La génération selfie revisitée par la Saatchi Gallery

21 juillet 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
La génération selfie revisitée par la Saatchi Gallery

Parfaitement maîtrisé par Justin Bieber, Obama et Kim Kardashian, le selfie fait l’objet d’une exposition à la prestigieuse Saatchi Gallery de Londres jusqu’au 6 septembre 2017. Cet évènement organisé en partenariat avec Huawei prouve que la cohabitation entre l’art et l’univers technologique fonctionne.

Politiciens participant à un sommet, femmes dans leurs bains, astronautes dans l’espace : tout le monde pratique le selfie. From Selfie To Self-Expression nous propose un jeu de regards de Parmigianino et Velázquez jusqu’à nos jours. La peinture et le smartphone se rencontrent dès la première salle. De grands chefs d’œuvres sont reproduits sur écran. Devant nos yeux : l’Autoportrait de Vincent Van Gogh réalisé en 1889. Ou plutôt, un écran semblable à l’interface d’Instagram. Nous likons immédiatement.

La star de cette première salle est sans aucun doute l’artiste Mexicaine Frida Kahlo. Oui, ses autoportraits colorés font le buzz. Comment dresser l’historique de la self-expression (ndlr, en français, l’expression de soi) sans aborder les peintres pratiquant l’autoportrait ? Car aucun modèle ne fait le poids face au reflet de l’artiste. Les œuvres de Cindy Sherman, Chuck Close ou encore Andy Warhol le confirment. Buzz, situations extrêmes ou humour, tous les prétextes sont bons pour s’essayer au selfie. Derrek Barlow immortalise par exemple le selfie d’un homme se faisant poursuivre par un taureau. Alison Jackson a quant à elle concocté un faux selfie de la famille royale.

Big Self-Portrait © Chuck Close, courtesy Pace Gallery

Big Self-Portrait © Chuck Close, courtesy Pace Gallery

Le smartphone comme nouvel outil d’expression de soi

« On peut survivre une journée sans nourriture mais un jour sans smartphone et nous devenons fous ! » nous confie Walter Ji, président du Consumer Business Group pour l’Europe occidentale. Selon lui, le selfie ne se résume plus seulement à l’acte photographique, il est devenu une pratique permettant d’ « affirmer sa personnalité, de partager une émotion et de montrer au monde entier qui nous sommes ». 14 000 usagers se sont prêtés à ce jeu en participant au concours #SaatchiSelfie, organisé par la galerie et Huawei. Les images, provenant de 113 pays sont d’ailleurs projetées au sein de l’exposition. Autofiction ? Quête d’identité ? Course aux likes ? Un élément est certain, From Selfie To Self-Expression aborde l’histoire de la self-expression de façon très ludique. L’expérience est prolongée par un très beau catalogue qui nous renvoie, dès la première de couverture, à notre propre reflet.

Barack Obama selfie with Danish Prime Minister Courtesy ROBERTO SCHMIDT/AFP/Getty Images

Barack Obama selfie with Danish Prime Minister Courtesy ROBERTO SCHMIDT/AFP/Getty Images

Jellyfish Selfie © Cinzia Osele Bismarck

Jellyfish Selfie © Cinzia Osele Bismarck

I’ve Got It All © Tracey Emin. All rights reserved, DACS 2016. Image courtesy of the White Cube

 I’ve Got It All © Tracey Emin. All rights reserved, DACS 2016. Image courtesy of the White Cube

Image d’ouverture : Honeymoon Suite, 2015 © Juno Calypso, Image courtesy of the artist and TJ Boulting Gallery

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina