La guerre n’est-elle qu’un jeu ?

25 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La guerre n’est-elle qu’un jeu ?

Dans I Died 22 Times, le photographe allemand Rafael Heygster tente, en brouillant les frontières entre réel et mise en scène, de comprendre notre fascination pour la guerre et la violence. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Uniformes flamboyants, explosions spectaculaires, grenades dernier cri… Il est difficile de différencier, dans les images de Rafael Heygster, le réel de la mise en scène. Né en 1990, le photographe et journaliste allemand s’intéresse, dans ses projets personnels, « aux relations entre les individus et leur environnement social, culturel – toujours de manière humaniste ». Guidé par une volonté de « représenter le monde extérieur en partant d’une réalité locale et situationnelle », il joue avec l’absurde et le surréalisme pour provoquer émotions et interrogations.

« I Died 22 Times questionne la représentation de la guerre dans notre société. Elle qui se manifeste non seulement au cœur des conflits militaires mais aussi, de manière plus abstraite, dans notre quotidien », explique l’auteur. Troublante, la série joue avec notre perception et brouille les délimitations entre batailles véritables et simulacres. Un travail inspiré par une contradiction : « Il y a plusieurs années, je me suis rendu dans l’ancien camp de concentration d’Auschwitz. J’y ai rencontré Len, un visiteur qui souhaitait en apprendre davantage sur sa famille. Sur place, des documents d’archives lui ont appris que sa grand-mère avait été tuée par les nazis dans cet endroit. Depuis, j’ai continué à suivre Len sur les réseaux sociaux. J’ai appris plus tard, en voyant une photo de lui en uniforme militaire, qu’il adorait jouer à l’airsoft. Il y avait pour moi une discordance entre son histoire familiale et sa volonté de jouer à la guerre. Voulant comprendre, je l’ai accompagné à l’un de ces événements. Ainsi est né mon projet », raconte-t-il.

© Rafael Heygster

Notre fascination pour la violence

C’est cette absence de logique que Rafael Heygster tente d’expliciter. Véritable essai visuel, I Died 22 Times donne du sens à notre désir de paix et à notre obsession du combat. « D’où vient cette fascination ? Comment les civils peuvent-ils accepter que leur nation envahisse un autre pays ? Peut-on diviser le monde entre “gentils” et “méchants”? Les héros des blockbusters et jeux vidéo sont souvent des guerriers intrépides, capables de gagner des batailles. Quelles sont les conséquences d’une telle représentation ? Les notions de pouvoir et de domination ne sont-elles pas attrayantes ? Le besoin de détruire est-il inhérent à l’être humain ? », s’interroge-t-il. Sans chercher à apporter de réponses à ces dilemmes philosophiques, l’auteur tente, grâce à l’image, de capturer notre fascination pour la violence tout en révélant les incohérences d’un tel penchant.
Pour le photographe, si les références à la guerre font florès – dans les films et les jeux, mais aussi dans le tourisme, le sport ou le marché économique –, notre société est désensibilisée à ses horreurs. Car les représentations culturelles des conflits sont purgées de toute terreur. Les combats deviennent amusants, divertissants, mis en scène pour charmer les hommes et tromper leur vigilance en dissimulant l’insoutenable. « J’ai notamment remarqué que les machines de guerre dans les foires d’armes suivent ce même principe. Leur dimension ludique est mise en avant, les souffrances et la mort sont quant à elles effacées : la guerre peut ainsi être consommée », précise le photographe.

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #46, en kiosque et disponible ici

© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster

© Rafael Heygster

Explorez
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas