La guerre n’est-elle qu’un jeu ?

25 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La guerre n’est-elle qu’un jeu ?

Dans I Died 22 Times, le photographe allemand Rafael Heygster tente, en brouillant les frontières entre réel et mise en scène, de comprendre notre fascination pour la guerre et la violence. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Uniformes flamboyants, explosions spectaculaires, grenades dernier cri… Il est difficile de différencier, dans les images de Rafael Heygster, le réel de la mise en scène. Né en 1990, le photographe et journaliste allemand s’intéresse, dans ses projets personnels, « aux relations entre les individus et leur environnement social, culturel – toujours de manière humaniste ». Guidé par une volonté de « représenter le monde extérieur en partant d’une réalité locale et situationnelle », il joue avec l’absurde et le surréalisme pour provoquer émotions et interrogations.

« I Died 22 Times questionne la représentation de la guerre dans notre société. Elle qui se manifeste non seulement au cœur des conflits militaires mais aussi, de manière plus abstraite, dans notre quotidien », explique l’auteur. Troublante, la série joue avec notre perception et brouille les délimitations entre batailles véritables et simulacres. Un travail inspiré par une contradiction : « Il y a plusieurs années, je me suis rendu dans l’ancien camp de concentration d’Auschwitz. J’y ai rencontré Len, un visiteur qui souhaitait en apprendre davantage sur sa famille. Sur place, des documents d’archives lui ont appris que sa grand-mère avait été tuée par les nazis dans cet endroit. Depuis, j’ai continué à suivre Len sur les réseaux sociaux. J’ai appris plus tard, en voyant une photo de lui en uniforme militaire, qu’il adorait jouer à l’airsoft. Il y avait pour moi une discordance entre son histoire familiale et sa volonté de jouer à la guerre. Voulant comprendre, je l’ai accompagné à l’un de ces événements. Ainsi est né mon projet », raconte-t-il.

© Rafael Heygster

Notre fascination pour la violence

C’est cette absence de logique que Rafael Heygster tente d’expliciter. Véritable essai visuel, I Died 22 Times donne du sens à notre désir de paix et à notre obsession du combat. « D’où vient cette fascination ? Comment les civils peuvent-ils accepter que leur nation envahisse un autre pays ? Peut-on diviser le monde entre “gentils” et “méchants”? Les héros des blockbusters et jeux vidéo sont souvent des guerriers intrépides, capables de gagner des batailles. Quelles sont les conséquences d’une telle représentation ? Les notions de pouvoir et de domination ne sont-elles pas attrayantes ? Le besoin de détruire est-il inhérent à l’être humain ? », s’interroge-t-il. Sans chercher à apporter de réponses à ces dilemmes philosophiques, l’auteur tente, grâce à l’image, de capturer notre fascination pour la violence tout en révélant les incohérences d’un tel penchant.
Pour le photographe, si les références à la guerre font florès – dans les films et les jeux, mais aussi dans le tourisme, le sport ou le marché économique –, notre société est désensibilisée à ses horreurs. Car les représentations culturelles des conflits sont purgées de toute terreur. Les combats deviennent amusants, divertissants, mis en scène pour charmer les hommes et tromper leur vigilance en dissimulant l’insoutenable. « J’ai notamment remarqué que les machines de guerre dans les foires d’armes suivent ce même principe. Leur dimension ludique est mise en avant, les souffrances et la mort sont quant à elles effacées : la guerre peut ainsi être consommée », précise le photographe.

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #46, en kiosque et disponible ici

© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster

© Rafael Heygster© Rafael Heygster

© Rafael Heygster

© Rafael Heygster

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 10 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill