La nature exaltée

02 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La nature exaltée

Réalisme magique, c’est le terme qui pourrait définir l’œuvre d’Hélène David. Dans son ouvrage Noces ou Les Confins sauvages, les photographies dialoguent avec des dessins en relief et des poèmes. Une plongée en apnée dans l’univers merveilleux et sauvage de la Méditerranée.

L’ouvrage d’Hélène David, publié par les éditions Sun Sun, est un objet étrange et fascinant. Les photographies, échos de voyages maritimes et délicats, mêlent hommes, animaux et nature dans une forme de transcendance. À leurs côtés, des pages en relief, dessins de Gildas Sécrétan, ponctuent le récit. « C’est une expérience tactile », explique Hélène, « un fossile, une empreinte, quelque chose de disparu qui viendrait s’inscrire dans la matière ». Les pages dialoguent, donc, entre les instants éphémères, fluides des clichés, et l’empreinte éternelle dans le papier. Puis l’histoire s’achève, sur des mots de Donatien Garnier, poète et ami de la photographe. « Il ferme le récit visuel, comme une porte sonore et âpre, une forme de brutalité », dit-elle.

Durant seize ans, Hélène David a embarqué sur des bateaux partant loin et longtemps pour partager le quotidien des marins. Cette expérience, cet enfermement au milieu du grand large sauvage, l’inspire. Au cours de séjours en Alaska, elle découvre le rythme de vie des Inuits et leur relation à la nature. « Cela m’a permis d’identifier différemment l’être et son environnement. Comment nouer d’autres modes de relations ? Comment appréhender le corps dans sa continuité avec le milieu ? » Noces ou Les Confins sauvages se crée alors, petit à petit, entre relation au vivant et vulnérabilité.

Noces ou les confins sauvages © Hélène David

Excursion sensuelle dans le monde sauvage

Photographiées en grande partie dans le Parc national des Calanques, les images évoquent un espace à la fois familier et étranger, réel et fantastique. « Je perçois toujours dans cet espace un au-delà du réel », confie Hélène. Et dans cet univers suspendu entre deux mondes, les photos sont à la fois sensuelles et poétiques. Animaux et corps humains se lient pour former un tout libéré. « Il s’agissait de rendre perceptible cette idée d’une même communauté d’origine, un monde aux frontières perméables, où corps, astragales, méduses, puffins, oblades sont une même continuité. » Bien sûr, l’ouvrage est porté par des enjeux écologiques, mais ici, le nature writing l’emporte. Cette volonté d’inscrire la nature comme un protagoniste de l’histoire, aux côtés de l’être humain. Ainsi, les pulsions naturelles ressurgissent, dans une traversée sensuelle aquatique. « J’aime la façon dont les corps se recentrent et se déploient au contact du sauvage », déclare Hélène. Son ouvrage, en tous cas, resplendit de force et de poésie.

Noces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou Les Confins sauvages, Sun Sun éditions, 50 €, 150 p.

© Hélène David

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill