La nature exaltée

02 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La nature exaltée

Réalisme magique, c’est le terme qui pourrait définir l’œuvre d’Hélène David. Dans son ouvrage Noces ou Les Confins sauvages, les photographies dialoguent avec des dessins en relief et des poèmes. Une plongée en apnée dans l’univers merveilleux et sauvage de la Méditerranée.

L’ouvrage d’Hélène David, publié par les éditions Sun Sun, est un objet étrange et fascinant. Les photographies, échos de voyages maritimes et délicats, mêlent hommes, animaux et nature dans une forme de transcendance. À leurs côtés, des pages en relief, dessins de Gildas Sécrétan, ponctuent le récit. « C’est une expérience tactile », explique Hélène, « un fossile, une empreinte, quelque chose de disparu qui viendrait s’inscrire dans la matière ». Les pages dialoguent, donc, entre les instants éphémères, fluides des clichés, et l’empreinte éternelle dans le papier. Puis l’histoire s’achève, sur des mots de Donatien Garnier, poète et ami de la photographe. « Il ferme le récit visuel, comme une porte sonore et âpre, une forme de brutalité », dit-elle.

Durant seize ans, Hélène David a embarqué sur des bateaux partant loin et longtemps pour partager le quotidien des marins. Cette expérience, cet enfermement au milieu du grand large sauvage, l’inspire. Au cours de séjours en Alaska, elle découvre le rythme de vie des Inuits et leur relation à la nature. « Cela m’a permis d’identifier différemment l’être et son environnement. Comment nouer d’autres modes de relations ? Comment appréhender le corps dans sa continuité avec le milieu ? » Noces ou Les Confins sauvages se crée alors, petit à petit, entre relation au vivant et vulnérabilité.

Noces ou les confins sauvages © Hélène David

Excursion sensuelle dans le monde sauvage

Photographiées en grande partie dans le Parc national des Calanques, les images évoquent un espace à la fois familier et étranger, réel et fantastique. « Je perçois toujours dans cet espace un au-delà du réel », confie Hélène. Et dans cet univers suspendu entre deux mondes, les photos sont à la fois sensuelles et poétiques. Animaux et corps humains se lient pour former un tout libéré. « Il s’agissait de rendre perceptible cette idée d’une même communauté d’origine, un monde aux frontières perméables, où corps, astragales, méduses, puffins, oblades sont une même continuité. » Bien sûr, l’ouvrage est porté par des enjeux écologiques, mais ici, le nature writing l’emporte. Cette volonté d’inscrire la nature comme un protagoniste de l’histoire, aux côtés de l’être humain. Ainsi, les pulsions naturelles ressurgissent, dans une traversée sensuelle aquatique. « J’aime la façon dont les corps se recentrent et se déploient au contact du sauvage », déclare Hélène. Son ouvrage, en tous cas, resplendit de force et de poésie.

Noces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou les confins sauvages © Hélène DavidNoces ou les confins sauvages © Hélène David

Noces ou Les Confins sauvages, Sun Sun éditions, 50 €, 150 p.

© Hélène David

Explorez
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d'espoir
© Dana Tentea / Courtesy of Galerie Triangle
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d’espoir
Du 1er au 14 juillet, dans le cadre des Rencontres d’Arles, la Galerie Triangle consacre une exposition à la cause environnementale, et...
28 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
© Myrto Papadopoulos
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
Jusqu’au 3 novembre, l’Abbaye de l’Épau présente Dans les herbes hautes, une série d’expositions contemplatives qui ont lieu dans son...
27 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin