Récits fictifs et expérimentations

Situé au premier étage du Grand Palais, dans le Salon d’honneur, le secteur Prismes présente quatorze projets exceptionnels et grands formats. Au cœur de cette installation gigantesque – au stand SP1 – Stéphane Lavoué proposera une immersion onirique dans trois séries emblématiques de son travail : The Kingdom, À terre et Pampa. Liés par un amour de la nature et des éléments, ces projets portent des récits de sociétés atypiques, vivant en harmonie avec un environnement verdoyant. Du royaume du Vermont, aux États-Unis, à la Bretagne sauvage, le photographe capture un univers aussi brut que magique. La lumière, naturelle et théâtrale, sublime chaque image, transformant le quotidien en conte.

Morvarid K., artiste iranienne installée entre l’Allemagne et la France investira quant à elle le secteur Curiosa (stand SC5). Inauguré en 2018, cet espace est dédié cette année aux artistes émergents. Invité, le commissaire et écrivain anglo-ghanéen Osei Bonsu a choisi d’interroger la photographie et son instabilité en relation avec notre monde actuel. L’auteure y présente Ecotone, une œuvre inspirée par la technique ancestrale du kintsugi, venue des artisans céramiques japonais. Dans une société où le vieillissement et l’imperfection sont rejetés, Morvarid K. tente de renouer avec le passage du temps. Une danse fragile et délicate entre la beauté et la cassure, le sublime et l’abîmé prenant la forme de 27 collages photographiques. Entre récits fictifs et expérimentations, les deux auteurs présentent deux univers singuliers, représentatifs d’une photographie contemporaine en pleine évolution.

 

Fisheye Gallery à Paris Photo 

Du 7 au 10 novembre 2019

Stéphane Lavoué – Secteur Prismes (stand SP1)

Morvarid K. – Secteur Curiosa (stand SC5)

Grand Palais, 3 Avenue du Général Eisenhower, Paris 8

© Morvarid K.

© Morvarid K.© Morvarid K

© Morvarid K.

© Stéphane Lavoué© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot