La Renaissance contemporaine de Romina Ressia

03 décembre 2021   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La Renaissance contemporaine de Romina Ressia

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Inspirée par les grands maîtres de la Renaissance italienne et flamande, Romina Ressia donne à voir des portraits burlesques et décalés. Un mélange singulier qui entremêle deux époques plus semblables qu’il n’en a l’air.

Œuvres baroques et objets mainstream, issus de la culture populaire contemporaine. À première vue, rien ne prédestinait la rencontre de ces deux univers. De même que rien ne vouait Romina Ressia, aujourd’hui âgée de 40 ans, à devenir photographe. C’est après avoir travaillé dans l’administration d’une grande entreprise internationale qu’elle se décide enfin à changer de voie. Douée avec les chiffres, l’artiste argentine ne voulait point décevoir sa famille. Toutefois, très vite, elle s’est aperçue que l’enthousiasme des débuts s’évanouissait. « Mes intérêts et même ma personnalité étaient totalement différents de ceux de mes collègues qui y travaillaient », se souvient Romina Ressia. Elle décide alors de s’essayer à diverses activités extraprofessionnelles, artistiques, dont la photographie fait partie.

© Romina Ressia© Romina Ressia

Une alternance entre deux médiums complémentaires

« Ma passion pour ces domaines créatifs vient de mon enfance, j’ai toujours été très orientée vers ce genre de disciplines », précise Romina Ressia. Sa première entrevue avec une reproduction de Las Meninas de Diego Velázquez lui a fait une forte impression. À huit ans, elle n’avait pas encore conscience de ce qu’est l’art. Pourtant, la toile baroque l’intriguait déjà : qui sont les personnes représentées ? Pourquoi le peintre a-t-il fait leur portrait ? Comment vivaient-ils à cette époque-là ? Malgré son jeune âge, Romina Ressia a souhaité immortaliser ses proches. Ainsi, elle passait le plus clair de son temps à dessiner, participait à quelques ateliers créatifs et a même demandé, pour l’un de ses anniversaires, un boîtier argentique. Une alternance entre deux médiums complémentaires, toujours d’actualité, qui lui permet de s’exprimer différemment au gré de ses projets. Car lorsque ses personnages fantasques n’animent pas ses clichés, l’auteure les esquisse à coup de peinture à l’huile.

© Romina Ressia© Romina Ressia

Questionner le monde dans lequel nous évoluons

Habits d’époque, perruques poudrées, clair-obscur maîtrisé… Les compositions de Romina Ressia singent donc les grandes lignes des tableaux qui ont fait la renommée du quattrocento. À la nuance près qu’elles introduisent des éléments qui appartiennent à nos sociétés contemporaines. « Les objets ont une fonction qui va au-delà de l’usage qu’ils sont censés avoir. Ils nous aident à comprendre ce que les gens vivent dans un contexte donné. Cela dit, il ne faut pas se contenter d’une simple lecture. » Chewing-gum, ballons, mégaphone ou skateboard : tout est prétexte à interroger le monde dans lequel nous évoluons.

Car selon Romina Ressia, ces deux époques se rejoignent en bien des aspects. « En l’espace de six siècles, l’espèce humaine a-t-elle suffisamment changé pour ne plus rien avoir en commun ? L’essence de nos inquiétudes est-elle totalement différente ? La plupart d’entre elles ne gravitent-elles pas autour de problématiques liées au pouvoir et à la poursuite de l’amour ? Notre société et le comportement de l’être humain m’intéressent beaucoup. Bien sûr, on peut appréhender mes œuvres par le biais de l’histoire de l’art, mais ce dont je parle a trait au monde actuel. Par conséquent, chaque individu, quel que soit son âge, créera une expérience unique à partir de mon travail. » Une conclusion qui, finalement, invite spectateurs et spectatrices à se laisser porter par leur imagination pour s’en faire leur propre interprétation.

© Romina Ressia© Romina Ressia

© Romina Ressia

© Romina Ressia© Romina Ressia
© Romina Ressia© Romina Ressia

© Romina Ressia

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas